La dépendance affective : quand l’autre devient une drogue

Mis à jour le par Delphine Py

Vous avez sans doute déjà entendu parler de dépendance affective. Vous pensez être touché ou qu'une personne de votre entourage est dans cette situation ? Mais alors, comment différencier amour et dépendance affective ? Comment s'en sortir ? Delphine Py, Psychologue Psychothérapeute TCC à Clermont-Ferrand nous dit tout.

La dépendance affective : quand l’autre devient une drogue
Sommaire :

Le terme de « dépendance affective » est communément utilisé pour parler du trouble de la personnalité dépendante. Ce trouble se caractérise par un besoin excessif d’être épaulé et aimé. Il entraîne alors des comportements de soumission et d’attachement exagérés que l’on peut retrouver aussi bien dans le couple, que dans le milieu familial, amical ou professionnel.

L’attachement est un processus sain, normal et naturel. Cependant, dans le cas de la dépendance affective, l’estime de soi repose totalement sur le regard de l’autre. La personne dépendante affective peut se juger incapable, incompétente, ce qui la pousse à chercher l’aide et le soutien des autres 😧. Elle peut également avoir l’impression de ne pas être aimée, ce qui lui procure un sentiment d’insécurité affective. L’autre est alors utilisé comme un moyen de se rassurer, entraînant une dépendance et une asymétrie dans la relation.

Comment différencier l’amour de la dépendance affective ?

La relation amoureuse : avoir ENVIE d’être avec l’autre

Dans une relation amoureuse, les deux partenaires partagent affection et attention et sont attachés de manière équilibrée l’un à l’autre. Ils peuvent compter l’un sur l’autre, partagent des projets de vie et des valeurs communes. Leur relation les épanouit, et elle est source d’émotions positives. Il est possible pour les deux partenaires d’exprimer leurs opinions, besoins et envies. Chacun d’eux dispose de temps personnels en dehors du couple.

©️ Instagram Psynergie

La relation de dépendance affective : avoir BESOIN de l’autre

Dans une relation de dépendance affective, la personne dépendante est incapable de s’épanouir seule. Il est difficile pour elle de faire des activités, de prendre des décisions, sans l’avis de son partenaire. Elle cherche à plaire à ce dernier et à être au centre de son attention.

De plus, la peur de l’abandon est très présente, ce qui peut la pousser à avoir des comportements compulsifs (fouille de téléphone, demande de réassurance, envoi de SMS etc…) La relation est déséquilibrée. Il n’y a plus de place à l’individualité 😓. On note souvent un manque d’affirmation de soi, qui pousse la personne dépendante affective à se conformer à l’avis de l’autre.

©️ Instagram Psynergy

Quelles sont les pistes pour en sortir ?

Pour sortir de la dépendance affective, un accompagnement psychologique est souvent nécessaire. Les thérapies cognitives et comportementales sont adaptées à cette problématique, ainsi que la thérapie des schémas ou encore la thérapie interpersonnelle.

Voici quelques pistes pour diminuer votre dépendance affective :

1. Se lancer des défis d’indépendance :

Prenez des initiatives sans demander de conseil ou de validation 💪Commencez par de petites choses, telles que :

  • Choisir le restaurant par vous-même
  • Décider du programme Netflix,
  • Prévoir une sortie sans son conjoint ou sa conjointe,
  • Acheter un objet de déco sans demander d’avis,
  • …etc.

2. Connaître ses ressources :

Listez tout ce que vous avez accompli dans votre vie sans l’aide de personne dans le cahier de vos réussites personnelles. Par exemple :

  • Mon diplôme,
  • Trouver un travail,
  • Faire du jogging,
  • …etc.

3. Prendre du temps pour soi :

Prévoyez des « temps perso » durant lesquels vous ne faites que des choses que vous aimez, sans rendre de compte. 

  • Jardinage,
  • Activité de loisirs créatifs,
  • Musique,
  • Balade,
  • Lecture,
  • …etc.

👉 S’il est compliqué pour vous d’identifier les choses que vous aimez faire, vous pouvez prendre une liste de loisirs, vous laissez tenter par celui qui vous attire le plus et l’essayer.

4. Accepter le doute :

Pour cela, diminuez progressivement vos demandes de réassurance. Par exemple :

  • Je demande « est-ce que tu m’aimes » à mon compagnon ou ma compagne 6 fois par semaine maximum, puis 4 fois, puis 2 fois…etc.  

5. Être moins proactif·ve :

Essayez de ne pas devancer les demandes de l’autre, mais d’attendre qu’elles soient formulées explicitement. Puis demandez-vous si vous avez envie de les satisfaire ou non.

6. Garder une trace de vos avancées :

Tenez un journal et notez vos objectifs et réussites. Vous pourrez ainsi mesurer le travail accompli. 

Vous êtes en couple avec une personne dépendante affective, comment faire ?

Au début, la relation avec une personne dépendante affective peut être vécue comme gratifiante car elle crée une relation fusionnelle, un amour passionnel très fort. Mais dans la durée, les rapports se compliquent et créent un enfermement, une privation de liberté ainsi qu’un épuisement. 

Il est important de parler de vos ressentis avec la personne dépendante affective et progressivement, de répondre de moins en moins à ses demandes de réassurance. Vous pouvez également valoriser tous les petits choix qu’elle effectue seule et l’inciter à faire des choses pour elle-même.

Caractéristiques Diagnostique du trouble de la personnalité dépendante :

Selon le DSM V :

Besoin général et excessif d’être pris en charge qui conduit à un comportement soumis et collant et à une peur de la séparation, qui apparaît au début de l’âge adulte et est présent dans des contextes divers, comme en témoignent au moins cinq des manifestations suivantes :

  • Le sujet a du mal à prendre des décisions dans la vie courante sans être rassuré ou conseillé de manière excessive par autrui.
  • A besoin que d’autres assument les responsabilités dans la plupart des domaines importants de sa vie.
  • A du mal à exprimer un désaccord avec autrui de peur de perdre son soutien ou son approbation (ne pas tenir compte d’une crainte réaliste de sanction).
  • A du mal à initier des projets ou à faire des choses seul (par manque de confiance en son propre jugement ou en ses propres capacités plutôt que par manque de motivation ou d’énergie).
  • Cherche à outrance à obtenir le soutien et l’appui d’autrui, au point de faire volontairement des choses désagréables.
  • Se sent mal à l’aise ou impuissant quand il est seul par crainte exagérée d’être incapable de se débrouiller.
  • Lorsqu’une relation proche se termine, cherche de manière urgente une autre relation qui puisse assurer les soins et le soutien dont il a besoin.
  • Est préoccupé de manière irréaliste par la crainte d’être laissé à se débrouiller seul. 

🎥 Eudes Séméria, psychologue clinicien et psychothérapeute nous parle de dépendance affective


Delphine Py - PSYNERGY - Psychologue Psychothérapeute TCC

Delphine Py est spécialisée en thérapies cognitives et comportementales. Psychologue depuis 10 ans, elle possède son cabinet, Psynergy et souhaite rendre accessibles à toutes et tous la psychothérapie. En 2020, elle a co-fondé la première application mobile de psychothérapie, Psynergy, qui fonctionne par tchat vidéo. Avec beaucoup de respect de professionnalisme, elle vous propose une approche concrète et progressive très appréciée.

Portable : 06 88 63 63 67
21 rue Blatin, 63000 Clermont-Ferrand

Prendre RDV


Article proposé par Delphine Py

Psychologue Psychothérapeute TCC Portable: 06 88 63 63 67 21 rue Blatin, 63000 Clermont-Ferrand

Nos derniers articles

La vengeance nous fait-elle vraiment du bien ? Ou encore plus de mal ?

“La vengeance est un plat qui se mange froid”. J’ai toujours entendu cette expression, mais froide ou chaude, est-ce que la vengeance fait vraiment du bien ? Le désir de vengeance nous submerge quand nous subissons une injustice, c’est un mécanisme de réaction primaire ancré dans l’inconscient. Lorsqu’on souffre, on veut que l’autre souffre aussi. Voyons voir pourquoi ça nous fait du bien, mais aussi, pourquoi la vengeance peut être dangereuse pour notre bien-être psychique. Explications.

Les symptomes d'une crise d'angoisse : la repérer pour bien la gérer

Les battements de mon cœur s'accélèrent, ma gorge devient sèche, et respirer sans avoir la sensation d'étouffer me semble impossible : pas de doute, la crise d'angoisse est là. "C'est dans la tête" me direz-vous. Oui, certes, ces attaques de paniques sont dues aux mauvais tours que me jouent mes pensées mais j'ai l'impression que je vais mourir tant mon corps s'agite. Elles ont beau être irrationnelles, elles sont dures à contrôler et m'emportent comme dans un cercle vicieux. Symptômes et causes d'une crise d'angoisse, je vous dis tout. Pour bien la gérer, il est important de bien la comprendre.

Démotivée au travail ?

Il y a des jours comme ça... on traîne des pieds et on subit sa journée, rêvant à chaque minute de l'instant où l'on pourra quitter son costume de travailleur, pour passer à autre chose. Bref, c'est le coup de mou et on se demande bien ce qui nous pousse à sortir du lit le matin. Tout le monde connaît un jour une période de moins bien au travail, de démotivation mais il est important de ne pas s'y embourber. Voici 3 astuces pour retrouver la niaque vite et bien !

Comment pratiquer l'écoute active au travail ?

Au travail, nous sommes amenées à échanger avec tout un tas de personnes : collègues, managers, directeurs, etc. Il est donc important de bien comprendre et bien se faire comprendre, pour avoir des relations saines avec tous les acteurs de l’entreprise. L’écoute active est la solution pour des relations apaisées et un fonctionnement plus efficace. Alors, comment montrer qu’on écoute activement son interlocuteur ? Pourquoi est-ce essentiel au travail ? Explications.

Je m’ennuie au travail… Est-ce un bore-out ?

Jour après jour, je tente de tuer le temps au travail. Cela peut paraître risible, mais c’est une situation pesante. J’enchaîne les cafés, je regarde la trotteuse de l’horloge tout le temps, je navigue sans but sur internet. On peut dire que je suis payée à rien faire ! Je sais que beaucoup envient cette situation, mais ce n’est pas joyeux. Entre fatigue, perte d’estime de soi et même dépression, le bore-out est à surveiller.

Que faire quand on s'ennuie ? 10 idées d'activités pour s'occuper

Et voilà, je m'ennuie. Moi qui me plains de ne jamais avoir le temps, maintenant que j'en ai, je ne sais pas comment l'utiliser ! M'occuper de mon intérieur, prendre des nouvelles de mes proches, et pourquoi pas développer certains talents ? Il y a tellement de façons de s'occuper, voici 10 choses à faire quand on s'ennuie !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici