Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Rupture amoureuse, dispute familiale, licenciement… On a toutes vécu un jour la sensation d’être rejetée, exclue ou mise à l’écart. Certaines arrivent à rebondir assez rapidement, quand d’autres en soufre de manière persistante. Pour ma part, j’ai compris comment avancer, car j’ai mis des mots : cela s’appelle une blessure de rejet. Comment peut-on souffrir d’une telle peur du rejet ? Comment en guérir et avancer ? Explications.

Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Comment définir une blessure de rejet ?

J’ai toujours eu peur de ne pas être à la hauteur et d’être rejeté par les autres. La blessure de rejet est décrite, par Lise Bourbeau dans son livre “Les cinq blessures qui vous empêchent d'être soi-même”, comme un sentiment, fondé ou imaginaire, d’avoir été repoussée et non désirée par l’autre 💔.  À l’origine, ce sont donc nos sentiments qui subissent un choc émotionnel et il peut être plus ou moins forts suivant différents paramètres : personnalité, âge, contexte…

Néanmoins, ce qui caractérise la blessure de rejet, c’est la souffrance sur le long terme. On a l’impression de vivre des situations de rejet à répétition au quotidien. Bien sûr, lorsqu’on se dispute avec une personne que l’on aime et qu’on angoisse, on ne va pas se dire “ah tiens, c’est ma blessure de rejet qui s’active !”. La plupart du temps, elle reste refoulée et inconsciente et elle vient de notre passé 😔.

👋 Cet article peut aussi vous intéresser : Les 5 blessures de l'âme : tout savoir pour ne plus souffrir.

Comment la blessure de rejet apparaît ?

La blessure de rejet trouve souvent son origine dans les premières années de notre vie 👶. Elle se forme lorsque, en tant qu'enfant, on se sent ignoré, négligé ou dévalorisé par nos figures d'attachement, principalement nos parents. La blessure de rejet a souvent un lien avec la phase où l’enfant prend conscience que sa mère et lui ne font pas qu’un, elle est appelée l’angoisse de séparation

Elle peut aussi apparaître lorsqu'on se sent exclu ou rejeté et que l'on est victime de harcèlement scolaire. On peut se sentir indésirable, non désiré, ou avoir l'impression que notre présence est un fardeau pour les autres. 

Les facteurs qui renforcent la blessure

On ne vit pas toutes les blessures de l’enfance de la même manière. Certaines arrivent parfaitement à les maîtriser quand d’autres les refoulent. Si la cicatrisation ne parvient pas à se faire, c’est parce qu’il faut prendre en compte d’autres facteurs :

  • L’hypersensibilité : si on est hypersensible ou qu’on présente des troubles psychiques.
  • La violence : si on a subi de la maltraitance ou de la négligence, en particulier pendant l’enfance.
  • La récurrence : si on vit plusieurs situations de rejet, y compris à l'âge adulte, comme des ruptures amoureuses brutales, ou même amicales.
  • Le degré d’affection : s’il s’agit d’une figure d’attachement comme la mère ou le père, la famille ou une personne très proche, le sentiment de rejet sera vécu plus violemment.
  • L’investissement : si on est pleinement investi par la relation, qu’elle occupe tout notre espace mental.

Comment savoir si on souffre d’une blessure de rejet ?

Deux types de comportements peuvent nous aider à comprendre si on souffre d’une blessure de rejets.

  • La fuite : comme on est dans la peur de l’abandon et du rejet des autres, on aura tendance à fuir les relations sociales, peu importe la nature (amoureuse, familiale, amicale, professionnelle, …). C’est un mécanisme de défense pour éviter de souffrir et par peur de l’échec d’une nouvelle relation.
  • Le manque de confiance en soi : on est en remise en question permanente de qui on est. On a l’impression de ne pas être assez intéressante, gentille, drôle, etc. En plus de cela, on se sent plus facilement agressée par les autres, par leur propos ou leur comportement. On aura en plus tendance à penser qu’on est jamais appréciée sincèrement à cause de ce manque d’estime.
La Conséquence :
On fera des actes d’auto-sabotage dans nos relations à cause de l’anticipation du rejet. Les autres passeront en premier, pour correspondre à leurs attentes, en s’oubliant soi. Sauf que d’autres problèmes peuvent découler de ce type de comportement, c’est en voulant éviter le rejet, qu’on va le subir.

👋 Cet article peut aussi vous intéresser : Autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve

Comment guérir la blessure de rejet ?

Malheureusement, on ne peut pas réellement guérir d’une blessure de rejet 😞. Il serait bien qu’on puisse avoir un bouton “effacer” quelque part en nous, pour retirer ce qui nous fait souffrir (personnellement, il me serait très utile !). Néanmoins, que l’on se rassure, on peut apprendre à ne plus réagir de manière excessive à cette blessure émotionnelle, c’est ce que j’ai appris à faire.

Être à l’écoute de soi

Pour cela, il faut prendre conscience qu’elle existe et faire un travail d’introspection. L’analyse de soi permet de trouver les origines et le sens de la blessure, tout en accueillant les sentiments qui sont liés. Il faut être capable de se tourner vers son monde intérieur en écoutant, observant et en analysant ses émotions par rapport à une situation.

👉 Par exemple 🧐 : Une amie annule plusieurs fois des déjeuners avec nous. On doit arriver à comprendre ce que cela suscite en nous avant de lui en parler. On aura tendance à penser : “elle annule parce qu’elle en a marre de moi”. Alors que la communication est la clé, la vraie raison se cache peut-être dans le fait que notre amie a des problèmes financiers.

Sauf qu’arriver à comprendre ses émotions est un exercice plus facile à dire qu’à faire, surtout si on n’a jamais pris le temps de s’écouter 😳.

S’entourer et en parler

En effet, faire ce travail seul·e est complexe. Pendant longtemps, je n’avais pas conscience de mes blessures intérieures, je n’avais pas l’ouverture d’esprit pour aller chercher les réponses au fond de moi. Voilà pourquoi il faut se faire aider et consulter un professionnel. Un accompagnement psychologique est la meilleure façon de mieux vivre avec sa blessure de rejet. L’écoute et le non-jugement permettent de s’exprimer librement sur notre passé et nos ressentis. Cela permet d’entamer une phase de reconstruction pour apaiser ses émotions. 

👉 À partir de là, on pourra comprendre que nous ne sommes pas responsables de cette blessure de rejet. C’est un moyen de pardonner aux autres et de se pardonner pour avancer et vivre au mieux 🤗.

L'avis de la rédaction : ne pas se laisser envahir

Une blessure de rejet peut être profondément douloureuse et affecter de nombreux aspects de votre vie. Consulter un professionnel peut vous aider à comprendre et à guérir cette blessure. Le suivi peut offrir des stratégies pour gérer le rejet et renforcer votre résilience. Demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse, mais une preuve de courage. Alors, si vous ressentez une blessure de rejet, n'hésitez pas à consulter un thérapeute pour ne pas vous laisser envahir et pour retrouver la joie de vivre !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Bonsoir, Je me suis un reconnue dans votre sujet. Le problème c'est qu'à bientôt 55 ans, ce sentiment de rejet est plus présent que jamais, comme s'il avait réapparu. Mes soeurs m'ont mise de côté pendant plusieurs années à cause d'une dispute avec mon compagnon actuel, cela a duré 5 ans. Mon père est plutôt agressif et autoritaire avec moi par rapport à mes soeurs. j'ai fui la maison familiale très jeune suite à une dispute et une tentative d'atteinte physique et pendant 5 ans, je n'ai pas vu mes parents, ils m'ignoraient lorsqu'ils me croisaient. La blessure du rejet est plus que jamais présente chez moi, d'autant plus que je viens de perdre ma mère pour qui j'ai un amour inconditionnel. Je suis une hypersensible et je vis très mal cette situation.

valérie il y a 2 ans

Aimer vous tout commence par la Faite vous confiance le reste suivra DIEU peu tout

Gisèle il y a 2 ans

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube