Pourquoi je n'arrive pas à lâcher prise ? Qu'est-ce que qui m'en empêche ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Comme si j’étais ma propre prison, je ne lâche jamais prise. Pourtant je vous jure que je rêve d’être libérée de mes peurs, d’un passé encore douloureux, ou de mon obsession du contrôle. « Vivre » ça a l’air bien quand même. Ça paraît même facile pour certains, alors pourquoi pas pour moi ? Découvrez ce qui m’empêche de lâcher prise. Attention le bonheur, j’arrive !

Pourquoi je n'arrive pas à lâcher prise ? Qu'est-ce que qui m'en empêche ?

Besoin de tout contrôler : l’ennemi public numéro 1

Il n’y a qu’à ouvrir le dictionnaire pour s’en rendre compte : lâcher prise, par définition, c’est arrêter de chercher à vouloir tout contrôler. À première vue, maîtriser mes réactions ou encore mon emploi du temps m’empêche de paniquer 😩. Il faut le dire, cette sensation de maîtrise me fait me sentir puissante puisque « C’est moi qui décide ! » et je comble mon besoin de tout contrôler. Par contre je n’ai ni le temps d’être surprise, ni de flâner pour suivre mes envies. Et pour me voir à l’improviste, il y a, au minimum, une semaine d’attente 🙄. Avouez que ce n’est pas la meilleure solution pour profiter de l’instant présent.

🙄 Sortir de ma zone de confort ? Pour quoi faire ? L’idée suffit à me plonger dans un grand état de stress et d’anxiété. Les gens sages disent pourtant que c’est la meilleure façon de progresser, mais moi j’ai peur et j’ai besoin de sécurité (👋La peur n'est qu'un besoin de sécurité non comblé !). Alors je ne prends jamais de risque.

Improvisation impossible : je planifie toute ma vie

Une astuce ? Si planifier ma vie, me plaît autant, je garde mon agenda en mains et je me prévois un moment où je ne fais rien. Improvisation totale au rendez-vous.

Je doute de mes capacités

Je doute. Surtout quand je cherche un mot ou un nom. Cette situation assez simpliste illustre parfaitement ce qui se passe dans ma tête alors que je pourrais être simplement spontanée.« C’est quoi le titre de cette chanson ? Tu sais, tu l’écoutes tout le temps ! » Je sais que l’on attend de moi un résultat, et vite. Alors je sens la pression monter, et je me concentre à m’en fendre la cervelle, persuadée que plus je m’applique, plus je vais réussir.

Manque de chance, c’est l’inverse : plus je m’efforce à chercher quelque chose, moins je le trouve. Pourtant je devrais le savoir que j’ai la réponse, mais prise de court je perds mes moyens. « Argh, je l’ai sur le bout de la langue… 😝 » Penser de façon obsessionnelle à un problème est, malheureusement et souvent, complètement inefficace. On gagne plus à permettre à son cerveau de faire émerger certaines solutions et de laisser place à la créativité qu’à le frustrer. Vous n’avez jamais remarqué que la réponse que vous cherchiez revient toute seule et sans aucun effort ? CQFD 🤷.

Le regard des autres me paralyse

J’ai remarqué aussi que lâcher prise seule dans son salon, c’est plus simple que lâcher prise lorsqu’on est entourée. Pourtant, les gens que je suis amenée à fréquenter ne sont ni parfaits, ni membre d’un jury. D’ailleurs, la vie n’est pas un examen pour lequel on est noté (enfin je crois 🤔).

😨 J’ai beau me répéter ça une fois, quinze fois, je ne suis toujours pas à l’aise face au regard des autres (👋 Mais comment arrêter de chercher l'approbation des autres ?). Pourtant, jamais une réflexion n'est sortie de leur bouche, mais je persiste à penser à leur place... Lâcher prise, c’est comme me mettre à nu devant ces gens. Personne ne devine que j’ai beaucoup d’humour et un grand sens de l’autodérision derrière mes expressions timides. Par peur de me dévoiler au naturel, peur que l’originalité soit un mal, je préfère me fondre dans la masse. Moins j’attire l’attention, moins je prends de risque. À en suivre mon raisonnement, les autres seraient tous des sadiques qui préféraient me juger, au lieu d’apprendre à me connaître. Bon, OK, c’est stupide. 🙄

Et si pour lâcher prise je croyais un peu en moi ?

Voilà ce qu’il se passerait : je perdrais moins de temps et je serais plus spontanée ! En vue de tous ces symptômes, j’ai fait des recherches sur moi-même, et voilà mon diagnostic : je manque affreusement de confiance en moi. Je les vois bien ces gens pleins d’assurance. Ils ne perdent pas de temps à avoir peur des conséquences de leurs actes, du regard des autres ou toutes ces conneries choses. Ils vivent, tout simplement. Si vous croyez que je suis jalouse, alors vous avez raison 🫣 !

La bonne nouvelle, c’est que je suis plus du genre à avancer qu’à me lamenter. Et si l’estime de soi ne peut pas s’acheter, elle peut se travailler.

💪

Partant du principe que je ne suis pas née avec ce mal-être, je ne suis pas condamnée à rester comme ça toute ma vie. Je ne suis pas un chat auquel on demande d’aboyer, mais un être humain qu’un spécialiste peut guérir. Être à l’aise en société, m’aimer et m’assumer : c'est la vie que j'ai décidé de mener 😊. Il n'y a pas une, mais deux personnes qui m'aideront à atteindre mon but : moi et un bon thérapeute. C’est juste une question de blocage !


Mon passé, trop présent dans mon futur

Ah le passé ! Avec lui, concrètement, tout se mélange dans ma tête. 🤯 Je sasse et ressasse des évènements que je peine encore à accepter et cela me rend incapable de lâcher prise. Résultat : j’ai l’impression de revivre les émotions négatives que j’associe à ces épreuves du passé. Ruminer sans cesse et à avoir quelque chose de coincé en travers de la gorge empêche à la digestion, sans appartenir à l’espèce bovine, j’en fais bien trop souvent l’expérience.

Si j’ai peur de lâcher prise en amour ? C’est à cause de cette rupture brutale dont je ne me suis toujours pas remise ❤️‍🩹. Ça fait maintenant 5 ans mais ça m’empêche de profiter pleinement de mon nouvel amoureux, qui n’a pourtant rien de l’ancien, si ce n’est le pouvoir de me briser le cœur. Et voilà, je recommence. Je redoute que mes initiatives soient mal vues au travail ? Résultat je reste l’ombre de moi-même. Si j’avais encaissé le fait de me faire licencier sans vraiment comprendre pourquoi, je ne serais pas autant bloquée... En bref, pour lâcher prise dans le présent, il faut aussi apprendre à lâcher son passer et surtout à le digérer.

thérapie pour apprendre à lâcher prise avec son passé

C’est psychologiquement prouvé ! Je ne suis pas la seule à le dire : la thérapeute américaine Daphné Rose Kingma explique que se retenir, garder le contrôle sur tout, revient à croire qu’il y a seulement un passé. Lâcher prise c’est aussi se tourner vers son avenir.

L'avis de la rédaction : le lâcher prise, une clé plutôt qu'un objectif

Lâcher prise signifie, se laisser porter par les évènements, s'abandonner. Il n'est pas question de résignation mais plutôt d'acceptation sans vouloir tout contrôler. Il s'agit de trouver le juste milieu. Attention toutefois, on érige le lâcher-prise en Graal du développement personnel mais se mettre la pression pour l'atteindre est contreproductif. La meilleure façon d'apprendre à se servir de cette clé qu'est le lâcher-prise, est de se faire accompagner par un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Lâcher prise : maintenant que vous connaissez les raisons, attaquez-vous aux solutions !

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube