"Quand j’ai eu besoin de toi, tu n’étais pas là…" Comment dépasser ça ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Quand j’ai eu besoin de toi, tu n’étais pas là… Cette phrase, je me la suis déjà dite lorsque j’étais plus jeune et quelle souffrance de voir que l’on traverse une épreuve seule. La solitude dans un moment difficile de notre vie, lorsqu’on a besoin de soutien, peut nous enfoncer dans la tristesse, voire pire. Colère, incompréhension, rancœur, sentiment d’abandon… Autant de ressentis qui peuvent apparaître suite à cette absence. Pourquoi en vient-on à ressentir tout cela ? Comment dépasser ce désespoir de voir qu’une personne qu’on aime n’est pas là quand il le faut ? Explications.

"Quand j’ai eu besoin de toi, tu n’étais pas là…" Comment dépasser ça ?
Sommaire : 

Sentiment de trahison et d’abandon

Vivre quelque chose de terrible est déjà assez difficile. Cependant, lorsqu’on s’aperçoit que les gens que l’on aime ne nous entourent pas, cela peut être encore pire. On doit gérer notre tristesse, mais aussi un sentiment d’abandon 💔.

En effet, lorsqu’une personne que nous considérons comme spéciale n’est pas là pour nous, on a la sensation d’être abandonné. Cela peut raviver une blessure émotionnelle que l’on a eue durant notre enfance. De ce constat, tout s’effondre et on se dit qu’on ne vaut rien, qu’on est une moins que rien, si même cette personne ne nous accorde pas d'attention lorsqu’on va mal… Le problème, c’est que ça attaque notre estime de nous. C’est comme si on n'existait pas aux yeux de l’autre, on est renié. Si même une personne en qui on avait placé notre confiance n’est pas là pour nous, qui le sera 🤕 ?

📌

J’ai vécu une rupture amoureuse brutale, il y a quelques années. Cela m’a plongé dans une tristesse infinie, ce qui m’a peu à peu conduit sur le chemin de la dépression. Je pensais que ma meilleure amie de l’époque serait là pour m’aider à traverser cette épreuve douloureuse, mais elle a brillé par son absence. J’ai vécu son manque d’intérêt comme une trahison et peu à peu, je me suis éloignée d’elle jusqu’à la sortir de ma vie.

Comment dépasser cette déception ?

Constater une absence, c’est un moyen de prendre du recul sur la relation que l’on entretient avec cette personne. Il faut se poser les bonnes questions, à savoir : Est-ce qu’elle est toujours absente ou est-ce juste cette fois-là ? Suis-je toujours là pour elle ou m’arrive-t-il d’être aussi absente ? Est-ce que je l’ai trop sollicité ?

👉 Cela permet de faire le point et de voir s’il n’y a pas un déséquilibre dans la relation. Si cette personne n'est jamais là pour nous, ce n’est pas sain, surtout si on fait en sorte d’être toujours présente pour l’autre. Il n’y a pas de réciprocité et l'absence peut être le bon moyen d’ouvrir les yeux sur cette relation toxique.

Néanmoins, il n’y a pas que cela qui peut poser problème. Le manque de communication peut être la raison pour laquelle on ne vient pas vers nous. Il ne faut pas s’attendre à ce que les autres devinent notre souffrance, il faut pouvoir la verbaliser pour qu’ils viennent nous aider. À l’inverse, on doit se demander si on n’a pas été dans un appel au secours démesuré, au point de faire peur et de faire fuir la personne 😥…

Sortir de la dépendance affective

Effectivement, les personnes qui sont dans notre vie ont une limite. C’est ce que j’ai compris avec cette expérience passée. J’avoue qu’à l’époque, j’avais toujours besoin de quelqu’un, que ce soit pour me sentir bien ou lorsque j’allais mal et c’est un très gros problème… Pourquoi 🥴 ? Parce que lorsqu’on est dans la dépendance affective, qu’elle soit amoureuse ou amicale, on compte sur les autres pour nous aider à aller bien. C’est un gros poids que l’on met sur les épaules d’une autre personne et malheureusement, ce n’est pas possible de faire cela, c’est là où est la limite.

👉 Personne ne peut nous accompagner dans notre souffrance, à part nous-même. Il est nécessaire de se dire que l’on doit apprendre à marcher seule, car on est la meilleure personne pour aller mieux. Les autres ne peuvent pas faire cela à notre place ! On doit apprendre à ne pas dépendre que des autres, lorsqu’on est dans un moment compliqué…

Apprendre à être là pour soi

Concrètement, est-ce que cela veut dire que l’on doit se replier sur soi ? Non, évidemment que non 🙅‍♀️. Il faut pouvoir avoir un équilibre, en ayant des relations saines et en n’en demandant pas trop aux autres. Pour cela, il faut apprendre à :

  • 👉 S'aimer et à se valoriser dans toutes les strates de notre vie.
  • 👉 Être seul·e parfois, la solitude peut être positive.
  • 👉 Mieux gérer nos émotions pour ne pas compter sur les autres pour nous aider.
  • 👉 Faire le tri dans notre entourage pour bien s’entourer.
  • 👉 Revoir notre niveau d’exigence pour ne pas avoir des attentes trop élevées.
  • 👉 S'entourer d’un thérapeute pour avancer et guérir de nos souffrances.

🙇‍♀️ Pour ma part, j’ai constaté que j’avais un problème de dépendance et qu’en plus, j’étais dans une relation toxique. Je n’étais pas toute blanche, mais mon amie n’était pas forcément disponible pour moi. Eh oui, ça peut être un peu des deux situations ! Néanmoins, avec la thérapie, j’ai appris à mieux m’entourer et surtout, à me construire pour surmonter les épreuves et à être là pour moi-même. Vous pouvez le faire aussi et c’est le meilleur moyen de ne plus jamais se dire cette phase qui fait si mal… Courage ! 

Parce qu'on a toutes besoin d'aide et de conseils

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Hypervigilance : pourquoi suis-je tout le temps en état d’alerte ?

Un bruit soudain et bam ! Je sursaute. C’est une réaction typique lorsqu’on est dans l’hypervigilance, comme moi. Je surveille tout et j’ai l’impression d’être en état d’alerte quasi en permanence. Cela vous fait ça aussi ? En fait, l’hypervigilance est assez répandue, pourtant on en parle peu. On la retrouve particulièrement chez les personnes perfectionnistes ayant un manque de confiance en elles. Si vous vous retrouvez dans ces mots, découvrez ce qu’est cet état psychologique qui traduit une grande vulnérabilité.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Pourquoi choisir de se marier aujourd'hui?

En voilà une bonne question ? Personnellement, je n'ai jamais rêvé de me marier. Mes rêves de petites filles n’étaient pas faits de tulle blanc, de dentelle et de voile et j'aimais assez l'idée d'un amour si passionné qu'il se passerait d'une union sacrée. Pourtant aujourd'hui, force est de constater que je suis mariée depuis 5 ans et en plus, c'est moi qui ai fait la demande !

Plus qu'un simple derrière, les fesses prennent le devant 🍑

Depuis que j'ai rangé mes baggys et mes strings dans les armoires de mes années 2000, j'avoue m'être plutôt concentrée sur mes seins. Au point même de louper le retour de la fesse sur le devant de la scène. La fesse ? Pas seulement. LA fesse. Celle qui est bombée, qui a des formes, la généreuse, galbée et surtout la décomplexée. Parce qu'on ne s'y trompe pas, toutes les fesses ont leur mot à dire.

Les femmes en politique, des hommes comme les autres ?

Je connais mes classiques et s'il y a bien un truc dont je me souviens, c'est de chanter, à tue-tête, dans la voiture, Être une femme de Michel Sardou. Je devais avoir une dizaine d'années et je ne trouvais rien de plus subversif que de hurler : "Maîtriser à fond le système, accéder au pouvoir suprême : s'installer à la Présidence et de là, faire bander la France." Certes, on a connu moins sexiste, mais quoi qu'il en soit, depuis ce temps-là, féminisme et politique me passionnent, mais est-ce que ça va vraiment de paire ? Quelle est véritablement la place des femmes en politique aujourd'hui et qu'est-ce que ça nous apprend ?

Je veux travailler moins et mettre ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube