La théorie de l'attachement : que dit-elle ? Pourquoi est-ce crucial ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

"Comment s'est passée votre enfance ?" Quand on consulte un psychologue, on a toujours droit à cette question lors de la première séance. Logique, car beaucoup de traumatismes ont lieu pendant cette période charnière. Évidemment, c’est aussi un moyen de voir si l’attachement à un adulte s’est fait correctement. C’est une notion cruciale en psychologie théorisée par le psychiatre John Bowlby. Quelle est la théorie de l’attachement ? En quoi est-ce crucial ? Voici ce qu’il faut retenir sur l’attachement.

La théorie de l'attachement : que dit-elle ? Pourquoi est-ce crucial ?

Les origines de la théorie 

Sur Wengood, on vous a déjà parlé de John Bowlby, notamment à travers l’attachement amoureux. Néanmoins, nous ne sommes pas remontés sur les origines de la théorie de l’attachement et son importance 🧐. En 1951, le psychiatre publie un rapport “Maternal Care and Mental Health” pour l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS) sur les conditions d’accueil dans les pouponnières. À partir de là, il va vouloir creuser pour comprendre les effets de la séparation prolongée chez les jeunes enfants, comme l'explique le psychologue Eudes Sémélia, dans une de nos vidéos : 

null

À l’époque, les relations entre l’enfant et son environnement étaient encore trop peu prises en compte. Ce qui était central, c’était plutôt les pulsions avec Freud. Néanmoins, Bowlby réfute ce dernier et commence à parler d’"attachement” dans ses écrits. Il va démontrer que les bébés ont des prédispositions à s’attacher, et combien le lien d’attachement est déterminant pour combler les besoins primaires de l’enfant.

👋 Vous ne savez pas ce que sont les besoins primaires ? Vous pouvez consulter notre article sur la théorie de la Pyramide de Maslow pour en apprendre un peu plus sur l’échelle des besoins. 

Comment se met en place l’attachement selon la théorie ?

Des études complémentaires sont venues renforcer celles de Bowlby en 1978, notamment celle de Ainsworth, Blehar, Waters et Wall sur les étapes de l’attachement 🍼 : 

  • De 0 à 3 mois, phase de pré-attachement : le bébé va activer des comportements d’attachement via les pleurs, mais il n’y a pas encore de figure principale. 
  • De 3 à 6 mois, phase d’émergence : les comportements vont se diversifier et le bébé va avoir une personne en particulier comme figure.
  • De 6 mois à 2 ans : l’enfant a une figure de référence, il en a besoin dès qu’il ne se sent pas bien.
  • À partir de 2 ans : des attachements multiples se mettent en place, car l’enfant a eu ses besoins de sécurité comblés par la figure principale. 

Pour savoir comment l’attachement s’est fait chez l’enfant, on peut déceler deux comportements. L’enfant va rechercher sa figure principale (le “caregiver”)  pour se sentir en sécurité et il va protester en cas de séparation. Généralement, l’attachement se traduit par des pleurs, des comportements d’agrippement, des cris, des sourires, etc. En gros, tout signal qu’il peut émettre pour montrer qu’il lui faut de sa figure d’attachement pour réguler ses besoins et ses émotions.

🤔 Est-ce toujours la mère qui est la figure d’attachement principale ? 

Dans la théorie, il n’y a qu'une figure d’attachement principale. C’est généralement la mère, car ce sont les femmes qui ont la charge mentale de l’enfant dans notre société. Mais cela n’empêche pas d’avoir d’autres figures d’attachements fortes et subsidiaires.

👋 Cet article peut vous intéresser : Blessure de rejet : la comprendre, l'accepter pour en guérir

Pourquoi a-t-on besoin d’attachement ?

Avec ces études complémentaires à la théorie, on comprend bien que l’on a besoin au moins une figure de référence pendant l’enfance. Elle est cruciale, car on peut ainsi se développer de manière équilibrée selon Bowlby. En effet, un enfant est incapable de gérer ses émotions seul ou de survivre s’il n’a pas une personne qui s’occupe de lui. Il a aussi besoin d’une relation chaleureuse, constante et prévisible pour s’épanouir. 

Surtout, avoir une figure d’attachement nous empêche de développer des peurs. Eh oui, s’il y a eu le moindre déséquilibre pendant la petite enfance, on peut développer une peur de l’abandon par exemple 🤕. 

📌 Mon témoignage 

J’ai toujours eu peur que l’on m’abandonne, d’aussi loin que je m’en souvienne. Cela a forcément impacté mes relations amicales et amoureuses, j’ai longtemps eu un attachement insecure et c’est à travers la thérapie que j’ai identifié l’une des raisons de ce comportement.

Mes parents ont dû s’absenter pendant plusieurs mois lorsque j’étais bébé, j’avais environ 1 an quand ils sont partis en voyage humanitaire. Ce sont mes grands-parents qui m’ont gardé à cette époque et même si j’étais en sécurité, le fait de ne plus voir mes parents pendant cette étape de mon développement a eu un fort impact sur ma personnalité. 

Aujourd’hui, je ne qualifie pas cela de traumatisme, mais il est indéniable que c’est l’une des raisons de ma peur de l’abandon, de mon manque de confiance et de mes auto-sabotage amoureux. Bien sûr, ce n’est pas la seule piste que j’ai explorée via la thérapie, mais elle en fait partie.

👋 Vous voulez en savoir plus ? Faites le test sur votre style d’attachement !

Une théorie toujours vérifiée ?

Cette théorie mise en avant par le psychiatre reste à ce jour assez centrale dans les thérapies. Elle est une approche dominante dans la création du lien affectif chez l’enfant et elle a permis bien d’autres recherches à ce sujet. Néanmoins, il y a tout de même eu des critiques ultérieures, notamment par rapport au fait qu’elle ne balaie pas tous les aspects des relations sociales. En effet, ces dernières sont complexes et la théorie de l’attachement a ses limites et ne peut pas expliquer tous nos comportements sociaux d’adulte 🤔. En reprenant mon exemple, même si j’ai creusé cet aspect avec mon suivi psychologique, je sais que ce n’est pas la seule raison pour laquelle je suis comme je suis. Il y a tellement de choses à prendre en compte qu’il est difficile d’affirmer que c’est l’unique cause pour mon cas. 

Il faut donc prendre du recul pour creuser toutes les pistes. La théorie de l’attachement est une notion à prendre en considération, d’autant plus lorsqu’on est parents, mais ce n’est pas le seul facteur déterminant. Si vous avez des peurs ou un manque de confiance et que vous avez besoin de comprendre d’où ils viennent, n’hésitez pas à consulter. 

L'avis de la rédaction : une piste intéressante 

La théorie de l'attachement est intéressante et permet d'ouvrir toute une réflexion sur son enfance et les expériences vécues. Si vous sentez que quelque chose ne va pas, qu'il y a une piste à creuser de ce côté-là, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de faire le point ensemble et mettre en place de nouvelles habitudes et façons de penser pour être plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Sources : Livre "Attachement et perte volume 1 & 2" de John Bolwby // Origines et concepts de la théorie de l’attachement de Romain Dugravier, Anne-Sophie Barbey-Mintz Dans Enfances & Psy 2015/2 (N° 66)

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

Je doute de mon couple, est-ce que c'est normal ? Comment réagir ?

Il est fréquent que ça arrive. La vie de couple et même l'amour n'étant jamais un long fleuve tranquille, il arrive, bien sûr, que l'on doute. Pas sur la même longueur d'ondes, impression que l'herbe est plus verte ailleurs, projets divergents, manque de désir… Sous le poids des doutes, l'amour perd de sa splendeur. Est-ce irrémédiable ? Je ne crois pas, l'important, c'est de comprendre ce qu'il y a derrière ces doutes et comment réagir. Explication.

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Ces pratiques sexuelles bizarres... et celles qui peuvent vous tuer !

Voilà quelque temps maintenant que j'écris pour Wengood et si j'ai appris beaucoup de choses, ce que je sais surtout, c'est qu'en matière de sexe, le champ des possibles est vaste et je ne l'avais jusqu'alors que peu exploré. Aujourd'hui pourtant, ne nous réjouissons pas et passons du côté obscur de la couette : place aux pratiques sexuelles étranges, à savoir celles qui permettent de faire l'amour... sans faire l'amour et zoom sur celles à bannir sous peine... d'y perdre la vie ! 😱

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube