J'ai peur de faire un enfant... à cause de la crise climatique ! #ecoanxiete

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Est-ce que je veux vraiment faire un enfant dans ce monde ?”. C’est la question que je me pose très souvent, encore plus depuis la pandémie. L’avenir n’est pas très rose quand on écoute les médias, alors je doute. En plus, mon engagement écologique me souffle que c’est une mauvaise idée pour la planète. Partagée entre mes doutes, je vous livre mes réflexions à propos de cette peur que j’ai, de faire un enfant à cause de l’avenir.

J'ai peur de faire un enfant... à cause de la crise climatique ! #ecoanxiete

La première raison pour ne pas faire d'enfant

Une récente étude de 2022, réalisée par l’Ifop pour Elle magazine, a dévoilé que 30% des femmes en âge de procréer ne désirent pas avoir d’enfant. Un chiffre très révélateur, car pour le moment, je me considère parmi ce pourcentage. Les raisons évoquées par ce non-désir de maternité sont celles dont je parle régulièrement. Un enfant n’est pas gage de bonheur et d’épanouissement personnel, 50% des répondantes s’accordent à le dire.

D’autres raisons expliquent ce chiffre qui a doublé en 20 ans. Les tabous autour du regret maternel et de la difficulté d’être parents commencent à se briser. Tout comme le schéma familial classique, puisqu’il n’est pas facile de trouver un conjoint avec qui on a envie de faire un enfant 😅. Grâce à la PMA pour toutes, 47% des répondantes de l’étude sont prêtes à faire un enfant toute seule.

👉 Cependant, ce qui ressort le plus de ce sondage, c’est le fait de ne pas faire un enfant, à cause de la crise climatique 😥. 

💬

J’avoue que c’est la principale raison de mon non-désir de maternité. Sauf que moi, je n’arrive pas totalement à l’affirmer, notamment parce que ce choix est régi par la peur. Je sais quelles sont les raisons écologiques qui me poussent à ne pas être mère, mais c’est un peu plus complexe que cela.

Ne pas ajouter un être humain de plus

En 2050, nous serons près de 9,8 milliards sur Terre 🤯. Plus on sera nombreux, plus il y aura des besoins à combler. Cela fait grimper la consommation d’énergies fossiles et donc les émissions de C02, accélérant le réchauffement climatique 😰. Le chroniqueur et essayiste, Antoine Bueno, explique d’ailleurs que renoncer à avoir un enfant est de très loin “le geste le plus écolo que l'on puisse faire à l'échelle individuelle". Voilà pourquoi nous sommes 39% de femmes à être inquiète de faire un enfant 🍼…

Graphique pour réduire son empreinte carbone de l'AFP

Un graphique de l'AFP expliquant comment réduire son empreinte carbone.

La planète qu’on va léguer

Encore plus culpabilisant, il y a une autre problématique qui nous angoisse de plus en plus si on décide de devenir mère. Le monde va mal, la situation actuelle en est la preuve, entre guerre en Ukraine, inflation, catastrophes naturelles, nappes phréatiques qui s’assèchent et la montée des eaux…  

C’est Apolcapyse (presque) Now 💥 ! Je ne sais pas si je vais changer d’avis dans les années à venir, mais clairement, cela me fait peur. Pourtant, il est important de se détacher de notre eco-anxiété afin que notre choix ne soit pas dicté par une angoisse. Il y a des contre-arguments au fait de ne pas faire un enfant pour raisons climatiques 🧐.

Faire des enfants, même en étant écolo ?

Je dis que je suis dans les 30% de femmes ne pas vouloir un enfant, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Certes, j’ai des engagements écologiques, mais je me dis que cela n'a pas forcément à peser si lourd dans mon choix. Une des raisons qui m’aide à prendre du recul, c’est que si les écologistes ne font plus d’enfants, il n’y aura pas de transmission et de sensibilisation avec la nouvelle génération

Dans l’hypothèse où, seules les personnes qui n’ont aucune conscience écologique font des enfants, on court droit à la catastrophe 😅. Il faut donc mettre de côté le malthusianisme, la doctrine prônant la restriction démographique, car elle est très culpabilisante pour les personnes sensibles à l’avenir de la planète 🌍.

Non au kidshaming

Ce n’est pas parce que je ne veux pas d’enfant pour des raisons écologiques que j’ai envie de “kidshamer” les autres, c’est-à-dire, leur faire le reproche d'avoir eu un enfant. Et si jamais je change d'avis, je souhaiterais qu'on en fasse de même avec moi. Car lorsqu'on a des engagements écologiques, on a déjà tendance à culpabiliser beaucoup de pas faire les choses correctement 😓. 

✈️ Cela me le fait notamment lorsque je prends l’avion, cela s’appelle le “flightshaming”, dans un autre genre. Sauf que la honte ne devrait jamais faire partie de l'équation ! Il faut s'accrocher aux arguments, comme celui de l'historien Jean-Baptistite Fressoz, qui explique qu'il faut délier écologie et démographie : “le réchauffement climatique n'est pas lié au nombre de personnes qui sont sur cette planète, mais à la manière dont ils l’exploitent".

L’éducation à placer au centre

La politique de l’enfant unique, comme fait en Chine pendant plusieurs années, n’est pas une solution. Il s’agit de garder notre liberté et notre dignité individuelle tout en sensibilisant la prochaine génération. Il faut donc s’éduquer, en permanence, pour garder un esprit alerte et éveillé, mais aussi le faire avec nos enfants, si jamais on décide d’être mère !

L'enfant est le reflet de la société qui l’entoure : surconsommateur dans une société de surconsommation, responsable dans une société responsable. L’exemple à donner est donc primordial 💪.

Avoir le droit de disposer de son corps

Dans cet article, je tenais à rassurer celles qui se posent aussi des questions par rapport à la crise climatique, comme moi. Il n’y a aucune remise en question du choix de ne pas faire d’enfant ! Nous avons le droit de disposer de notre corps et de notre vie, comme on l’entend. Jamais je ne tiendrai un discours réactionnaire, bien au contraire. 

Cependant, pour mon cas personnel, je sais que ce non-désir de maternité est empreint d’éco-anxiété. Je ne sais pas de quoi le monde de demain sera fait, personne ne le sait, mais l’humanité a toujours su s’adapter. C’est ce que j’essaie de me dire, pour être certaine d’être totalement aligné à mon choix de ne pas avoir d’enfant. Car si le regret de la maternité existe, j’ai peur aussi de celui de la non-maternité

Ne pas verser dans la collapsologie permet de prendre du recul et de faire un choix que l’on ne regrettera pas. On ne doit pas s’empêcher de vivre, peu importe notre choix. De même qu’on ne doit pas culpabiliser si un jour, on ne veut plus faire partie des 30% de femmes à ne pas vouloir d’enfant. Le choix d’enfanter est un projet si intime que personne ne doit interférer avec, cela concerne aussi nos angoisses 🌿.

L'avis de la rédaction : être en accord avec son choix

Ne pas vouloir d'enfant, ce n'est pas à remettre en question, chacune fait ce qu'elle désire. Cependant, il est normal de se poser des questions, surtout avec le contexte actuel. Néanmoins, il ne faut pas que vos interrogations et vos doutes vous rongent au point d'influencer ce choix qui peut changer toute une vie. L'important est de ne pas être dans le regret et de se sentir bien avec sa décision. 👉 Il est donc important de ne pas rester seule avec de telles angoisses, parlez-en à vos proches, si possible, entourez-vous de personnes bienveillantes. Vous pouvez également en parler à un psychologue afin de surmonter votre éco-anxiété.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Mais aussi :

Sources : huffingtonpost.frmarianne.net / ladn.eu / qqf.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La blessure de trahison : pourquoi ça fait aussi mal de se faire trahir ?

S'il y a une chose que j'ai beaucoup de mal à pardonner dans une relation, qu'elle soit amicale, amoureuse ou familiale, c'est la trahison. On se sent sale, diminué. La trahison, c'est la mort brutale de la confiance. Tous les souvenirs heureux semblent salis, factices. On doute de tout, on ne sait plus à quoi, à qui se raccrocher. Pour mieux comprendre cette blessure émotionnelle complexe, j'ai décidé de vous en parler.

5 étapes pour pouvoir surmonter une trahison amoureuse

J'ai déjà été trompée par le passé, par un ex. J'ai vécu cela comme la pire des trahisons, car j'ai eu vraiment la sensation d'être bafouée et que je ne méritais pas d'être respectée. La trahison amoureuse, c'est sans doute la pire, par le biais de la tromperie. Alors comment s'en remettre et se reconstruire ? Il y a 5 étapes à surmonter pour pouvoir avancer avec cette blessure...

Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Rupture amoureuse, dispute familiale, licenciement… On a toutes vécu un jour la sensation d’être rejetée, exclue ou mise à l’écart. Certaines arrivent à rebondir assez rapidement, quand d’autres en soufre de manière persistante. Pour ma part, j’ai compris comment avancer, car j’ai mis des mots : cela s’appelle une blessure de rejet. Comment peut-on souffrir d’une telle peur du rejet ? Comment en guérir et avancer ? Explications.

Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Avoir peur de finir seul·e. Qui n'a jamais eu ce sentiment ? Je crois qu'on a tous et toutes en nous cette crainte d'être abandonné. Cependant, pour certaines personnes, ça va plus loin, au point qu'elles donnent tout à leur proche, même les choses les plus folles et au point de s'épuiser. Ce comportement est révélateur de la névrose abandonnique, c'est-à-dire, la peur d'être abandonné. Alors, voici comment la détecter et s'en défaire.

Les 5 blessures de l'âme : tout savoir pour ne plus souffrir

Rejet, abandon, trahison, humiliation, injustice… Autant de mots qui n'évoquent pas quelque chose de positif et qui correspondent aux 5 blessures de l’âme. L’autrice canadienne, Lise Bourbeau, a publié un livre à ce propos et elle explique en quoi les blessures émotionnelles nous affectent et nous perturbent. À cause d’elles, on s’empêche d’être nous-même, c’est pourquoi, il faut les connaître et les décrypter pour se débarrasser de sa souffrance.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube