Comparer ses enfants : une attitude à contrôler !

Et oui, c’est naturel on ne peut s’empêcher de faire des comparaisons entre l’aîné et ses frères et sœurs! Et pourtant, chaque enfant est unique, évolue à son rythme, avec des émotions, des capacités et une personnalité qui lui sont propre. Certains enfants se sentent dévalorisés, rejetés par un tel comportement. Alors attention à la comparaison !

Une attitude qui blesse les enfants

Et oui, c’est naturel on ne peut s’empêcher de faire des comparaisons entre l’aîné et ses frères et sœurs ! Et pourtant, chaque enfant est unique, évolue à son rythme, avec des émotions, des capacités et une personnalité qui lui sont propre. Certains enfants se sentent dévalorisés, rejetés ou mal aimés par leurs parents à force d’être comparés à leur aîné, ce qui engendre rivalités et jalousies.

Toute comparaison avec ses frères, sœurs ou cousins et cousines, qu’elle soit négative ou positive, est mal perçue par votre enfant. Mieux vaut le considérer comme un enfant « unique ». Souvent entre amis ou lors de repas familiaux, les sujets de conversation tournent autour des enfants et de leur réussite scolaire. Faites attention à vos propos, car nos chers petits ont les oreilles qui traînent et pourraient être blessés par vos paroles. 

➜ Travaillez sur vous-même afin d’apaiser l'anxiété de chacun et rétablir l’équilibre dans votre foyer.

4 conseils pour ne pas comparer son enfant

Identifier les qualités et réussites

Prenez le temps de vous poser, de regarder votre enfant et faites le bilan de ces qualités, de ce qu’il fait de bien, des domaines dans lesquels il se surpasse. Quelles sont ses qualités humaines et physiques ? Ne le comparez pas à ses frères et sœurs, la place dans la fratrie est déjà difficile à accepter pour certains enfants. Et puis, chacun avance à son rythme en ayant des facilités dans certains domaines. Rappelez-vous comment vous étiez à son âge ! Et oui, finalement il en a des atouts pour lui. 

Féliciter et encourager

On l’oublie parfois, mais dire à son enfant que l’on est fier de lui, que ce qu’il fait est bien, de le serrer dans ses bras ça fait du bien à tout le monde. Un regard, un mot gentil et votre enfant se sait aimé. Dans une famille nombreuse, on oublie parfois de consacrer du temps à chacun et le petit dernier est parfois plus disputé qu’encouragé et récompensé. Lorsque des progrès sont accomplis, que ce soit en mathématiques, en français ou tout simplement en sport, des félicitations s’imposent !

Etre juste 

Que c’est difficile avec les années d’éduquer ses enfants de la même manière ! Le boulot, les courses, les déplacements des uns et des autres à leurs activités respectives… tout en tenant la maison, dur de tout faire correctement ! Ne nous voilons pas la face, c’est une réalité pour bon nombre de parents, on n’est pas toujours juste. Alors maintenant que vous avez pris conscience de cela, essayez de rectifier le tir. Un traitement juste de chacun évitera une jalousie entre sœurs ou frères. 

Témoigner de l'affection à tous

Et ce n’est pas facile au quotidien, on vous l’accorde ! On fait tous du mieux que l’on peut pour notre famille et surtout pour les plus jeunes. Les témoignages d’affection peuvent être divers et variés : un regard, un sourire, un câlin, dire à un ami ou membre de la famille que l’on est fier de son enfant, qu’il travaille bien à l’école… et ce sont des diamants qui brillent dans ses yeux ! 

Cet article peut vous intéresser >>> Le parent parfait n'existe pas, et c'est tant mieux !

Les règles d'or à suivre 

S'il est encore difficile pour vous de rectifier le tir en prenant une attitude plus juste, gardez en tête ces règles d'or : 

  • Respecter chacun de ses enfants dans ce qu’il a d’unique
  • Dire ce que l’on aime chez lui
  • Expliquer à son enfant ce que l’on ressent pour lui
  • Expliquer chaque punition de manière constructive
  • Rester concentré sur la conversation que vous avez avec votre enfant
  • Lui donner la parole et l’écouter
  • Mettre des mots sur ses sentiments s’il n’y arrive pas
  • L’aider à comprendre ses leçons et faire ses devoirs s’il en a besoin

L'avis de la rédaction - Les traumatismes naissent dans l'enfance

Il faut vraiment prêter attention à l'attitude que l'on a avec ses enfants. Les traumatismes ou les comportements dysfonctionnels prennent souvent place dans l'enfance. Le résultat aboutit à un adulte qui n'a pas confiance en lui et qui cherchera tout le temps à se comparer aux autres. L'amour et la réassurance apportées dans l'enfance sont une base solide pour construire une personne épanouie. Cependant chacun a ses failles. Si vous sentez que vous avez besoin de faire un travail sur votre comportement par rapport à vos enfants, il est important d'en parler avec un professionnel. Pour penser au bien de tous, il faut aussi penser au sien en réglant ses difficultés pour mieux avancer. 

Contacter un thérapeute

Mais aussi : 

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

TCC : Zoom sur la thérapie cognitive et comportementale

Vous êtes atteint d’une phobie qui vous gâche la vie ? Un trouble obsessionnel compul...

Lire

J'ai peur de dormir hors de chez moi : mes nuits d'enfer

Je pars bientôt en vacances, j'ai vraiment hâte, mais petite ombre au tableau, je n'a...

Lire

Pourquoi je fais toujours les mauvais choix ?

La vie est faite de choix. Nous devons tous à un moment ou à un autre prendre des déc...

Lire

Peur de la hiérarchie, d'où vient-elle ?

Depuis longtemps, j’ai peur de la hiérarchie. Lorsque je vois le big boss entrer dans...

Lire

L'insupportable manie de couper la parole, arrêtons ça !

S’il y a bien quelque chose que je n’aime pas, c’est me faire couper la parole. J’ai ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici