Névrose abandonnique : gérer le sentiment d’abandon

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Tu fais tout pour tes proches, même les choses les plus folles, car tu as peur de les décevoir, de les perdre et de finir seule... Alors tu souffres sûrement de névrose abandonnique, c’est-à-dire la peur d’être abandonné. Voici comment la détecter et s’en défaire.

Névrose abandonnique : gérer le sentiment d’abandon
Sommaire :

Chez une personne souffrant de cette peur irrationnelle d’être abandonné, une sorte de paralysie peut apparaître. La personne enchaîne les mauvais choix et se retrouve prise au piège dans des relations toxiques. Mais alors d’où vient cette peur et que faire ?

La peur de l’abandon : l’abandonnisme, qu'est-ce que c'est ?

🧠 La peur de l’abandon trouve son origine dans l’enfance. À un moment donné, l’abandon, le délaissement ou le manque d’amour a été éprouvé par l’enfant.

 L’abandonnisme est donc un état psychologique de sentiment d’insécurité permanente, la personne en souffrant est en constante demande d’affection pour combler ce manque.

Syndrome de l’abandon : faites le test

S’il est souvent difficile d’identifier soi-même cette peur, car cela implique une grande honnêteté envers soi, ces deux schémas peuvent vous aider à déterminer si oui ou non vous avez peur d’être abandonné :

1. Le schéma du dépendant affectif

Pour ne pas les perdre, vous donnez beaucoup aux autres et les faites passer avant vos propres besoins. Vous êtes incapable de dire non ou de poser des limites, vous évitez ainsi de les blesser. Cette fausse générosité cache un besoin intarissable d’être aimé. Vous détestez la solitude et faites tout pour avoir de l’attention de leur part et ainsi avoir de l’affection. Vous attendez beaucoup de vos proches.

2. Le schéma du distant

Vous vous montrez manipulateur et froid pour vous protéger de tout et ainsi ne pas souffrir. Vous n’entrez pas en relation avec les autres pour ne pas être abandonné. Pour combler ce vide, vous vous réfugiez dans les addictions comme l’alcool ou la cigarette. En règle générale, certaines manifestations ne trompent pas : un repli sur soi, de l’agressivité, un sentiment d’injustice, d’impuissance et d’insécurité, une dépression, de l'anxiété profonde…

🎶 " Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve... " 🎶 👋 Autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve

👉 La peur de l’abandon est un poids très lourd à porter pour vous mais aussi pour vos proches. Notez que vivre dans cette peur constante peut entraîner le comportement que vous craignez le plus : vivre dans une relation toxique, puis, vous faire abandonner. 

Abandonnisme : les symptômes

Certains symptômes peuvent vous mettre sur la voie, vous souffrez d'une névrose abandonnique si : 

  • Vous faites de moins en moins d'efforts pour rencontrer les autres et vous vous accommodez de cette solitude
  • L'intimité est un sujet sensible pour vous
  • Vous avez du mal à faire des projets d'avenir et les engagements vous angoissent 
  • Vous n'avez jamais de relations sérieuses, vous préférez donner la priorité à vos ami(e)s plutôt qu'à un(e) partenaire éventuel(le). (👋 En couple, je me lasse vite : pourquoi ?)

Des solutions pour soigner cette peur de l'abandon

1. Essayez de comprendre l’origine de cette peur

L’origine vient généralement d’un deuil mal vécu par l'enfant ou d’une séparation difficile. La vie adulte s’en retrouve alors impactée. Essayez de mettre des mots sur votre passé et sur vos souvenirs. Si l’origine est inconsciente, des thérapies comme la psychanalyse peuvent vous aider à identifier cette blessure.

2. Fixez-vous des axes de progression

N’hésitez pas à vous mettre des objectifs simples et réalisables. Au lieu d’être angoissé et enfermé dans votre mal-être, demandez plus d'informations à votre partenaire quand il part, comme par exemple sa destination finale, les accompagnateurs... 

3. Apprenez à vous aimer

Listez toutes les réussites, ce que vous aimez chez vous et reprenez petit à petit confiance en vousOsez-vous complimenter en face d’un miroir ! Appréciez votre compagnie pour ne plus avoir peur de la solitude.

4. Prenez du recul

Dédramatisez sur les situations que vous imaginez négatives. Vous devez vous poser les bonnes questions comme « Est-ce si grave si cette relation s’arrête ? » ou encore « Est-ce que je ne peux vraiment pas vivre sans elle ? ».

L'avis de la rédaction : un bagage lourd à porter

La peur de l'abandon est un bagage lourd à porter qui peut compliquer nos relations, surtout les relations amoureuses. Comme l'explique Daniel Dufour, auteur de la blessure d'abandon : « Cette souffrance a deux versants. D’un côté, le sentiment de ne pas correspondre à ce que notre partenaire attend, de l’autre, la certitude que la rupture est inéluctable. Et celle-ci, lorsqu’elle se produit, apparaît comme une nouvelle preuve que nous ne sommes pas aimables. » Se faire accompagner permet de prendre en main le problème, de se pardonner un jour d’avoir été abandonné, et mériter aujourd’hui d’être aimé comme l'explique la psychologue clinicienne Andréa Filia. Si vous pensez en être atteinte, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues. Ensemble, vous parviendrez à vous en défaire. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Vous n’arrivez pas à vous libérer de cette peur ? Nos psychologues diplômés peuvent vous aider à trouver des astuces pour enfin lâcher-prise et être heureux.

🎙️ Les conseils de Jean Doridot, Dr en psychologie pour gérer le sentiment d'abandon

Retrouvez nos conseils en vidéo

Sources : 

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici