Mère envahissante : comment rééquilibrer la relation ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

"Vous venez manger ce week-end ?" Ça commence toujours comme ça. Un texto banal de ma mère, qui ne devrait pas faire de mal à une mouche, mais qui, pour moi, est source d'angoisses. Ma mère, je la vois toutes les semaines et plusieurs fois par semaine, ce week-end, j'ai envie de profiter de mon temps libre. Je n'ai pas envie de venir, mais je ne peux pas lui dire, sinon, c'est la crise assurée... parce que dans ma vie, c'est toujours tout pour ma mère !

Sommaire

Coincée entre une mère envahissante et ma culpabilité

Même depuis que je suis adulte, que je vis en couple et que j'ai fondé ma propre famille, ma mère ne m'épargne rien. Elle est tout le temps là ! Dans l'ensemble, on s'entend très bien et on est proches, et c'est sans doute ça le problème : nous sommes trop proches. Tellement proches que je n'arrive jamais à lui dire qu'elle va trop loin. Être adulte et se sentir obligée de mentir pour ne pas blesser sa mère, c'est frustrant et ça mine l'estime de soi. Mais ma mère n'est pas quelqu'un à qui on dit non. Quand elle veut quelque chose, elle sait comment l'obtenir, même si c'est aux dépens de mes propres besoins et désirs. Moi de mon côté, je me sens toujours coupable. Si j'ai envie de m'offrir une robe hors de prix, je ne lui dis pas, elle jugerait la dépense folle, inutile et me le reprocherait, mais moi, sans savoir pourquoi, je culpabilise de ne pas le lui dire. Mon père n'est pas très causant, alors quand elle veut parler, elle m'appelle, si je ne laisse pas tout tomber pour répondre, je m'en veux, alors qu'on se parle tous les jours. 

🙄Concernant l'éducation de mon fils, elle a aussi son mot à dire : si je ne fais pas comme elle a fait, je ne fais pas bien, et si je fais comme j'ai envie, je doute et je me remets des dizaines de fois en questions. Bref, je suis enfermée dans une relation malsaine avec ma mère.

Une mère envahissante, n'est pas une mère toxique

Quand la mère toxique est manipulatrice et reproche ses malheurs à son enfant, la mère envahissante est intrusive, elle ne respecte pas les désirs de son enfant, contrôle sa vie et fait pression pour en connaître les moindres détails. Il n'est d'ailleurs pas rare que je raconte à ma mère des événements de ma vie qu'elle ne devrait sans doute pas connaître. Un syndrome de Stockholm, pensez-vous ? Peut-être, mais plutôt une impression de complicité, qui est en fait une fusion mal contrôlée et destructrice. Elle exige, par des moyens détournés, de tout connaître de ma vie et elle me juge, me donne son avis, cherche à m'influencer. Plus elle me fait douter de ce que je fais et plus j'ai besoin de son approbation, donc plus je lui raconte des choses de ma vie, qu'elle n'a pas à connaître.

>>> Cet article pourrait vous aider : Parents toxiques, comment je leur ai échappé ?

Comment rééquilibrer la relation ?

Même si elle n'en a pas conscience, ou si elle ne veut pas l'admettre, je suis différente de ma mère, alors qu'elle, elle projette sa personnalité sur la mienne. C'est une relation déséquilibrée et néfaste dans laquelle il convient de remettre de l'ordre. Comment ?

1. Mettre de la distance

Pour rééquilibrer une relation mère/fille, il faut avant tout mettre de la distance. Ne pas prendre de distance ne ferait qu’entretenir une relation insatisfaisante et alimenter votre rancœur. Suivant la situation, on choisira une distance géographique ou alors on filtrera les informations qu'on lui donne. Quand on a vécu pendant longtemps sous le joug d'une mère envahissante, on a parfois du mal à savoir ce qu'on peut lui dire et qu'on devrait garder pour nous. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à demander l'avis de notre entourage. Notamment à la personne qui vit avec nous et qui est souvent la spectatrice privilégiée de cette relation.

2. Faire des pauses

Le premier confinement, en mars 2020, a été pour moi une respiration. Je me sentais obligée de voir ma mère, alors être obligée de ne plus la voir a été un soulagement. C'est là que j'ai compris l'importance de faire des pauses. Personne ne devrait se sentir obligé de voir sa mère toutes les semaines. Il faut se forcer à prendre du recul et à ne pas accourir dès qu'elle demande après nous. Les pauses permettent aussi d'éviter de trop se confier et de recréer une intimité dans laquelle on laisse moins, puis plus du tout, sa mère pénétrer.

3. Ne plus lui trouver des excuses

Si l'on doit faire face à une mère envahissante, c'est souvent que l'on s'est laissée envahir, parce qu'on a tendance à lui trouver des excuses. Quand j'avais une vingtaine d'années, mes parents ont eu des problèmes de couple. Ma mère ne voulait pas rester seule et elle me demandait de passer mes soirées avec elle. Des soirées durant lesquelles elle passait son temps à critiquer mon père. Je détestais ces situations, mais j'avais de la peine pour ma mère, je me disais qu'elle avait besoin de moi. Aujourd'hui, j'essaye de ne plus lui trouver des excuses. Si elle se sent seule, ce n'est pas ma faute. Si elle me critique en tant que mère, ce n'est pas parce qu'elle est inquiète. J'essaie de la comprendre, mais je ne culpabilise plus.

4. Consulter pour affronter

La clé pour ne plus laisser une mère intrusive prendre le contrôle de sa vie, c'est la confiance en soi. Ne plus douter, savoir ce qui bon pour soi et ce qui ne l'est pas, prendre le contrôle de sa vie, s'imposer en tant qu'adulte et ne plus accepter d'être toujours traitée comme son enfant. Pour y parvenir, l'aide d'un psychologue est souvent nécessaire et toujours bénéfique. (Re)prendre confiance en soi nous permettra aussi de faire face à notre mère, calmement et de poser les limites qui rééquilibreront la relation : "je t'aime, mais je sais ce que je fais, je maîtrise ma vie, je suis une adulte. Je ne te rejette pas, mais tu dois apprendre à me faire confiance."

L'avis de la rédaction : posez des limites

Il convient de poser des limites claires et de verbaliser votre inconfort avant que la situation ne dégénère. Camille Rochet, psychologue, explique que : " Pour parvenir à s’imposer, il est important de se positionner comme un adulte et ne pas accepter que l’on nous aborde toujours comme un enfant. Cela vaut surtout pour les personnes qui ont des parents intrusifs. " Il est important de savoir ce qui est bon pour vous, ce qui ne l'est pas afin de ne pas vous laisser influencer.  Si cette relation vous pèse, que vous sentez que vous avez besoin d'aide, n'hésitez pas à contacter l'un de nos spécialistes :

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Envahissante toujours : ma belle-mère est une grand-mère intrusive, comment gérer ?

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Les commentaires

Bonjour, très bon article. il est très compliqué de savoir dire non sans avoir le sentiment de blesser ses proches.

Nos derniers articles

Trop exigeante en couple ? Marion Thihy, coach, nous dit tout !

Ne serions-nous pas trop exigeantes en couple ? Attentes démesurées, image du couple ...

Lire

L'empathie, qu'est-ce que c'est au juste ?

L'empathie c'est bien. Dans la mesure où nous évoluons avec les autres, la capacité d...

Lire

Comment reconnaître une déprime d’une dépression ?

Vous sentez triste, lassée, vide, les larmes vous montent souvent aux yeux, vous manq...

Lire

Quels sont les symptômes d'une dépression ? Voici comment la reconnaître.

Colère, tristesse, mélancolie… Nous vivons toutes des émotions négatives, mais lorsqu...

Lire

Être une mère : vous avez le guide ?

Message envoyé hier à une copine qui prenait des nouvelles de fin de journée ... « Bo...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici