Harcèlement scolaire : Comment donner les clés à son enfant pour se défendre ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, soyez rassurés, il existe des solutions pour aider son enfant face au harcèlement scolaire.

Votre enfant a de plus en plus de mal à aller à l’école. L’euphorie de la rentrée a laissé place à la peur et à l’angoisse. Il est alors peut-être victime de harcèlement scolaire, et dans ce cas, que faire ? S’il n’est pas pris en compte, le harcèlement scolaire peut engendrer des conséquences néfastes et risque de se reproduire plus tard, à moins qu'il ne conduise à la phobie scolaire, la dépression, voire le suicide. C’est pourquoi, votre réaction ou manière d’agir à ce moment-là, sera d’une importance capitale. On vous livre quelques clés. 

Harcèlement scolaire que faire

Le refus d’aller à l’école est un des premiers signes qui doit attirer votre attention et vous pousser à redoubler de vigilance.
Si les adolescents ont du mal à se confier à leurs parents, les petits le font plus facilement. Lorsque votre enfant vous raconte qu’on l’a embêté à l’école, n’écoutez pas d’une oreille distraite et n’éludez pas le problème, il risque sinon de ne plus rien vous confier et la situation pourrait s’aggraver. Vous devez vous intéresser à ce qu’il vous dit et tenter de comprendre le problème en le questionnant.

Dans son livre Te laisse pas faire : aider son enfant face au harcèlement scolaire, Emmanuelle Piquet, livre quelques clés pour aider son enfant à se défendre, sans en faire une victime. Dans un premier temps, il faut surtout éviter de vouloir régler le problème à sa place. Avec ce type de comportement, le message envoyé, tant au harceleur qu’à votre enfant n’est pas le bon. Il donne l’impression qu’il ne peut pas se défendre seul et qu’on peut donc continuer de l’embêter. Lui demander d’aller voir son ou sa professeur(e), le fragilise tout autant, surtout que la réputation des rapporteurs n’est jamais bonne dans la cour de l’école. 

L’aider à se défendre

La solution pour régler le problème sur la durée et de redonner confiance en soi à votre enfant et de lui apprendre à se défendre seul. En vous mettant à côté de lui et non entre lui et le reste du monde, vous sortez votre enfant de sa posture de victime. Comment vous y prendre plus concrétement ?

  • Commencez par apprendre à son enfant à accepter et exprimer ses émotions désagréables, afin qu’elles ne le submergent pas.
  • Invitez-le à prendre une nouvelle posture corporelle (se tenir droit, garder la tête haute, regarder les gens dans les yeux)
  • Renforcez sa confiance en lui (au moyen d’un sport par exemple)
  • Donnez à son enfant un message ou une attitude à laquelle il peut se raccrocher. Votre enfant doit comprendre qu’il peut impacter sur la situation par le biais d’un message (qu’Emmanuelle Piquet nomme des « flèches de résistance » ou « judo verbal ») ou d’une attitude.

Pour créer une flèche de résistance il faut se fonder sur deux principes : l’acceptation de l’attaque et une réponse cinglante. N'oubliez pas que l’autodérision est aussi une grande arme dans ce genre de situation, elle prouve que l’autre ne peut pas nous atteindre.

 👉 Cet article pourrait aussi vous intéresser : Souffrance scolaire : comment aider votre enfant ?

Le harcèlement scolaire en chiffres

Dans Le Monde du 9 novembre 2017, le délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire, André Canvel affirmait que « 14 % des élèves du primaire, 12 % des collégiens, 2 à 3 % des lycéens se déclarent harcelés. Les garçons le sont plus fréquemment physiquement, quand les filles sont plus exposées au cyber-harcèlement, en particulier au collège. Ce chiffre revient à dire que 1 élève sur 10 est concerné, mais 5 % de la population scolaire est sévèrement et très sévèrement harcelée.»

En suivant ces conseils vous pouvez permettre à votre enfant de prendre le dessus face à ses harceleurs, tout en l'aidant à grandir. Restez attentifs et si vous souhaitez obtenir plus d'aide ou de conseils, vous pouvez joindre des services tels que Non au harcèlement ou Net écoute.

Contacter un thérapeute

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

6 astuces pour vaincre définitivement sa timidité 💪

L'idée de parler en public, ou d'aborder des inconnus me fait perdre tous mes moyens....

Lire

Journal de gratitude : mode d’emploi pour bien le tenir

Plus efficace qu’une tisane devant une série, mon journal de gratitude me rend heureu...

Lire

L’horreur des thérapies de conversion

S’il y a bien quelque chose que je trouve normal, c’est d’aimer qui on veut, peu impo...

Lire

Test d’amitié : connaissez-vous bien vos amis ? 50 questions pour le découvrir

Un jour, j'ai appris qu'une amitié sur deux n'était pas réciproque. Ce chiffre est as...

Lire

Mauvaise foi : à petite dose oui, sinon on oublie !

Ahh la mauvaise foi, je pense que tout le monde en a fait preuve un jour ou l’autre. ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici