Comment oublier quelqu'un ? 8 conseils pour passer à autre chose

Mis à jour le par Camille Lenglet

Ma première rupture, je l’ai vécue à 16 ans. 1 an et demi que j’étais avec ce premier amoureux, je pensais qu’on resterait ensemble jusqu’à la fin de nos jours. Autant vous dire que la séparation a été très difficile à gérer. Par la suite, j’en ai vécu d’autres, dont une très difficile au début de la pandémie. Comment oublier quelqu’un ? Il n’y a pas de formule magique pour effacer une personne de notre esprit, mais il y a quelques conseils à appliquer.

Comment oublier quelqu'un ? 8 conseils pour passer à autre chose

8 conseils pour oublier quelqu’un

Oublier quelqu’un après une rupture amoureuse, c’est très compliqué. Cela peut l’être aussi lorsqu’il y a une amitié brisée ou un conflit familial. Je pars du principe que l’on va surtout aborder cela du point de vue du couple, cependant ces conseils sont applicables aussi pour un autre type de relation. Quoiqu’il arrive, il faut tenir bon ✊ !

1. Accepter les émotions

Pour oublier quelqu’un, il faut accepter la souffrance dans un premier temps. Généralement, on ne veut pas effacer une personne de notre mémoire, si on s’entend bien avec elle 🧐. Alors, que ce soit dû à une rupture brutale ou un éloignement, il est important de prendre en compte nos émotions. La tristesse et la colère sont légitimes, on peut les accueillir mentalement en étant à leur écoute. Cela permet de mieux se rendre compte, on accepte ce que l’on vit en réceptionnant tous les ressentis.

👉 L’incompréhension peut être aussi douloureuse à vivre, surtout dans le cas d’un ghosting. Mais il est essentiel d’oublier quelqu’un qui nous a ghosté, pour le bien de notre santé mentale. Il ne faut pas accorder de l’attention à une personne qui nous ignore !

2. Rompre vraiment le lien

Impossible d’oublier quelqu’un lorsqu’on maintient encore un lien avec cette personne. Sauf que pour passer à autre chose, il faut vraiment rompre le lien et la communication. Vous ne parlez peut-être plus à la personne que vous voulez mettre aux oubliettes. Cependant, si vous la suivez sur les réseaux sociaux, c’est du pareil au même ! Un grand ménage est donc nécessaire, on l’enlève de notre liste d’ami Facebook, on se désabonne de son compte Insta, on supprime son numéro de téléphone… Bref on coupe vraiment le contact ✂️. Cette décision nous fera véritablement passer à autre chose !

3. Avoir un regard neutre sur la personne

Parfois, on se remémore la personne en se disant qu’elle était si parfaite, si gentille, si attentionnée, etc. Sauf qu’on peut être aveuglé par le fait qu’elle nous manque… Avoir un regard lucide sur quelqu’un qu'on aime n’est pas chose simple. J’avais l’impression que mon dernier ex était l’homme parfait, jusqu’au jour où j’ai réalisé que c’était un manipulateur. Eh oui, il m’avait fait croire que jamais je ne retrouverais une personne, car j’étais insupportable. Je suis heureuse d’avoir quitté ce pervers narcissique ! Pourtant, les premiers mois, ça a été très compliqué de l’oublier tant je l’ai mis sur un piédestal. Je me répétais qu’il avait raison… Sauf qu’avec le temps, je me suis souvenue de son caractère odieux. J’ai commencé à ouvrir les yeux sur son comportement et j’ai pris conscience de ses défauts 👎.

📌
Il ne faut pas idéaliser la personne, mais pas non plus la détester. Le mieux c'est l'indifférence ! En faisant le bilan, j’ai rééquilibré mon avis en me disant tout simplement que ce n'était pas une personne que je souhaitais dans ma vie.

4. S’entourer des copines, de la famille…

Ne pas rester seule les premiers temps est essentiel pour combler son esprit. Si on pense à la personne, c’est qu’on ne l’a pas oublié. Alors, il faut la remplacer par le contact avec les gens qui nous entourent : amies, famille, collègues de travail, etc. C’est le moment d’aller au ciné, au restaurant, de sortir en boîte, de passer une semaine chez ses parents, etc. Toutes les excuses sont bonnes pour s’occuper la tête grâce à notre entourage.

Certaines personnes adorent être seules, c’est la solitude positive. Même si au début il n’est pas bon de s’isoler, par la suite on peut aussi apprendre à apprécier le fait d’être seule 🤗 !

5. Apprendre à savourer l’instant présent

En s’occupant par diverses activités, on apprend aussi à ne pas ressasser les souvenirs. Désormais, je fais attention à la moindre chose et au moindre bonheur pour me focaliser dessus : le soleil sur ma peau, un livre que j’apprécie, une journée shopping, ma plante qui grandit… Cela peut paraître bateau, mais pour ma part, ça m’a beaucoup aidé. C’est comme ça qu’on apprend à profiter de l’instant présent et qu’on ne pense pas au passé.

😰 J’ai eu quand même des moments compliqués où je n’arrivais pas à penser à autre chose qu’à la personne et à la souffrance que son absence me procurait. Mais j'ai appris à gérer mes crises d’angoisse en m’ancrant dans le présent (en prenant conscience des objets autour de moi par exemple). C’est un bon moyen de ne pas rester concentrée sur les émotions négatives.

6. Changer d’environnement

Changer d’air fait toujours du bien au moral 😊. D’autant plus si on vit toujours dans le logement où on était en couple. Ce n’est pas le cas de tout le monde, j’en ai conscience. Même s’il s’agit de quitter son appartement quelques jours, ça ne peut qu’être bénéfique. Déjà parce qu’on va avoir l’esprit occupé par notre nouveau programme et son organisation. Mais aussi parce que ça va nous ressourcer. On n’est pas obligé d’aller loin et pendant longtemps ! C’est à chacune de juger ce qui est bon pour elle, néanmoins le changement d’environnement permet de laisser de côté sa vie quotidienne. 

7. Sortir de sa zone de confort

À force d’avoir les mêmes habitudes, on fait les choses de manière mécanique, sans y réfléchir. Ça laisse donc beaucoup d’espace mental pour penser à la personne que l’on souhaite faire disparaître de notre mémoire. C’est en prenant des risques et en bouleversant son quotidien, qu’on se focalise sur autre chose. Car c’est bien le nerf de la guerre, pour oublier quelqu’un, il faut s’occuper l’esprit. Je ne vous dis pas de tout quitter pour aller à l’autre bout du monde, non ! Sortir de sa zone de confort prend différentes formes, cela peut être de la petite habitude au grand projet qui nous tient à cœur.

>>> Besoin d’un petit coup de pouce ? Voici 10 citations sur le changement, pour avancer quoiqu’il arrive !

8. Se focaliser sur sa nouvelle liberté

L’essentiel est de prendre conscience qu’on existe sans lui (ou sans elle). Notre vie est composée d’une multitude de choses : nos passions, notre travail, nos amis, notre famille, notre animal de compagnie, etc. Nous ne devons pas nous définir par une seule chose, la relation que l’on avait avec cette personne. Même si elle a duré des années… Se focaliser sur sa liberté est un bon moyen d’aller de l’avant. On en profite pour faire tout ce qu’on a reporté ou jamais fait. On est une personne à part entière, savourons la vie avec nous-même 🥰.

⚠️ L’erreur à ne pas faire : vouloir remplacer la personne par quelqu’un d’autre ! La relation pansement est souvent une fausse aide. On ne brûle pas les étapes, car c’est le meilleur moyen de saboter la nouvelle relation.

L'avis de la rédaction : s'éloigner pour ne pas souffrir

Le manque et l'absence font mal. Il est très difficile d'oublier quelqu'un qui a compté dans notre vie, même si on le souhaite, il y a toujours quelque chose qui nous ramène à lui/elle. Pourquoi voulez-vous l'oublier ? Ces pensées sont-elles obsessionnelles ? Il peut être intéressant de consulter un psychologue pour que cette personne cesse de hanter vos pensées. Ensemble, vous mettrez en place de nouveaux comportements qui vous permettront de vous épanouir sans cette personne. Parfois, il vaut mieux s'éloigner pour ne pas souffrir.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici