Hikikomori, le phénomène d'isolement social venu tout droit du Japon

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai longtemps été passionnée par le Japon et je le suis toujours. La société japonaise est fascinante à bien des égards. Cependant, elle a aussi de très mauvais côtés et certaines personnes se replient sur elles-mêmes. Là-bas, on appelle ça le “hikikomori”, un syndrome d’isolement social qui est en expansion. Pourquoi ? Est-ce que cela se limite vraiment à l’archipel nippon ? Pas si sûr… Explication.

Hikikomori, le phénomène d'isolement social venu tout droit du Japon

Qu’est-ce que l’hikikomori ?

L’hikikomori fait parler de lui depuis les années 90, notamment parce que le Japon subit une crise économique depuis cette période. Cela traduit un phénomène de repli sur soi et d’isolement social qui touche principalement les hommes, mais la part de femmes a explosé ces dernières années. 

On définit l’hikikomori comme suivant 👇 :

  • Les personnes atteintes vivent enfermées chez elles depuis plus de 6 mois sans avoir de contacts avec des personnes extérieures à leurs familles,
  • Elles ne travaillent pas et ne font pas d’étude,
  • Elles n’ont a priori pas de troubles psychiques connus.

Le dernier point est à remettre en question 🧐. En effet, pour faire baisser les statistiques à propos de l’hikikomori, il est généralement dit qu’il n’y a pas de développement de troubles mentaux. Néanmoins, il peut y avoir une pathologie psychiatrique à l’origine de cet isolement social

🎮

On a bien longtemps attribué ce comportement à l’addiction au web et aux jeux vidéo, mais en réalité, ce n’est pas le cas. Ce sont des facteurs qui contribuent à réduire le besoin de contact avec les autres, mais ils n’en sont pas à l’origine.

Pourquoi est-ce un phénomène en expansion ?

Au cours de leur vie, 1.2% des Japonais vont connaître l’hikikomori, comme l’explique le neuropsychiatre, Takahiro Kato. Dans un avenir proche, il y aurait près de 1 million de cas au Japon, ce qui aura un impact socio-économique sur le pays. Certains spécialistes parlent d’épidémie, tant le phénomène augmente.

🇯🇵 L’explication à son expansion est simple. Dans un pays où le “karoshi” est présent à cause du présentéisme au travail, il est très mal vu de ne pas participer à l’effort collectif. L’entourage a donc honte et ne pousse pas la personne à consulter. En plus, il y a une indulgence envers la personne qui en souffre et l’entourage préfère laisser la personne “s’épanouir” ainsi.

Un changement profond de la société

Néanmoins, il y a des causes qui interviennent bien avant que la personne ne bascule dans l’hikikomori. Le neuropsychiatre explique que la société japonaise a profondément changé depuis 30 ans. En effet, les modes de vie familiale et sociale ne sont plus les mêmes, ce qui explique la croissance du phénomène. Les parents sont très occupés par leur travail, les grands-parents n’habitent plus sous le même toit, l’enfant se retrouve seul la plupart du temps. Parfois, pour compenser cela, les parents le gâtent, ce qui peut le transformer en enfant roi 👑.

À côté de cela, au Japon, il y a aussi désormais une pression intense du système scolaire et du travail, il faut absolument réussir et exceller 😱. Par exemple, les cours du soir sont monnaie courante, même pour des élèves qui n’ont aucune difficulté. À cette compétition s’ajoute souvent le harcèlement scolaire, ce qui peut détruire psychiquement un enfant.

L’hikikomori est aussi une forme de rébellion. Comme je l’ai dit, le Japon est un pays où la collectivité et le bien commun prennent beaucoup de place. Avec l’essor de l’individualisme, certaines personnes ont besoin de se concentrer sur soi et de ne plus être en contact avec la société 🚪.

L’hikikomori, un phénomène pas uniquement japonais

L’hikikomori est un phénomène surtout observé au Japon, du moins, c’est ce qu’on croyait. Le psychiatre Alan Teo à l’université du Michigan, a été le premier à parler d’un cas d’hikikomori en dehors du Japon. Son patient était un homme de 30 ans qui a vécu reclus pendant 3 dans son appartement. Les cas se multiplient aussi à Oman, en Espagne, en Italie, en Corée du Sud et même, depuis quelques années, en France. Cela a d’ailleurs été le sujet de l’émission “Toute une histoire” :

null

Pourquoi est-ce que l’on a des cas d’hikikomori ?

Au-delà des raisons proprement liées à la société japonaise, l’isolement n’est pas un phénomène nouveau. Le psychiatre Serge Tisseron émet l’hypothèse que l’hikikomori serait une manière inconsciente de gérer ses émotions, les conflits et les inquiétudes relatives à l’avenir. C’est un moyen de temporiser et de ne pas reconnaître sa dépression, sa phobie sociale ou encore son ergophobie 😔.

L’hikikomori n’a donc pas de frontière, puisque l’anxiété et la peur du regard des autres sont un sentiment que tout le monde peut expérimenter une fois dans sa vie. C’est un phénomène que l’on voit de plus en plus dans les pays développés et comme le dirait Jiddu Krishnamurti, ce n'est pas un signe de bonne santé d'être bien adapté à une société profondément malade. L’hikikomori, c’est une forme de rejet à la participation à cette société bancale.

Comment soigner l’hikikomori ?

6 mois, un an, 5 ans, 10 ans… L’hikikomori peut parfois durer très longtemps. Il est malheureux de constater qu’au Japon, certaines personnes peu scrupuleuses ont monté des business sur les hikikomoris et les familles désespérées. Leur but ? Aller déloger l’hikikomori et le forcer à sortir avec des techniques plutôt brutales. Cependant, ce n’est pas ainsi que la personne va pouvoir vaincre la solitude et ses peurs. Au contraire, cela ne fera que l’enfoncer dans son repli 😥…

Accompagner avec la thérapie

Même si c’est notre société actuelle qui fait naître les hikikomoris, il ne faut pas attendre qu’il y ait une prise de conscience et une aide quelconque. Cela nécessiterait des changements trop profonds et trop complexes, laissant l’individu qui souffre de côté quand même. 

Non, le mieux est de mettre en place un accompagnement thérapeutique. Si l’hikikomori n’arrive pas à sortir, certains praticiens se déplacent. Ils mettent ainsi en place soit une thérapie cognitive et comportementale (TCC), soit une thérapie EMDR, suivant les problématiques du patient. Cependant, il peut y avoir des cas graves où la santé physique de la personne est en jeu, notamment à cause d’un syndrome de Diogène couplé à l’hikikomori. Dans ce cas-là, il est nécessaire de faire hospitaliser la personne, mais le travail thérapeutique doit être mené en même temps.

L'avis de la rédaction : l'importance d'une thérapie adaptée

Vous l’avez compris, l’hikikomori est un phénomène grave qui prend de plus en plus de place dans nos sociétés. Le mieux reste de limiter l’isolement social le plus possible, que ce soit pour soi ou un proche. Dès le départ, l’entourage doit comprendre la souffrance de l’hikikomori et l’encourager à consulter le plus rapidement possible. Si vous avez une question ou suspicion d’hikikomori, n’hésitez pas à vous rapprocher un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : lemonde.fr / lexpress.fr / Chaîne de Louis-san / wikipedia.org / nationalgeographic.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Hypervigilance : pourquoi suis-je tout le temps en état d’alerte ?

Un bruit soudain et bam ! Je sursaute. C’est une réaction typique lorsqu’on est dans l’hypervigilance, comme moi. Je surveille tout et j’ai l’impression d’être en état d’alerte quasi en permanence. Cela vous fait ça aussi ? En fait, l’hypervigilance est assez répandue, pourtant on en parle peu. On la retrouve particulièrement chez les personnes perfectionnistes ayant un manque de confiance en elles. Si vous vous retrouvez dans ces mots, découvrez ce qu’est cet état psychologique qui traduit une grande vulnérabilité.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Pourquoi choisir de se marier aujourd'hui?

En voilà une bonne question ? Personnellement, je n'ai jamais rêvé de me marier. Mes rêves de petites filles n’étaient pas faits de tulle blanc, de dentelle et de voile et j'aimais assez l'idée d'un amour si passionné qu'il se passerait d'une union sacrée. Pourtant aujourd'hui, force est de constater que je suis mariée depuis 5 ans et en plus, c'est moi qui ai fait la demande !

Plus qu'un simple derrière, les fesses prennent le devant 🍑

Depuis que j'ai rangé mes baggys et mes strings dans les armoires de mes années 2000, j'avoue m'être plutôt concentrée sur mes seins. Au point même de louper le retour de la fesse sur le devant de la scène. La fesse ? Pas seulement. LA fesse. Celle qui est bombée, qui a des formes, la généreuse, galbée et surtout la décomplexée. Parce qu'on ne s'y trompe pas, toutes les fesses ont leur mot à dire.

Les femmes en politique, des hommes comme les autres ?

Je connais mes classiques et s'il y a bien un truc dont je me souviens, c'est de chanter, à tue-tête, dans la voiture, Être une femme de Michel Sardou. Je devais avoir une dizaine d'années et je ne trouvais rien de plus subversif que de hurler : "Maîtriser à fond le système, accéder au pouvoir suprême : s'installer à la Présidence et de là, faire bander la France." Certes, on a connu moins sexiste, mais quoi qu'il en soit, depuis ce temps-là, féminisme et politique me passionnent, mais est-ce que ça va vraiment de paire ? Quelle est véritablement la place des femmes en politique aujourd'hui et qu'est-ce que ça nous apprend ?

Je veux travailler moins et mettre ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube