Le syndrome de la fée clochette : qu’est-ce que cela cache ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Brillante, ambitieuse, perfectionniste… Ces mots correspondent en tout point à certaines personnes, et particulièrement des femmes, qui sont atteintes du syndrome de la “fée clochette”. Mais comme dans tous les contes, il y a une part sombre… Tout comme la fée de Peter Pan, elles jettent de la poudre aux yeux et sont d’éternelles insatisfaites, des séductrices compulsives, voire de manipulatrices. La psychothérapeute, Sylvie Tenenbaum, est à l’origine de ce terme, à force de constater que certaines personnes avaient une obsession du paraître et de la réussite. Explications.

Le syndrome de la fée clochette : qu’est-ce que cela cache ?
Sommaire : 

Comment reconnaître la “fée clochette” ?

En apparence, les personnes qui ont le syndrome de la fée clochette incarnent la réussite. Bah oui, elles ont un super poste avec un salaire mirobolant et ont tout ce qui va avec 😎 : bel appartement, grosse voiture, vêtements et sacs à main de qualité, voire luxueux… Elles veulent afficher leur succès ! Pour cela, elles font preuve de persévérance et de courage, comme le décrit Sylvie Tenenbaum.

❤️ Côté amour, elles ont un nombre de conquêtes incroyable ! On a l’impression que personne ne peut résister à leur charisme. De quoi être super jalouse de ces working girls à qui tout réussi 🙃. Oui, mais voilà, comme je l’ai dit, il y a une part sombre dans ce conte de fées. Si en apparence tout semble beau, elles sont loin d’être parfaites comme elles veulent le faire croire…

Check-list de la fée clochette en apparence :

✅ Réussite professionnelle
✅ Vie de rêve sur le papier
✅ Perfectionniste et travailleuse
✅ Obsession pour la perfection (corps, beauté, style, etc.)
✅ Grande séductrice

Le véritable visage d’une fée clochette

On a mis en avant leurs qualités, mais les “fées clochette” ont aussi beaucoup de défauts. En effet, une telle obsession pour la réussite et la perfection cache souvent des personnes tyranniques et psychorigides. Elles veulent contrôler leur entourage, quitte à être manipulatrices 😥. D’ailleurs leurs conquêtes en sont souvent victimes et se font objectifier. En plus, leur exigence est démesurée, ce qui fait qu’elles ont souvent du mal à rester longtemps en coupleCes femmes ont la sensation d’être mieux que tout le monde, ce qui traduit un ego surdimensionné.

Ce portrait fait beaucoup moins rêver d’un coup 😅… Néanmoins, il est bon de mettre de côté l’effet halo et de ne pas juger ces personnes. Déjà parce qu’un peu de sororité et de bienveillance ne font jamais de mal, mais surtout, parce que leur comportement cache une grande souffrance 😔.

Le diable s'habille en Prada

Aucune ressemblance avec la fée clochette de Peter Pan. Elle est plus dans le style "Le diable s'habille en Prada" 😅

Les origines du syndrome

La thérapeute explique que ce syndrome est une forme “d’auto-réparation” de tout ce qui a manqué à ces personnes pendant l’enfance. En effet, certaines d’entre elles ont grandi avec moins d’amour et n’ont pas eu la sensation d’être correctement aimées et reconnues. Elles ont besoin de prendre leur revanche sur une enfance potentiellement traumatisante 😕.

⚠️ Sylvie Tenenbaum souligne que la négligence, physique et psychologique, fait partie des comportements de maltraitance des parents. Cependant, il peut y avoir plus pernicieux, car cela dépend des ressentis de l’enfant. Par exemple, un·e enfant qui ramène des bonnes notes peut attendre une récompense en rentrant de l’école. Néanmoins, si les parents sont occupés par leur travail respectif et disent à l’enfant “va jouer plus loin”, "pas assez bien", cela nourrit une blessure de rejet 💔.

👉 Une personne qui a vécu des situations comme cela pendant l’enfance va donc développer ce syndrome. En réalité, il ne s’agit que d’un·e enfant qui ne demande qu’à être aimé·e.

La naissance d’une fée clochette

Toutefois, il n’est jamais simple de comprendre et d’exprimer sa détresse 😪. Par conséquent, les personnes ayant un passé compliqué finissent par développer le syndrome de la fée clochette, car cela correspond à une grosse dépendance affective. La plupart du temps, elles ne s’en rendent pas compte, c’est la thérapie qui met ce biais en exergue. Cependant, il peut y avoir des constats à travers le fait qu’elles n'aiment pas être seule notamment. En fait, leur existence n’est valide que si les autres ont les yeux tournés vers elles 👀…

Par conséquent, elles vont adopter des stratégies pour combler ce besoin des autres. Pour cela, elles vont entretenir leurs rapports sociaux, amicaux comme amoureux, de deux manières :

  • soit en gardant les gens à distance ⛔,
  • soit en contrôlant un maximum la relation 🎭.

La plupart du temps, une personne ayant le syndrome de la fée clochette aura un style d’attachement détaché, car elle aura peur d’être vulnérable et de s’attacher

Une souffrance qui ronge

La stratégie d’évitement que met en place une fée clochette ne peut pas durer éternellement, car cela demande une énergie gigantesque 🤯. Au bout d’un moment, les personnes qui souffrent de ce syndrome vont s’écrouler et la peur de ne pas être aimée va s’intensifier.

Sans compter qu’être parfaite tout le temps est impossible à tenir. Plus le temps va passer, plus elles vont être obsédées par leur apparence et par la peur de vieillir 👵. Certaines commencent la chirurgie esthétique pour ne pas perdre ce qu’elles associent au pouvoir et la beauté… C’est une manière de sauver les apparences et de cacher les douleurs physiques comme les problèmes de dos et d’articulations, mais à l’intérieur, tout s’effondre.

En effet, cette souffrance laisse s’installer l’anxiété, le stress, les troubles du sommeil, etc. Tout cela peut conduire à développer des maladies mentales comme la dépression ou le trouble de la personnalité histrionique. C’est aussi un terrain fertile à l’addiction, avec l’alcool, la cigarette et les drogues, comme l’explique la thérapeute :

📌

"Les substances sont là pour compenser le manque affectif, et consommer le plus souvent quand elles sont seules, chose qu’elle ne supporte pas. Qui plus est, pour tenir un tel rythme, il faut se doper", explique Sylvie Tenenbaum.

Évidemment, toutes les femmes qui ont le syndrome de la fée clochette ne vont pas jusque-là, mais il faut toutefois faire attention et se sortir de ce schéma 😦.  

Comment sortir du syndrome de la fée clochette ?

Rien ne peut être fait sans introspection et prise de conscience 💡. Il faut se tourner vers soi et vers nos émotions pour comprendre qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Les fées clochette doivent donc écouter l’enfant en elles, qui hurle le manque d’amour. Cependant, tout ne peut pas se faire seule, car une fois cette étincelle allumée, il va y avoir un long travail de thérapie pour passer à l’étape suivante : reconnaître qu’elles ont été des personnes toxiques 😖.

En effet, reconnaître que l’on a fait souffrir les autres n’est pas simple. Les femmes qui ont ce syndrome ne sont pas fières d’elles, ce qui rend le travail de guérison complexe. Toutefois, il faut se pardonner soi-même pour avancer et soigner la douleur la plus aiguë : le fait de ne pas être aimée par tout le temps 🥺.

Se libérer du besoin d’être aimée par tous

La clé de sortie est bien là, une fois qu’elles acceptent de ne pas être aimée par tout le monde, la pression sur les épaules disparaît. Il va y avoir une recherche du vrai “elle”, de qui elle est vraiment et pas de celle qui veut être aimée par les autres. Ce cheminement va permettre de faire un tri dans l’entourage et de se débarrasser des relations toxiques. À partir de là, il sera beaucoup plus simple de laisser la place au véritable amour et à la bienveillance pour être pleinement comblée et apaisée 🤗.

En renonçant à la toute-puissance et en allant à la rencontre de leurs émotions, les personnes qui souffrent du syndrome de la fée clochette apprennent à mieux s’aimer pour mieux aimer 🥰.

L'avis de la rédaction : consulter sans tarder...

Vous avez reconnu une personne de votre entourage ou vous vous êtes vous-même reconnue dans la description de la fée clochette ? Alors il est urgent d'agir et d'en prendre conscience avant que toute cette souffrance ne vous ronge de l'intérieur. N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin de faire le point. Au fil des séances, vous comprendrez ce qui se joue en vous et comment mettre en place de nouveaux comportements qui vous rendront plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : psychologies.com / cosmopolitan.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.