Reprendre le travail après un congé maternité : comment gérer la séparation ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Au rayon des choses de la vie qui ont le bon ton de nous donner le cafard, il y a... le retour au travail après un congé maternité. Adieu dorlotage et gouzi-gouzi et bonjour patron ! Quelle est la période idéale pour reprendre le travail ? Et comment gérer le manque ? On a quelques conseils pour vous aider à passer le cap.

Reprendre le travail après un congé maternité : comment gérer la séparation ?
Sommaire : 

Reprendre contact avec le monde du travail et avec des adultes peut être très tentant, mais quitter cette bulle, ce petit cocon, c’est si angoissant...

Peut-on gagner du temps ?

Est-ce qu'on envie vraiment ces femmes qui parviennent à se détacher de leur nourrisson quelques semaines seulement après les avoir mis au monde ? Celles qui reviennent au travail en mode guerrière, sapées comme jamais et presque invulnérables ? Oui, peut-être un peu… 🤔 Et puis non pas vraiment… En fait, chacune fait comme elle peut et comme elle veut.

En France, on reprend le travail 10 semaines après l'accouchement. On doit donc laisser un bébé de deux mois et demi, pour certaines, c'est tout simplement inconcevable. Il est encore si petit, si fragile… et puis, il faut bien le reconnaître, on est accro ! Si on en a la possibilité, prendre un congé parental permet de gagner un peu de temps. Contrepartie moins sympathique, souvent, vous perdrez votre salaire. C'est donc un sujet sur lequel il faut se pencher sérieusement.

Quel est l'âge idéal pour faire garder son bébé ?

Évidemment, les bébés sont des êtres humains, ils sont donc uniques, et ne réagissent pas tous de la même façon. Pas de règles donc, mais tout de même quelques recommandations sont à prendre en compte. Jusqu'à ses 4 mois, le bébé est très dépendant, il est dans une période de fusion. Sa mère est son seul repère. Vers 9 mois, il peut arriver que votre bébé souffre de l'angoisse de la séparation. Pendant cette période, il a peur de ceux qu'il ne reconnaît pas et pleure dès que vous vous éloignez de lui.

👶 Le moment idéal pour laisser votre bébé à garder se situe donc entre ses 4 et ses 9 mois ou après ses 9 mois.

>>> Cet article pourrait vous plaire : allaitement au travail, comment gérer ?

Comment gérer la séparation ?

On ne part pas un beau matin, comme on fait un plongeon dans la piscine. Se séparer de son enfant à la fin du congé maternité demande un peu de préparation.

1. Communiquer avec son bébé

Quel que soit son âge, il faut expliquer à votre enfant ce qui se passe et ce qui va se passer. Lui décrire ce qu'il va faire de ses journées, avec qui, et toujours lui rappeler que son papa ou sa maman viendra le chercher après le travail. Afin que ce soit plus parlant, ne zappez pas la période d'adaptation souvent proposée par les crèches ou les assistantes maternelles. Demandez-en une si on ne vous la propose pas.

2. Chercher l'équilibre

Renouer avec le monde extérieur et notamment retourner au travail demande un effort de réadaptation. Quand elle devient mère, une femme doit se réinventer et trouver l'équilibre entre son rôle de femme, de conjointe et de mère. Atteindre cet équilibre demande de l'énergie et génère beaucoup de stress et de culpabilité, on n'hésite donc pas à se confier. À son conjoint, à ses collègues, à son patron ou a un psychologue, mais en tout cas à quelqu'un qui saura nous conseiller et nous soutenir. Évidemment, on pense aussi à mettre son conjoint à contribution. Lui aussi doit apprendre à équilibrer sa vie d'homme et sa nouvelle vie de papa. 

illustration Fanny Vella

© Fanny Vella

N'oubliez jamais d'être une équipe et d'agir comme telle.

3. Prendre soin de soi

Le secret pour affronter une situation qui nous angoisse, ce n'est pas seulement de l'anticiper, mais aussi de se préparer physiquement. Avant le retour au travail, prenez du temps pour vous. D'autant plus que votre corps a été mis à rude épreuve ces derniers mois et que vous devez reprendre confiance en vous. Jetez ce mascara tout sec que vous avez utilisé 2 fois en 3 mois et allez chez le coiffeur ou faire un peu de shopping. Vous vous sentirez plus forte si vous arrivez au bureau avec une nouvelle coupe et des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien.👋 Bien choisir ses vêtements pour avoir confiance en soi

4. Misez sur les objets

Vous ne pouvez pas garder votre enfant contre vous, mais rien ne vous empêche, si vous en ressentez le besoin, de prendre avec vous, quelques objets qui vous font du bien. Alors attention, on vous voit venir, on ne se pointe pas au bureau avec le doudou éléphant de 30 cm, la couverture ou le dernier album photo ! Emportez plutôt une de ses paires de chaussettes, un polaroïd, un petit lange… Quoi que ce soit, prenez un petit objet que vous prendrez plaisir à regarder, ou à renifler (discrètement) quand vous aurez un petit coup de mou.

L'avis de la jeune maman : on ne culpabilise pas

Laisser son enfant à un(e) inconnu(e) pour reprendre le cours de sa vie, c’est culpabilisant, voire très culpabilisant. Et cette culpabilité fait appréhender le moment de la séparation. C'est peut-être triste à dire et encore plus à entendre, mais la vie d'une mère et son enfant et aussi faite de séparations. Et c'est très bien ! C'est bien pour notre enfant, pour nous et pour notre relation. Notre enfant va grandir, apprendre, découvrir et on va se retrouver et partager tout ça ensemble. Mais si la séparation est toujours trop douloureuse pour vous, n'hésitez pas à en parler à un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Maman, OK, mais working girl aussi ! 10 conseils pour que ça marche quand maman travaille

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube