Est-ce que je veux vraiment un enfant dans ce monde ? #ecoanxiete

“Est-ce que je veux vraiment faire un enfant dans ce monde ?”. C’est la question que je me pose très souvent, encore plus depuis le début de la pandémie. L’avenir n’est pas très rose quand on écoute les médias, alors je doute. En plus, mon engagement écologique me souffle que c’est une mauvaise idée pour la planète. Partagée entre mes doutes, je vous livre mes réflexions à propos de cette peur que j’ai, de faire un enfant à cause de l’avenir.

Sommaire : 

Le geste le plus écolo, ne pas rajouter un être humain sur cette Terre

Nous serons près de 9,8 milliards sur Terre en 2050 🤯. On le sait, la population mondiale ne fait qu’augmenter. Plus on est nombreux, plus on a de besoins à combler. Cela fait grimper la consommation d’énergies fossiles et donc les émissions de C02, accélérant le réchauffement climatique. Cela m’angoisse énormément, sans compter qu’on me demande tout le temps quand je vais faire un enfant. De voir ça, j’en viens au triste constat 😰 : je me dis que je ne dois pas rajouter un être humain de plus sur cette Terre, qui n’en peut déjà plus.

Graphique pour réduire son empreinte carbone de l'AFP

Graphique pour réduire son empreinte carbone de l'AFP

Ce graphique de l’AFP m’a fait prendre conscience de cette réalité. Le chroniqueur et essayiste Antoine Bueno dit que renoncer à avoir un enfant est de très loin le geste le plus écolo que l'on puisse faire à l'échelle individuelle". Selon un sondage réalisé par le Huffington Post, 24% des Français sont d’ailleurs influencés par le réchauffement climatique sur leur décision d’avoir des enfants ou non 🍼.

La planète qu’on va léguer

En plus de cette question de ne pas faire d’enfant pour préserver la planète, je me dis qu’il y a cette autre problématique, si jamais je décide de devenir maman. En effet, on voit que le monde va mal, la situation actuelle en est la preuve, d’ailleurs, j’admire les femmes enceintes pendant la pandémie qui ont su garder leur calme.

On est témoin des catastrophes naturelles qui se multiplient, de la banquise qui fond, des nappes phréatiques qui s'assèchent… C’est Apolcapyse (presque) Now 💥 ! Alors évidemment, en plus de ressentir de la culpabilité à concevoir un autre être humain, on craint pour son avenir. Si jamais je deviens maman, dans quel monde mon enfant évoluera-t-il ?

Les écolos doivent continuer à faire des enfants

L’éco-anxiété est un phénomène grandissant, je n’échappe pas à cette angoisse. Seulement, le malthusianisme, la doctrine prônant la restriction démographique, est un son de cloche très culpabilisant. L'écologie est une réalité à prendre en compte et à garder en tête, mais il faut penser autrement. 

🌍 En effet, si les écologistes ne font plus d’enfants, il n’y aura pas une transmission et une sensibilisation à la nouvelle génération. Dans l’hypothèse où, seules les personnes qui n’ont aucune conscience écologique font des enfants, on court droit à la catastrophe. Cela m’aide à me convaincre que j’ai le “droit” de faire un enfant, car la problématique est bien plus complexe qu’arrêter de procréer.

Non au kidshaming

Après avoir eu honte de prendre l’avion pour mon dernier voyage, ce qui s’appelle le “flightshaming”, je ressens de plus en plus le “kidshaming”. Je fais déjà beaucoup de gestes écologiques dans ma vie : je ne mange plus de viande, j’achète en vrac, je réduis mes déplacements, etc. Mais je ne veux pas me priver de ma vie pour les autres. Je veux avoir le droit de voyager de temps en temps ou de faire un enfant sans culpabiliser 😌.

Ce sont les modes de vie et de consommation qu’il faut revoir, pas l’interdiction de faire un enfant. On ne peut pas porter seule le poids de sauver la planète et de ne plus faire d’enfant. L’historien et auteur, Jean-Baptiste Fressoz, explique d’ailleurs qu’il est nécessaire de délier écologie et démographie : le réchauffement climatique n'est pas lié au nombre de personnes qui sont sur cette planète, mais à la manière dont ils l’exploitent". 

L’éducation à placer au centre

J’espère qu’aucune politique de l’enfant unique ne va voir le jour, comme la Chine l’a fait pendant plusieurs années. Il s’agit de garder notre liberté et notre dignité individuelle tout en sensibilisant la prochaine génération. Il faut donc s’éduquer, en permanence, pour garder un esprit alerte et éveillé, mais aussi le faire avec notre descendance. C’est en changeant profondément la société qu’on arrive à avoir un monde plus sain. 

L'enfant est le reflet de la société qui l’entoure : surconsommateur dans une société de surconsommation, responsable dans une société responsable. L’exemple à donner est donc primordial 💪.

Ne pas s’interdire de vivre

D’autant plus que les enfants s’adaptent bien plus vite que les adultes à l’écologie. Les bons gestes sont plus faciles à apprendre quand on est petit, tout comme apprendre une langue. Alors, au final, je sais que je peux me donner le droit de devenir maman un jour, même si pour faire un bébé toute seule. 

Je ne sais pas comment sera le monde de demain, c’est-à-dire celui dans 30 ou 50 ans. Personne ne le sait, mais l’humanité a toujours su s’adapter. J’ai espoir que les choses s’améliorent, cela m’aide à ne pas verser dans la collapsologie. Surtout, je dois arrêter de m’interdire de vivre, surtout si cela concerne un projet aussi important et intime, que de faire un enfant 🌿.

L'avis de la rédaction : c'est normal de se poser des questions !

C'est normal de se poser des questions, c'est une grande responsabilité que de mettre au monde et élever un enfant. Les interrogations fusent : notre enfant sera-t-il heureux ? Dans quel monde va-t-il évoluer ? À quoi ressemblera son avenir ? 😉 Gardez en tête que la vie trouve toujours son chemin... 👉 Pour autant, il est important de ne pas rester seule avec de telles angoisses, parlez-en à vos proches, si possible, entourez-vous de personnes bienveillantes et optimistes. Vous pouvez également en parler à un psychologue afin de surmonter vos angoisses.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Mais aussi :

Sources : marianne.net / ladn.eu / qqf.fr

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Les commentaires