Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Avoir peur de finir seul·e. Qui n'a jamais eu ce sentiment ? Je croise qu'on a tous et toutes en nous cette crainte d'être abandonné. Cependant, pour certaines personnes, ça va plus loin, au point qu'elles donnent tout à leur proche, même les choses les plus folles et au point de s'épuiser. Ce comportement est révélateur de la névrose abandonnique, c'est-à-dire, la peur d'être abandonné. Alors, voici comment la détecter et s'en défaire.

Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Qu'est-ce que la peur de l'abandon ?

La peur de l'abandon fait partie des 5 blessures de l'âme. Elle prend place dans l'enfance, car à cette période, il est très difficile de gérer émotionnellement un événement difficile. En effet, quand on est enfant, on est immature émotionnellement, donc on ne peut pas limiter l'impact d'un moment douloureux 😥. Cela peut être un événement marquant, comme un parent qui décède ou qui quitte le foyer, tout comme cela peut être un acte plus anodin. Il ne faut pas chercher à donner un degré de gravité à un événement, mais simplement à comprendre que cet événement nous a heurtés et a provoqué une blessure émotionnelle

L’abandonnisme est donc un état psychologique de sentiment d’insécurité permanente, la personne en souffrant est en constante demande d’affection pour combler ce manque.

Comment savoir si on souffre de névrose abandonnique ?

Dans les années 50, un chercheur en psychologie, Jonh Bowlby, a mis en avant la théorie de l'attachement. Elle est extrêmement révélatrice sur la relation parent-enfant et sur l'impact que cela peut avoir dans notre vie d'adulte. D'ailleurs, le meilleur moyen de déceler une peur de l'abandon, c'est la relation amoureuse. En effet, une personne qui a une peur de l'abandon ancrée en elle, se mettra dans des relations toxiques et aura un style d'attachement déséquilibré 🤕 : 

👉 Le style d'attachement préoccupé

Pour ne pas perdre les autres, on donne beaucoup. Beaucoup trop. On fait passer les autres avant nos propres besoins. Impossible de dire non ou de poser des limites, tellement on a peur de les blesser et qu'ils nous fuient. Cela cache, bien sûr, un besoin intarissable d'être aimé et une grande dépendance affective. On déteste la solitude et on fait tout pour avoir de l'attention et de l'affection. Les amis, les amours, ce n'est pas un plus, c'est une nécessité pour se sentir à peu près bien. 

👉 Le style d'attachement détaché 

À l’inverse, lorsqu'on a un style d'attachement détaché, on va se montrer distant pour se protéger. Impossible de s'engager dans une relation sérieuse, on préfère abandonner plutôt qu'être abandonné. Il y a un gros autosabotage, on fuit le bonheur parce que l'on aura l'impression qu'il nous fera du mal. Il peut y avoir d'autres symptômes, comme le fait d'avoir des conduites à risques (alcool ou drogues), ainsi d'une dépression. 

Comment sortir de la peur de l'abandon ?

Comme l'explique l'auteur, Daniel Dufour : "Cette souffrance a deux versants. D’un côté, le sentiment de ne pas correspondre à ce que notre partenaire attend, de l’autre, la certitude que la rupture est inéluctable. Et celle-ci, lorsqu’elle se produit, apparaît comme une nouvelle preuve que nous ne sommes pas aimables.". 

Il est donc essentiel de sortir de ce schéma de pensée pour avoir des relations plus saines. Même au-delà de ça, guérir est un moyen d'être plus apaisé·e à tous niveaux et d'avancer véritablement. Voici donc 4 conseils à prendre en compte pour se débarrasser de la peur de l'abandon : 

1. Comprendre ce qui est à l'origine de cette peur

Comme dit en début d'article, la peur de l'abandon peut prendre forme suite à un deuil, une séparation ou encore un acte plus anodin. Il faut donc faire un gros travail sur ses souvenirs pour essayer de mettre le doigt sur quelque chose qui nous a marqué pendant notre enfance. La thérapie EMDR est le plus adaptée pour comprendre ce qui est à l'origine d'une peur, puisqu'il s'agit de faire remonter à la surface de nos souvenirs, un événement traumatisant

2. Se fixer des actes de progression

Au-delà de comprendre, il faut aussi aller vers le changement. Ainsi, on se libère de comportements que l'on ne tolère plus, que l'on soit dans un style d'attachement préoccupé ou détaché. Cela passe par l'exercice de la confiance, notamment dans notre partenaire. C'est un véritable exercice de lâcher-prise et cela peut mettre du temps à s'apprendre. C'est pourquoi, il faut y aller étape par étape et se fixer des petits actes de progression. Par exemple, si on a tendance à faire preuve de jalousie en couple, il faut respecter le fait que notre partenaire puisse voir d'autres personnes (dans un cadre amical) sans que cela nous ronge de l'intérieur !

3. Apprendre à s'aimer

Donner sa confiance à l'autre ne peut pas se faire tant que l'on n'a pas confiance en nous. C'est long travail et il n'est pas possible de donner tous les conseils détaillés pour faire cela (enfin vous pouvez toujours consulter nos articles sur la confiance en soi). Mais c'est crucial, car si on fuit les autres ou au contraire, si on en a vitalement besoin, c'est que l'on ne se trouve pas assez bien. Donc on apprend à s'aimer pour progresser véritablement ! 

4. Prendre du recul

Dernier point essentiel, il est nécessaire de prendre du recul par rapport à nos émotions négatives. Cela permet de dédramatiser certaines situations, certaines disputes ou certaines relations. Il est difficile de le faire quand on a une émotion particulièrement forte comme la colère, mais c'est quelque chose qui est nécessaire pour devenir une meilleure personne, que ce soit pour soi ou pour les autres ! 

Les conseils de Jean Doridot sur le sentiment d'abandon

Pour aller plus loin et en apprendre plus sur la peur de l'abandon, nous vous invitons à écouter les conseils de Jean Doridot, psychologue, pour gérer le sentiment d'abandon. Vous pouvez le retrouver sous forme de podcast ou de vidéo : 

🎙️ Le podcast :

Gérer le sentiment d'abandon par Jean Doridot, Dr en psychologie

février 2020 · Wengood

27:40

🎬 La vidéo :

null

L'avis de la rédaction : un bagage lourd à porter

La peur de l'abandon est un bagage lourd à porter qui peut compliquer nos relations, surtout les relations amoureuses. C'est pourquoi il est important de s'en défaire, mais ce n'est pas chose simple. Se faire accompagner par un thérapeute est une solution à envisager, puisque cela permet de faire un travail profond sur soi qu'il est quasiment impossible de faire seul.e. Tout le monde mérite d'être aimé, alors n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues : 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Livre "Attachement et perte, volume 1&2" de John Bolwby // "La blessure d'abandon" de Daniel Dufour

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube