J’ai des accès de colère, comment les contrôler ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Que celle qui n’a jamais ressenti de colère ferme cet article ! On a toutes ressenti un jour ou l’autre cette émotion virulente 😡. Elle n’est ni mauvaise, ni bonne, elle a le droit d’exister. Il est saint de ressentir de la colère lorsqu’on est trahie ou victime d’une injustice. Par contre, lorsque les accès de colère sont récurrents, il est bon d’apprendre à les contrôler. Lorsque la colère blesse les autres ou nous-même, elle devient problématique.

Sommaire : 

Pourquoi doit-on apprendre à contrôler sa colère ?

On entend souvent qu’il ne faut pas retenir sa colère. Cependant, la laisser sortir de manière agressive n’est pas la solution non plus 🤬. Il n’est pas possible de “supprimer” cette émotion, comme on le fait pour fermer une application de notre téléphone. Ce n’est pas non plus à autrui de gérer nos émotions, mais à nous-même de le faire pour plusieurs raisons.

La colère nous ronge

On le constate bien souvent, les émotions aussi fortes que la colère, ça fatigue ! Ressentir de la colère provoque des symptômes physiques pouvant amener sur des maladies chroniques graves comme une maladie cardiovasculaire, un diabète, un affaiblissement immunitaire… Encore, s’il n’y avait que ça 🤯 ! 

➜ Si cela nous fatigue autant d’éprouver de la colère, c’est parce qu’elle consomme des ressources psychologiques importantes. Elle peut même mener à une anxiété généralisée si elle est récurrente, voire à la dépression et d’autres maladies mentales…

La colère nous isole

Il est important de réfléchir aux effets que la colère a sur soi, mais il y a aussi les autres qui en pâtissent. Et ils n’ont en aucun cas à subir cela ! Il peut arriver qu'on se dise que ce sont les autres qui provoquent cette émotion, mais en réalité, il s’agit de notre passé qui resurgit. En plus, la colère peut nous éloigner des gens que l’on aime et les faire souffrir 😥. Afin de les préserver de tout cela, il faut donc apprendre à se maîtriser.

Cet article peut vous intéresser >>> Le violentomètre, l’outil pour lutter contre les violences

Qu’est-ce qui se cache derrière la colère ?

Il faut savoir que la colère est une émotion secondaire en lien avec des événements que l’on a vécus. Elle cache en réalité une autre émotion, on est en colère en raison de l’émotion primaire. Il arrive qu’on veuille aussi la cacher, ce qui est un évitement émotionnel. C’est pourquoi il faut apprendre à gérer ses émotions, elles sont toutes légitimes.

⚠️ Il se peut aussi qu’on ait été éduqué en ne communiquant qu’avec la colère dès que quelque chose ne va pas.

Voici quelques raisons qui peuvent expliquer la colère :

  • Difficulté à faire des compromis : il est possible d’avoir grandi dans un modèle où la personne en colère obtenait toujours ce qu’elle voulait, on reproduit donc ce schéma. Sinon, on aura l’impression que faire des compromis, c’est être vulnérable.
  • Une émotion principale : on met son masque pour cacher la réelle émotion.
  • Incapacité à écouter des opinions différentes : cela veut dire que l’on n’arrive pas à se remettre en question.

Comment apprendre à gérer sa colère ?

La colère se manifeste par des symptômes physiques comme l’estomac noué, la mâchoire contractée, une transpiration excessive, etc. Ces signaux peuvent nous aider à sentir la colère arriver et à comprendre ce qui est à l’origine de cette émotion forte.

Repérer les situations ou personnes qui génèrent la colère

Les signaux envoyés par le corps peuvent permettre de décrypter la colère. Parfois il s’agit de situations ou de "patterns" qui se reproduisent et qui déclenchent cette émotion forte. Voici une liste non exhaustive :

  • Les situations stressantes et particulièrement anxiogènes ;
  • Les “il faut” ou “tu dois” imposés par les personnes psychorigides ;
  • L’accumulation de frustrations ;
  • Les conclusions hâtives, on a l’impression de savoir ce que l’autre pense ;
  • La généralisation des autres, par exemple “tu me coupes toujours la parole” ;

Apprendre à s’apaiser

Une fois que l’on a identifié les situations, il est plus facile d’apprendre à se calmer. Prendre de la distance avec ses émotions permet de moins les subir, mais de les observer et de mieux les comprendre. Pour cela, le yoga ou la méditation peuvent être de solides alliés pour contrôler au mieux les accès de colère 🧘‍♀️.

Néanmoins, ce sont des pratiques à installer sur le long terme. Sur le moment où on est en rage, on peut se concentrer sur les sensations physiques. Ainsi, on reporte son attention sur notre corps et non nos émotions. Apprendre à faire des exercices de respiration est nécessaire pour évacuer la colère, on peut donc inspirer et expirer de manière profonde.

Relativiser

Tout comme s’apaiser, c’est un exercice qui prend du temps. Eh oui, pas facile de prendre de la distance lorsqu’on bouillonne. Mais plus on le fera, plus il sera facile pour nous de le faire. Lorsqu’on commence à être frustrée et contrariée par une situation, il faut se poser les questions suivantes 🤔 :

  • Dans quelle mesure est-ce vraiment important ?
  • Est-ce que ça vaut la peine de se mettre en colère ?
  • Est-ce que ça vaut la peine de ruiner le reste de ma journée ?
  • Est-ce que ma réponse est appropriée à la situation ?
  • Y-a-t-il quelque chose que je puisse faire ?
  • M'engager dans des actions de résolution de problème ou de colère vaut-il la peine que j'y consacre du temps ?

Faire appel à son empathie

À partir de là, il est possible d’être assez forte pour se mettre à la place de la personne qui nous a contrariée, que ce soit notre mec ou la guichetière de La Poste. Pour y parvenir, on doit être dans l’écoute active de l’autre, sans surinterpréter les propos. De plus, il est nécessaire d’apprendre à se détacher de quelque chose qui nous tient souvent à cœur : avoir raison. 

👩‍❤️‍👩 Si on arrive à se mettre “dans les chaussures de l’autre”, il sera beaucoup plus facile de lâcher prise et de ne pas se laisser envahir par un sentiment de colère.

L'avis de la rédaction : identifiez l'origine de cette colère

La colère est une émotion forte, fatigante sur le long terme. Il existe bien sûr des colères saines, à condition qu'elles nous servent de moteurs et nous permettent d'avancer. Quand elles se traduisent uniquement en agressivité, elles sont épuisantes et nuisent à nos relations. Il est alors important d'apprendre à canaliser ces émotions. Si vous souffrez de nombreux accès de colère, la première chose à faire est d'identifier les causes. Contactez un psychologue afin de remonter aux origines de cette agressivité et de trouver ensemble des solutions.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : les-defis-des-filles-zen.com / huffingtonpost.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Trop exigeante en couple ? Marion Thihy, coach, nous dit tout !

Ne serions-nous pas trop exigeantes en couple ? Attentes démesurées, image du couple ...

Lire

L'empathie, qu'est-ce que c'est au juste ?

L'empathie c'est bien. Dans la mesure où nous évoluons avec les autres, la capacité d...

Lire

Comment reconnaître une déprime d’une dépression ?

Vous sentez triste, lassée, vide, les larmes vous montent souvent aux yeux, vous manq...

Lire

Quels sont les symptômes d'une dépression ? Voici comment la reconnaître.

Colère, tristesse, mélancolie… Nous vivons toutes des émotions négatives, mais lorsqu...

Lire

Être une mère : vous avez le guide ?

Message envoyé hier à une copine qui prenait des nouvelles de fin de journée ... « Bo...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici