Maternité : bien vivre ma grossesse

Mis à jour le

La maternité, le fait de devenir mère, sont des étapes importantes dans la vie d'une femme. Cette période de changement s'accompagne de grand bonheur mais aussi de nombreux doutes ! Grossesse, conception, accouchement, allaitement etc... nous te partageons ici nos histoires, nos témoignages et nos conseils pour t'accompagner dans cette période de ta vie.

Maternité : bien vivre ma grossesse

Nous t'accompagnons ici dans toutes les étapes de la maternité, de ton désir d'enfant à l'arrivée de bébé.

✏ Nos derniers articles "Maternité"

Accouchement traumatisant : l'importance d'en parler

Mon accouchement s'est très bien passé, j'en garde un souvenir émouvant, mais je me souviens aussi d'une de mes amies qui était vraiment désolée de ne pas pouvoir venir rencontrer mon bébé à la maternité. Son accouchement l'avait tellement marquée, traumatisée qu'elle ne pouvait plus mettre les pieds dans la maternité où sa fille était née, plus d'un an auparavant. Je me souviens qu'elle m'avait appelée depuis le parking, des larmes dans la voix et en tremblant : "Je ne peux pas rentrer, c'est trop dur… ne m'en veux pas." Je savais que son accouchement c'était mal passé, mais je n'avais pas compris à quel point elle avait été traumatisée par cet événement.

Je n'ai pas envie d'allaiter et c'est mon choix !

Dès la grossesse ou même avant, on se pose des questions sur la manière dont on va nourrir notre enfant. Mais rassurez-vous, quel que soit le choix que vous ferez, vous aurez toujours, je dis bien toujours, des remarques négatives ! L'OMS recommande l'allaitement maternel jusqu'à 6 mois. Moi, j'ai choisi de ne pas allaiter et vous savez quoi ? Je crois que je suis une bonne mère quand même.

Pleurer devant ses enfants

Enfant, tout est prétexte à verser sa petite larme. Gérer ses émotions c’est un truc d’adulte, surtout de parents. Tout du moins, on essaye 😅. J’ai pourtant vu mes parents pleurer et je ne leur en veux pas. Outre ces images déchirantes, leur « manque de pudeur » m’a bien servi. Merci maman, merci papa : je ne suis pas un robot sans cœur ! Pour que tous les parents décomplexent et arrêtent de se fendre les paupières pour s’empêcher de pleurer, je donne mon point de vue. Pas en tant qu’experte, mais simplement comme une grande enfant qui a déjà vu ses parents craquer et qui s’en souvient encore.

Comment annoncer ma grossesse à mon employeur ? Et quand ?

Quand on apprend que l'on est enceinte, c'est le choc, puis on s'inquiète, on trépigne, puis on s'inquiète et on imagine, puis on s'inquiète encore un peu et puis la vie continue donc on reprend le chemin du boulot... Mais attend, le boulot... Comment j'annonce à ma boss que je suis enceinte ? Et à mes collègues ? Et quand est-ce que je le fais ?

Le déni de grossesse, un mécanisme de défense psychique

Être enceinte sans le savoir, ça paraît fou et pourtant cela concerne 3 grossesses sur 1.000. Le corps peut cacher une grossesse pour préserver le psychique. A un moment donné de ma vie, c’était une angoisse pour moi de tomber enceinte et je n’imagine pas si mon corps m’avait caché une potentielle grossesse. Mais qu’est-ce qui provoque un déni de grossesse ? Pourquoi ce mécanisme de défense ? Y a-t-il quand même des symptômes qui permettent de le déceler ? Explications.

L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum

L'une de mes plus grosses craintes liées au fait d’avoir des enfants, est de faire une dépression post-partum. Elle survient chez les femmes dans les premiers mois du bébé et peut être dévastatrice. Quand on est jeune maman, on ne se rend souvent pas compte quand on est dans cet état, tant on se fait passer en dernier... Cependant, pour nous aider à comprendre notre état mental après l’accouchement, il existe un test appelé “L’échelle d’Édimbourg”. Explication.

3 mois sous silence, libérer la parole autour de la fausse couche

C'était un truc qui me rendait dingue… cette histoire d'attendre trois mois… pour annoncer une grossesse. Les secrets, c'est pas trop mon truc, alors une grossesse, à taire pendant 3 mois, pour moi c'était bien trop énorme ! Alors j'avoue, j'ai balancé l'info, par-ci, par-là à mes parents, à des amis très proches, des collègues que j'aime… et à chaque fois, je culpabilisais : j'avais enfreint la règle des 3 mois. Et si je me portais la poisse ? Et si maintenant que j'avais annoncé la bonne nouvelle, je devais perdre ce fœtus ? Aurait-il mieux valu le silence ? Et si en fait on arrêtait plutôt de toujours demander aux femmes de se taire ? C'est en quelque sorte, ce que nous dit Judith Aquien, dans son livre Trois mois sous silence aux éditions Payot.

Comment lâcher prise pour tomber enceinte ?

C'est une envie contre laquelle on ne peut pas grand-chose. C'est une envie qui vient des tripes : celle de faire un enfant. Et lorsque l'on rencontre des difficultés à tomber enceinte, c'est la vie elle-même qui semble nous jouer son plus mauvais tour. Et lorsque le vide devient une obsession, le mal d'enfant n'est plus une option, c'est une réalité. Le lâcher prise peut être une première solution.

Gare au burn out maternel

Burn out. Lorsqu'on entend ces mots, on pense au milieu professionnel. L'épuisement physique et émotionnel, l'agacement, l'impression d'être submergée, l'envie de rien, le stress continu et la perte de confiance en soi touchent aussi les parents. Lorsque la pente est raide et qu'elle conduit droit à une descente aux enfers, on peut parler de burn out parental et il peut conduire à la dépression. La mère est la candidate idéale, alors pas de culpabilité, une prise de conscience et on se fait aider.

Comment gérer la déception à l'annonce du sexe du bébé ?

Quand j'ai décidé d'avoir un bébé, je ne voulais pas un bébé, je voulais une fille. Une fille et rien d'autre ! L'idée d'avoir un garçon ne me déplaisait pas, pire, elle m'angoissait terriblement. Un caprice ? Peut-être. Une crainte ? Sans aucun doute. Et puis finalement, une annonce à encaisser et une déception à gérer.

J’ai peur de faire garder mon bébé.

Cet enfant était encore dans mon ventre quand je m’attelais à la tâche qui me semblait déjà la plus insurmontable (juste après l’accouchement 😏) : chercher une nounou pour le faire garder. Les parents que je connais semblent tous tellement à l’aise avec ces notions de crèche, de nounou, de babysitter, pour eux c’est devenu totalement banal. Pour moi, c’est juste les prémices d’un terrible fait divers du type : “de mauvaise humeur, cette nounou enferme dans sa cave un bébé qui pleurait trop.” Il faut dire que les révélations sordides de mauvais traitements dans les crèches n’aident pas. Et puis, c’est comme ça, mon cerveau ne voit que les trains qui n’arrivent pas à l’heure. Confier son enfant, c’est difficile et finalement, c’est loin d’être banal, mais ce n’est pas impossible !

J'ai peur de faire un enfant... à cause de la crise climatique !

“Est-ce que je veux vraiment faire un enfant dans ce monde ?”. C’est la question que je me pose très souvent, encore plus depuis la pandémie. L’avenir n’est pas très rose quand on écoute les médias, alors je doute. En plus, mon engagement écologique me souffle que c’est une mauvaise idée pour la planète. Partagée entre mes doutes, je vous livre mes réflexions à propos de cette peur que j’ai, de faire un enfant à cause de l’avenir.

10 citations sur la maternité et l'amour maternel que vous allez adorer

La maternité, c’est à la fois une des plus belles choses et une des plus compliquées à vivre. En effet, ce n’est pas qu’un doux rêve idyllique dans lequel les femmes s’accomplissent, comme on peut le voir partout. Elle est composée de bonheur indescriptible mais elle nous fait aussi traverser des moments compliqués. Alors voici 8 citations qui prennent en compte toutes les subtilités et les nuances de la maternité, pour mieux la vivre.

Je ne veux pas quitter mon bébé... et ça va !

Dans la vie, il y a plein de trucs que je n'aime pas faire. Me séparer de mon bébé en fait partie et rien ne m'irrite plus que lorsqu'on me dit de me "décoller" de mon fils. Je n'aime pas le confier et il est très dur pour moi de partir sans lui, mais est-ce que c'est vraiment un problème ?

"Je ne veux pas d'enfants" : foutez la paix aux femmes !

“Quand est-ce que tu fais un enfant ?” Ah cette phrase, je parie que nous sommes nombreuses à l’avoir entendu. Les injonctions faites aux femmes sont encore très fortes et quand il s’agit de maternité, c’est juste insoutenable. Aujourd’hui encore, on doit se justifier lorsqu’on émet le désir de ne pas avoir d’enfant. En fait il faudrait juste nous foutre la paix avec ce choix qui ne regarde que nous. On dit stop !

Qu’est-ce que la psychose puerpérale, cette folie maternelle ?

On sait que la maternité est un grand bouleversement, mais on n’imagine pas que donner naissance puisse nous faire perdre les pédales. Avoir un état mental complètement brisé peut se produire et on appelle ça, la “psychose puerpérale”. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comment diagnostiquer ce type de psychose ? Est-il possible d’en guérir ? Il est essentiel de parler de la psychose puerpérale pour que tout le monde y soit mieux préparé. Explications.

PMA pour toutes : enfin le droit d’avoir un enfant pour chacune !

Je veux avoir le choix de faire un bébé, que je sois en couple avec un homme ou une femme, ou que je sois célibataire ! La PMA pour toutes, c’était mon souhait le plus cher pour toutes ces femmes qui voulaient avoir un bébé. Après des années de mobilisation, le Parlement a adopté le projet de loi bioéthique avec sa mesure phare, l’extension de la PMA à toutes en 2021. Enfin le droit d'avoir

Quelles sont les différences entre un baby blues et une dépression post-partum ?

Fatiguée, triste, au bout du rouleau... Depuis l'arrivée de bébé, c'est difficile. Si c'est un constat que vous vous êtes déjà fait, peut-être vous posez-vous la question : est-ce "juste" un baby blues ou est-ce une dépression post-partum ? La frontière peut être floue, bien que les deux se manifestent après l'accouchement. Alors comment savoir la différence entre les deux ? On vous en dit plus.

Yoga prénatal

Le yoga prénatal s’adapte aux besoins des femmes enceintes. Il mettra l’accent sur les besoins du corps et la détente grâce à une pratique en douceur, mais aussi sur la respiration, élément clé pour améliorer la gestion du stress, de la douleur ou bien pour aider à la relaxation. Principes, bienfaits, on vous dit tout !

Peut-on continuer à faire du sport en étant enceinte ?

Poursuivre une activité sportive enceinte n’est plus un tabou ou quelque chose que l’on cherche à cacher par peur d’être jugée. Aujourd’hui, la pratique d’une activité physique est même recommandée pour la santé et le bien-être des futures mamans, à condition bien sûr, d’avoir écarté toutes contre-indications avec son médecin. Alors quels bénéfices ? Quelles activités privilégier ? Quels exercices sont conseillés pendant la grossesse. On vous explique tout.

Ecoutez nos podcasts

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.