Peur de téléphoner : quand passer un appel me donne des angoisses

Mis à jour le par Camille Lenglet

Un coup de téléphone et patatra, le stress monte : qui m’appelle ? Pourquoi ? Est-ce que je vais arriver à parler ? Autant de questions qui se précipitent dans ma tête et qui rendent mes mains moites immédiatement. Et c’est encore pire quand je dois moi-même passer un appel ! Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas, beaucoup de jeunes ont du mal à passer un coup de fil, voire, ont carrément peur de téléphoner. Pourquoi peut-on avoir cette anxiété ? Comment s’en débarrasser ? À travers mon témoignage, je vous explique.

Peur de téléphoner : quand passer un appel me donne des angoisses

Pourquoi j'ai peur de téléphoner ?

Le stress avant d’appeler quelqu’un ou en recevant un appel, je l’ai toujours connu, c’est ce qui s’appelle la “téléphonophobie”. J’ai toujours eu peur de bafouiller et de ne pas arriver à m’exprimer. J’ai la sensation que la personne au bout du téléphone va me juger et aura un meilleur argumentaire que moi, peu importe ce que j’ai à dire et le motif de mon appel 😅. De plus, le fait de ne pas avoir mon interlocuteur en face de moi m’a souvent gêné. En effet, au téléphone, difficile de faire passer d’autres messages implicites par la communication non verbale 😥…

Une difficulté sociale

En réalité, je crois que ma peur de téléphoner a longtemps traduit mon inconfort social. Je n’ai jamais trop su comment me comporter avec les autres. C’est encore pire lorsque je n’ai pas de contact visuel avec la personne, par conséquent le téléphone n’a jamais été mon ami. Il m’est même arrivé de faire une crise d’angoisse à cause du téléphone, car je devais appeler les impôts, c’est dire 🙄… Pour couronner le tout, je suis introvertie, ce qui fait que j’ai réuni toutes les spécificités pour avoir peur du téléphone 😅.

👉 Je sais que je ne suis pas la seule de ma génération à ne pas aimer utiliser la fonction “appel” d’un téléphone, mais pourquoi donc 👀 ?

Pourquoi les jeunes n'aiment pas appeler ?

Je suis née au début des années 90 et à cette époque le seul moyen de communication rapide était le téléphone. Seulement, à cette époque, j’étais encore enfant ! J’ai en réalité grandi, comme les autres jeunes de la génération Y et la génération Z (autrement appelée les “millenials”), avec un conditionnement de la communication à l’écrit 💻.

C’est la docteure en sociologie, Catherine Lejealle, qui explique qu’à partir de 1996, les messageries instantanées ont pris le dessus. Notamment à cause des forfaits et de l’arrivée progressive d’internet. On a donc évolué avec une nouvelle méthode de communication que l’on s’est rapidement appropriée au détriment du téléphone 😬.

Illustration de la peur du téléphone

Illustration de la peur de téléphoner.

👋 Cet article peut vous intéresser : Pourquoi la génération Y est-elle malheureuse au travail ?

Une communication asynchrone et à la demande

En réalité, il y a deux raisons au fait qu’on n’aime pas appeler lorsqu’on appartient à la “gen Y” :

  • On préfère utiliser d’autres modes de communication asynchrones avec les réseaux sociaux, les notes vocales, les stories, … Ils sont beaucoup plus créatifs en plus 😌 !
  • On fonctionne à la demande : un appel téléphone implique une pression, car l’échange téléphonique, c'est maintenant ou jamais. On préfère choisir lorsqu’on veut échanger 😶.

Eh oui, un coup de téléphone suppose une synchronisation de deux personnes, ce qui peut arriver, mais ce qui nous met dans un inconfort puisqu’on n’a pas eu l’habitude d’échanger ainsi. À tel point que nous sommes 76 % de la génération Y à ressentir du stress lorsque la sonnerie retentit, selon une étude anglaise sur la téléphonophobie 😅... 

Illustration : "Je suis de la gen Z  Qu'est-ce que ça veut dire ?  Ca veut dire qu'il a peur d'appeler des gens !  Non ce n'est pas ça.  Ring ring ring  Arrête ! Tu vas lui faire peur"

Un peu d'humour avec cette illustration de la téléphonophobie :

"Je suis de la gen Z."

"Qu'est-ce que ça veut dire ?"

"Ça veut dire qu'il a peur d'appeler des gens !"

"Non ce n'est pas ça."

"Ring ring ring !"

"Arrête ! Tu vas lui faire peur." 

Comment ne plus avoir peur de téléphoner ?

Le téléphone reste un mode de communication beaucoup utilisé. C’est pourquoi, j’ai travaillé sur moi pour ne plus avoir peur du téléphone. J’ai mis quelques petites choses en place qui m’ont aidé à progresser, voici mes astuces :

👉 Filtrer les appels : Je n’ai aucun mal à répondre à ma famille et mes amies, dans ce cas-là, je décroche tout de suite. Cependant, ce n’est pas parce que j’ai un téléphone que je suis obligée de répondre à tout le monde, surtout aux arnaques CPF… J’ai donc mis en silencieux total les appels de numéro que je ne connaissais pas. Si c’est important : ils laisseront un message ! Ça me permet de rappeler quand je me sens prête à le faire 😌.

👉 S’entraîner avec des petits appels : Il arrive parfois qu’on n’ait pas le choix et qu’on doive quand même appeler. Pour m’y faire, j’ai commencé par des petits appels anodins et moins angoissants : prendre rendez-vous chez le médecin, commander une pizza 🍕, etc. En gros, il faut se réhabituer avec un appel = une action simple. Et par la suite, on sera plus à même de développer un échange plus riche en fonction de notre besoin 👌 !

👉 Prendre des notes : Lorsque j’ai eu de plus gros appel à faire, comme pour un entretien d’embauche, j’avais pris des notes à l’avance. Cela m’a permis de m’accrocher à un fil conducteur, surtout lorsque j’ai eu la question “pourquoi vous et pas une autre ?” 😱. Ainsi, je n'ai pas été (trop) déstabilisée, puisque j'ai pu me raccrocher à ce que j'avais préparé à l’écrit 📝 !

👉 Respirer un grand coup : Avant de passer un coup de fil, je travaille des exercices de respiration pour me détendre profondément. C’est ce que m’a appris la méditation, plus on s’oxygène, plus notre corps se détend. Cela marche aussi quand l’appel est entrant, je respire un grand coup pendant une sonnerie et je décroche 💬 !

👋 Cet article peut vous intéresser >>> J’ai sans cesse besoin de reconnaissance, comment arrêter de chercher l’approbation des autres ?

Comprendre d’où vient sa peur

Au-delà de ces conseils, je pense qu’il est essentiel de comprendre d’où vient sa téléphonophobie. Pour ma part, j’ai compris avec le temps que cela avait un rapport avec ma peur du regard des autres et mon anxiété sociale. Pour pouvoir dépasser ma peur du téléphone et des appels, j’ai donc dû travailler ce qui se cachait derrière. À force, j’ai réussi à calmer mes pensées qui partaient dans tous les sens. Cela m’a permis de prendre du recul et de me dire qu’il n’y avait pas de raisons qu’un appel téléphonique se déroule aussi mal que les scénarios que je me faisais. Après tout, personne n’est jamais sorti de combiné pour me frapper 💀 !

L'avis de la rédaction : s'en sortir grâce à la TCC

La téléphonophobie est une peur handicapante qu’il est difficile de combattre seule. Comme l’a dit Camille, elle cache un plus gros problème, comme un manque de confiance en soi ou une peur des autres. Pour pouvoir la dépasser et ne pas louper le coup de fil de sa vie, la thérapie cognitive et comportementale est très adaptée. Elle permet de se défaire de ses angoisses petit à petit, alors n’hésitez pas à vous faire accompagner si vous en ressentez le besoin :

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : usbeketrica.com / wikihow.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube