Syndrome de stress post-traumatique : qu'est-ce que c'est ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Accident, agression, attentat, mais aussi cambriolage, séparation, deuil, maltraitance… Il y a tout un tas d’événements qui peuvent nous marquer, peu importe leur type. Cependant, ce n’est pas n’importe quel type de faits, ils provoquent des émotions négatives qui vont nous marquer à jamais, provoquant beaucoup d’anxiété. C’est ce qui s’appelle le syndrome de post-traumatique ! Comment peut-on le reconnaître ? Quels sont les symptômes ? Surtout, comment se soigner pour aller mieux ? Parlons-en.

Syndrome de stress post-traumatique : qu'est-ce que c'est ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le syndrome de stress post-traumatique ?

Comme dit en introduction, les troubles du stress post-traumatique (TSPT en français ou en anglais PTSD) apparaissent après un événement traumatisant. Ils traduisent une vraie souffrance morale inscrite en nous après l’événement vécu. Évidemment, un choc émotionnel n’est pas sans conséquences sur notre vie, cela l’altère complètement, tant sur le plan personnel que professionnel 😥. Les TSPT peuvent provoquer d’autres troubles et un état anxieux généralisé

Quelle est la durée des TSPT ?

Cet état varie selon beaucoup de paramètres. Parfois, cela ne dure que quelques semaines à quelques mois, mais dans la plupart des cas, cela dure plusieurs années…

Qui peut être atteint de TSPT ?

Selon plusieurs études américaines, 5 à 12% de la population auraient des TSPT, mais ces chiffres sont sous-estimés du fait d’une méconnaissance des troubles…

On peut tous et toutes concernés par le syndrome de stress post-traumatique, selon les événements que l'on rencontre à travers notre vie 😞. On parle souvent de victimes d’attentat ou de combats militaires, mais c’est aussi les victimes d’agressions physiques ou sexuelles. On peut avoir des traumatismes après une catastrophe naturelle, après un accident ou un deuil. Les enfants peuvent tout autant développer ces troubles, autant que les adultes. Bref, il n’existe pas de schéma particulier, puisque le syndrome de stress post-traumatique est la conséquence d’un événement tragique.

📌

Le syndrome de stress post-traumatique peut aussi bien toucher la victime d’une catastrophe que le témoin. On parle aussi parfois de syndrome du survivant, pour les personnes qui ressentent la culpabilité d’avoir survécu. Selon les psychiatres, la culpabilité est un moyen pour ces victimes de contrôler leurs émotions.

👋 Cet article pourrait aussi vous intéresser : Crise et idées suicidaires, comment réagir ?

Quels sont les symptômes du SPT ?

Selon le Manuel MSD, il y a 4 grands types de symptômes qui découlent du stress post-traumatique : 

👉 La reviviscence : quand on est victime, on peut avoir des souvenirs envahissants avec des flash-backs de l'événement. Cela peut survenir dans n'importe quelle situation, mais il peut tout de même avoir un ou plusieurs éléments déclencheurs qui paraissent anodins en apparence. Par exemple, le bracelet que portait la victime le soir de son agression, rangé dans la boîte à bijoux. 

👉 L’évitement : c'est un mécanisme de défense qui consiste à éviter les activités, les situations ou les personnes qui peuvent rappeler le traumatisme. Une victime d'agression sexuelle va ainsi éviter le lieu où s'est produit l'horrible événement. L'évitement peut aussi se produire dans la tête, on va faire en sorte de repousser un maximum les pensées ou les sentiments liés au traumatisme... 

👉 L’altération cognitive et émotionnelle : le traumatisme provoque une sidération, ce qui va conduire à avoir des états de dissociation après l'événement. On n'arrive plus à se souvenir de certaines choses, par conséquent, on en vient à se sentir coupable. Les victimes ont honte, se blâment et ont tout un tas d'émotions négatives qui vont provoquer de nouvelles peurs. 

👉 L’hyper-réactivité (hypervigilance, accès de colère, sursauts, manque de sommeil et de concentration...) : le dernier symptôme provoque une hypervigilance, les victimes sont tout le temps en alerte. Par exemple, on peut facilement sursauter au moindre bruit lorsqu'on a des TSPT. Il peut aussi y avoir des accès de colère et des réactions disproportionnées mais qui sont en lien avec le trauma. 

Cependant, la liste des symptômes est malheureusement longue 😟. En effet, il peut aussi y avoir : des insomnies, des cauchemars, de l'irritabilité, un repli sur soi, de l'anxiété, des crises de colère, des peurs irrationnelles, de la violence, des conduites à risques (alcoolisme, toxicomanie, etc.), de la phobie sociale ou encore de la dépression... 

👋 Cet article pourrait aussi vous intéresser : Émotions négatives : apprendre à les repérer et les gérer

Guérir d'un état de stress post-traumatique 

L'écoute et le soutien sont d'une importance capitale lorsqu'il y a un syndrome de stress post-traumatique. Lorsqu'on a vécu des choses terribles, on doit pouvoir les verbaliser pour pouvoir mieux s'en défaire. Il est possible d'en parler avec ses proches, mais cela ne remplace en rien l'efficacité d'une thérapie. C'est en effet la meilleure solution pour se défaire des troubles du choc. 

👉 La thérapie EMDR est très efficace pour guérir un état de stress post-traumatique. En se servant des yeux, et plus précisément, des mouvements oculaires, on atteint le cerveau afin d'effacer les souvenirs traumatisants de la mémoire. La TCC est aussi une thérapie de choix, mais elle se concentrera davantage sur les troubles anxieux que le traumatisme en lui-même. Elle va tout de même favoriser l'apaisement et la diminution des symptômes

Peu importe le type de thérapies, l'important est de consulter un psychologue pour retrouver une vie plus sereine et ne pas avoir toutes les conséquences et les biais que vont provoquer les troubles du stress post-traumatique.  

L'avis de la rédaction - Comprendre les origines

Beaucoup de personnes n'ont souvent pas conscience d'avoir TSPT. Elles savent qu'elles ont des peurs et de l'anxiété, mais elles n'ont pas forcément conscience de leur origine. C'est ce qui est complexe avec le stress post-traumatique, même si l'événement est lointain, les conséquences sont toujours bien là. Alors si vous savez que vous avez vécu un événement terrible ou si vous avez la sensation d'avoir trop de souffrance en vous, n'hésitez pas à consulter pour embrasser la voie de la guérison et la sérénité.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube