Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

Qu’est-ce qu’une personne psychorigide ?

Être psychorigide signifie que la personne que l’on a en face de nous a une grande raideur psychologique et n’arrive pas à s’adapter aux changements. C’est un mécanisme de défense lié aux troubles obsessionnels🧠. Elle va nous imposer son organisation et ses décisions, car elle est incapable de faire autrement. Des vacances de prévues ? Il faudra aller là où le psychorigide veut aller et il imposera son programme qu’il faudra suivre à la lettre. On garde ses enfants ? Gare à nous si on ne respecte pas précisément l’heure du coucher. Une personne psychorigide n’aime pas du tout l’imprévu ou l’approximatif.

Des personnes angoissées

Si une personne est psychorigide, c’est parce qu’elle est angoissée 😥. Face à la peur de ne pas maîtriser une situation, elle met en place des rituels qui la rassurent. Patrick Estrade décrit, dans son livre Vous avez dit névrose ? que les psychorigides arrivent à contenir leurs angoisses en contrôlant au maximum leur environnement. 

👉 C’est une sorte de balisage intellectuel qui leur permet de ne pas perdre pied. On a tous eu affaire à une personne qui aimait bien avoir le contrôle, mais suivant la santé mentale de chacun, la psychorigidité se manifeste à différents degrés. Le psychologue ajoute que plus une personne sera inflexible, plus il y aura une dimension pathologique.

Reconnaître rapidement une personne psychorigide

Généralement, il y a des traits qu’on peut déceler pour savoir rapidement si on a, face à nous, une personne avec une grande rigidité d’esprit. Voici une liste non-exhaustive :

  • Elle impose ses décisions.
  • Elle est stressée la plupart du temps.
  • Elle est très exigeante avec les autres.
  • Elle voudra tout faire et ne déléguera pas.
  • Elle a du mal à prendre des décisions.
  • Elle ne sait pas s’adapter à une nouvelle situation.
  • Elle peut paraître froide ou peu chaleureuse.
  • Elle est fiable car elle fait toujours ce qu’elle dit.
📌
Attention, une personne qui cherche à vous imposer son point de vue ou jugée têtue n'est pas forcément psychorigide. Notez que les personnes psychorigides présentent souvent un côté obsessionnel. Perfectionnistes à l'extrême, elles ont besoin de tout contrôler, de tout gérer. 

👉 Pour autant, il n'y a ici aucune volonté de se mettre en avant ou de diriger son monde, c'est une réaction pour se défendre face à la peur. Ces personnes sont souvent fragiles, leurs habitudes, leurs règles leur servant alors de bouclier, de rempart contre les agressions extérieures. Derrière tout cela, se cache souvent une profonde souffrance.

Comment réagir face à une personne psychorigide ?

La conciliation au lieu de l’affrontement 💡.

Les psychorigides ne sont pas dangereux comme pourrait l’être un pervers narcissique. Mais ils sont quand même épuisants ! Alors pour mieux vivre avec, il faut apprendre à bien réagir. La discussion en amont est le meilleur moyen d’éviter une énième dispute. Pour apaiser les angoisses de la personne psychorigide, on peut dialoguer et déterminer avec elle les choses prioritaires qui vont la calmer. Une fois qu’on aura montré qu’on était à son écoute, on pourra dire ce que l’on ressent et pourquoi son attitude est compliquée à vivre pour nous. 

L’essentiel est de montrer qu’on est conciliant pour ne pas brusquer l’autre et essayer de maintenir le plus possible le dialogue. C'est le meilleur moyen de négocier avec une personne psychorigide et vivre au quotidien avec 😉.

Notre vidéo avec la psychologue, Audrey Platania

Pour aller plus loin, Audrey Platania, psychologue, nous en dit plus sur les personnes psychorigides en vidéo :

null

"Ces personnes [psychorigides] sont caractérisées par une grande tension interne. Ce sont des personnes qui sont vraiment très pétries d'anxiété et d'angoisse et qui sont caractérisées par un souci très important au niveau des détails. Ils sont en fait très perfectionnistes donc chaque détail doit être contrôlé, doit être maîtrisé. Ils ont une rigueur en fait d'analyse qui fait qu'ils sont constamment préoccupés par le fait de bien faire les choses, de ne pas se tromper, de faire au mieux. Donc en réalité, ce sont des personnes qui doutent beaucoup, toujours insatisfaites, malgré la recherche de la perfection, finalement ils n'arrivent jamais à l'atteindre parce qu'ils sont toujours insatisfaits."

L'avis de la rédaction : tout est question d'équilibre !

Suivant le niveau de rigidité mentale de la personne, cela peut être plus ou moins facile à vivre, que ce soit pour la personne concernée ou l’entourage. On peut donc l’accompagner, sans la brusquer, afin qu’elle décide d’avoir un suivi psychologique. Les thérapies brèves comme la TCC, l’hypnose ou l’EMDR accompagnent très bien cette problématique. De plus, une thérapie pourra faire ressortir le “pourquoi” de ce comportement, ce qui sera plus facile à soigner. Peut-être même que cela marquera le début de l'apprentissage du lâcher prise. Pour autant, on peut très bien vivre avec un psychorigide ou être psychorigide soi-même sans que cela ne pose de soucis. Tout est affaire d'équilibre, d'écoute et de respect de l'autre.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : L'express / Passeport Santé / Psychanalyse

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube