Comment reconnaître une personne psychorigide ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Comment reconnaître une personne psychorigide ?
Sommaire : 

Qu’est-ce qu’une personne psychorigide ?

Aucune flexibilité possible

Être psychorigide signifie que la personne que l’on a en face de nous a une grande raideur psychologique et n’arrive pas à s’adapter aux changements. C’est un mécanisme de défense lié aux troubles obsessionnels. 🧠 Elle va nous imposer son organisation et ses décisions, car elle est incapable de faire autrement. Des vacances de prévues ? La ou le psychorigide va nous imposer un programme qu’il faut suivre à la lettre. On garde les enfants ? Gare à nous si on ne respecte pas précisément l’heure du coucher. Une personne psychorigide n’aime pas du tout l’imprévu ou l’approximatif.

Des personnes angoissées

Si une personne est psychorigide, c’est parce qu’elle est angoissée. Face à la peur de ne pas maîtriser une situation, elle met en place des rituels qui la rassurent. Patrick Estrade décrit, dans son livre Vous avez dit névrose ? que les psychorigides arrivent à contenir leurs angoisses en contrôlant au maximum leur environnement. 

👉 C’est une sorte de balisage intellectuel qui leur permet de ne pas perdre pied. On a tous eu affaire à une personne qui aimait bien avoir le contrôle, mais suivant la santé mentale de chacun, la psychorigidité se manifeste à différents degrés. Le psychologue ajoute que plus une personne sera inflexible, plus il y aura une dimension pathologique.

Reconnaître rapidement une personne psychorigide

Généralement, il y a des traits qu’on peut déceler pour savoir rapidement si on a, face à nous, une personne avec une grande rigidité d’esprit. Voici une liste non-exhaustive :

  • Elle impose ses décisions.
  • Elle est stressée la plupart du temps.
  • Elle est très exigeante avec les autres.
  • Elle voudra tout faire et ne déléguera pas.
  • Elle a du mal à prendre des décisions.
  • Elle ne sait pas s’adapter à une nouvelle situation.
  • Elle peut paraître froide ou peu chaleureuse.
  • Elle est fiable car elle fait toujours ce qu’elle dit.
📌
Attention, une personne qui cherche à vous imposer son point de vue ou jugée têtue n'est pas forcément psychorigide. Notez que les personnes psychorigides présentent souvent un côté obsessionnel. Perfectionnistes à l'extrême, elles ont besoin de tout contrôler, de tout gérer. 

👉 Pour autant, il n'y a ici aucune volonté de se mettre en avant ou de diriger son monde, il s'agit d'un mécanisme de défense. Ces personnes sont souvent fragiles, leurs habitudes, leurs règles leur servant alors de bouclier, de rempart contre les agressions extérieures. Derrière tout cela, se cache souvent une profonde souffrance.


Comment réagir face à une personne psychorigide ?

La conciliation au lieu de l’affrontement.

Les psychorigides ne sont pas dangereux comme pourrait l’être un pervers narcissique. Mais ils sont quand même épuisants ! Alors pour mieux vivre avec, il faut apprendre à bien réagir👉8 conseils pour bien vivre avec une personne psychorigide. La discussion en amont est le meilleur moyen d’éviter une énième dispute. Pour apaiser les angoisses de la personne psychorigide, on peut dialoguer et déterminer avec elle les choses prioritaires qui vont la calmer. Une fois qu’on aura montré qu’on était à son écoute, on pourra dire ce que l’on ressent et pourquoi son attitude est compliquée à vivre pour nous. 

L’essentiel est de montrer qu’on est conciliant pour ne pas brusquer l’autre et essayer de maintenir le plus possible le dialogue.

L'avis de la rédaction : tout est question d'équilibre !

Suivant le niveau de rigidité mentale de la personne, cela peut être plus ou moins facile à vivre, que ce soit pour la personne concernée ou l’entourage. On peut donc l’accompagner, sans la brusquer, afin qu’elle décide d’avoir un suivi psychologique. Les thérapies brèves comme la TCC, l’hypnose ou l’EMDR accompagnent très bien cette problématique. De plus, une thérapie pourra faire ressortir le “pourquoi” de ce comportement, ce qui sera plus facile à soigner. Peut-être même que cela marquera le début de l'apprentissage du lâcher prise ! 

👉 Pour autant, on peut très bien vivre avec un psychorigide ou être psychorigide soi-même sans que cela ne pose de soucis. Tout est affaire d'équilibre, d'écoute et de respect de l'autre.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici