Repli sur soi : quand l’isolement social est le signe d'un mal-être profond

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai eu une période de repli sur moi, c’est arrivé au moment où ma mère est décédée. Je venais de terminer mes études et alors qu’on me proposait un CDI, j’ai préféré refuser. Je suis restée plusieurs mois seule chez moi, à avoir très peu de contact avec les autres. Heureusement, mes plus proches amies m’ont aidé à sortir de cet épisode très compliqué. Le repli sur soi, ce n’est pas seulement être seule, c’est aussi le signe d’un mal-être profond. Comment le définir ? Quelles en sont les causes ? Comment s’en sortir ? Découvrez mon témoignage sur le repli sur soi.

Repli sur soi : quand l’isolement social est le signe d'un mal-être profond
Sommaire : 

Qu’est-ce que le repli sur soi ?

Le repli sur soi, c’est quand on se coupe du monde extérieur et de notre entourage. C’est ne plus vouloir de contact avec les autres et se réfugier dans notre monde 😥. C’est un véritable isolement social qui n'est pas anodin. J'en ai vécu un après le décès de ma mère il y a plusieurs années. Je sortais peu, je n’allais plus aux fêtes, je trouvais toujours des excuses pour échapper aux réunions familiales, etc. Je n'avais plus envie de voir d'autres gens, y compris les personnes que j'aime. Je n'étais pas en couple et je n'avais pas envie de relation... 

👉 Lorsque le repli sur soi s’installe, il y a des signes qui ne trompent pas :

  • On n’a rien envie de faire,
  • On reste enfermée chez soi,
  • On se sent incapable de sortir de son lit (c’est de la clinophilie),
  • On n’essaie pas d’aller au contact des autres,
  • On n’a plus envie de s’intéresser à l’extérieur,
  • On peut avoir tendance à préférer vivre la nuit,
  • On se sent vide,
  • etc.

Repli sur soi et solitude

Il est important de faire la distinction entre le repli sur soi et la solitude. Je suis introvertie, j’ai toujours aimé passer du temps avec moi-même. En effet, être au contact des autres puise dans ma batterie sociale. C'est pourquoi, j’aime être seule la plupart du temps ou alors seulement en compagnie de mon conjoint qui est comme moi (qui se ressemble s'assemble comme on dit 🙊) !

Aimer être seule est très différent du repli sur soi et de la période que j’ai connu. Même si je suis physiquement seule, je suis toujours en contact avec mon entourage. Ce n’était pas le cas lorsque je n’allais pas bien. Je n’avais même pas envie du moindre contact, je me suis sentie vide, dénuée de toute envie de communiquer 😔.

Les causes de l’isolement social

Il peut y avoir plusieurs causes au repli sur soi. Dans mon cas, c'était clairement un symptôme de la dépression à cause du décès soudain et violent de ma mère. Je n’ai pas réussi à traverser les étapes du deuil, tant cette épreuve a été un choc émotionnel. Il peut donc apparaître suite à un traumatisme, même s’il ne se passe pas directement après. Effectivement, le contrecoup peut se produire plusieurs mois, voire plus années après l’épreuve traversée. 

👉 Les enfants qui ont subi des négligences ou de la maltraitance, peuvent montrer des signes de repli sur soi seulement une fois devenu adulte par exemple...

Un manque de confiance en soi ou un complexe d’infériorité peuvent aussi entraîner un repli sur soi. On ne se sent pas assez à l’aise avec les autres, on a l’impression de ne pas être à la hauteur. Souvent, cela s’accompagne de réflexion comme “non je ne préfère éviter de les voir, ils ou elles vont me trouver bête 😖”. Cela cache une peur du regard des autres, notamment à travers le jugement !

Les conséquences du repli sur soi

Le fait de s’isoler socialement est réconfortant, on est comme dans une bulle. On a la sensation qu’aucune souffrance ne pourra se produire. Toutefois, ce n’est qu’une sensation qui cache les véritables conséquences du repli sur soi. Nous avons besoin des autres pour notre construction psychique et notre bien-être mental 🤕. L’être humain a besoin de se constituer en fonction de ses relations sociales.

Par conséquent, s’isoler ne fait qu’augmenter les troubles psychologiques comme la dépression et la phobie sociale. L’anxiété augmente aussi, moins on aura de contacts sociaux, plus on aura peur d’en avoir 😰. C’est un cercle vicieux dont il faut se sortir pour retrouver un équilibre, mais comment faire ?

Comment arrêter de se refermer sur soi ?

Il n’est pas simple de sortir de cette spirale. J’ai eu la chance d’avoir eu un entourage qui n’a pas voulu me laisser me couper davantage, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde, surtout quand il est question d’une solitude installée. Il faut avoir une réelle envie de surmonter ce repli et d’entamer une démarche. Le plus difficile est de faire les premiers pas et d'instaurer à nouveau le contact ☎️.

👉 Pour cela, je dirais qu’il faut déjà commencer par renouer du lien à distance : prendre des nouvelles, téléphone ou écrire à ses proches. En instaurant à nouveau le contact, on montre un réel intérêt pour les autres, ce qui les encourage à revenir vers nous. Petit à petit, le lien va se renouer, on va pouvoir envisager de faire des petites sorties qui ne nous épuisent pas trop psychologiquement. Il faut aussi trouver son équilibre et poser ses limites, certains contextes sociaux ne conviennent pas à tout le monde

👉 Dans le cas d’une rupture totale avec les proches, il est nécessaire de trouver d’autres liens sociaux. Internet regorge de sites et de forums avec des thématiques différentes. Par exemple, si on a une passion pour le jeu vidéo, la communauté de Twitch est très accueillante et bienveillante. À force, on va réussir à créer du lien avec des personnes avec lesquelles on a de vraies affinités. C’est d’ailleurs comme cela que j’ai pu me faire de nouvelles amitiés parfois.

Trouver une thérapie adaptée

Néanmoins, cela paraît toujours plus facile à dire qu’à faire. On est parfois tellement entravé par nos démons, que tout devient insurmontable. Dans ce cas-là, il ne faut pas hésiter à entamer une psychothérapie. Les thérapies interpersonnelles (TIP) ou les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont adaptées pour identifier l’origine du repli sur soi. À partir de là, le professionnel pourra nous guider et nous aider à sortir l’isolement social. 

J'ai mis des années à consulter une psychologue, mais le faire m'a permis d'avancer sur le deuil et sur mes difficultés sociales. J'ai eu l'impression d'être comprise et véritablement soutenue, alors n'hésitez pas si vous en ressentez le besoin.

L'avis de la rédaction : une spirale infernale qu'il ne faut pas laisser s'installer

Se replier sur soi nous offre un air de confort mais nous coupe du monde et des autres. Petit à petit, on s'enferme dans une spirale dangereuse, il ne faut donc surtout pas laisser cette situation s'ancrer dans le temps. En sortir n'est pas chose facile, il faut y aller par étapes en étant bien accompagnée par un spécialiste. Si vous êtes actuellement en situation de souffrance, que vous vous repliez sur vous-même, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Ensemble, vous mettrez des mots sur votre mal-être et mettrez en place, petit à petit, de nouvelles habitudes qui vous permettront de vous ouvrir et de renouer du lien.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : rtbf

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici