Syndrome du survivant : quand la culpabilité d’être en vie ronge

Mis à jour le par Camille Lenglet

Lorsque ma mère est décédée dans un accident, cela m’a dévastée. J’ai ressenti un immense chagrin, mais je n’ai pas assisté au drame de sa mort. Certaines personnes sont malheureusement les témoins du décès d’un être cher… Cela provoque un poids immense à porter, puisqu’elles se sentent coupables d’être en vie quand l’autre personne n’a pas eu la même chance. Ce sentiment, appelé “syndrome du survivant” (ou syndrome de Lazare), n’est pas anodin et peut avoir de nombreuses conséquences. Comment s’en sortir ? Explications.

Syndrome du survivant : quand la culpabilité d’être en vie ronge
Sommaire : 

Qu’est-ce que le syndrome du survivant ?

Le syndrome du survivant est la culpabilité d’être en vie lorsqu’une situation traumatisante s’est produite, ayant pour résultat la mort d’une personne. On a l’impression d’avoir fait du tort ou d’avoir mal agi, parce qu’on est vivante. Deux sentiments naissent de cet événement 😥 :

  • 👉 On a le sentiment qu’on ne mérite pas de vivre, on aurait dû mourir à la place de l’autre.
  • 👉 On a tendance à croire qu’on aurait pu empêcher la mort de l’autre personne…

Une tragédie qui marque

Ce syndrome se vérifie particulièrement dans les cas de figure où on a assisté à la mort sous nos yeux. Par exemple, un accident de la route : une collision se produit, la personne à côté de nous décède, mais pas nous. C’est une tragédie qui peut arriver dans la vie quotidienne de chacun, mais comme l’explique la docteure en psychopathologie, Hélène Romano, cela peut concerner des drames humains plus vastes comme les attentats. D’ailleurs les premières études à ce sujet ont été menées sur les victimes de la Shoah ou encore des rescapés du génocide Rwandais…

🌪️ Face à un traumatisme, on ressent des émotions négatives comme la culpabilité, la honte, la tristesse, l’anxiété ou encore l’hypervigilance. Vivre le syndrome du survivant n’est donc pas sans conséquences sur la santé mentale.

Les conséquences de la culpabilité du survivant

Lorsqu’on vit un choc émotionnel, on vit une métamorphose psychique. Moi-même je l’ai expérimenté lorsque ma mère est décédée, j’ai changé. Toutefois, n’ayant pas assisté au drame, je ne vis pas avec des flash-back de l’événement. Les personnes ayant le syndrome de Lazare revivent la scène avec des images mentales traumatisantes. Les émotions ressurgissent aussi, comme l’effroi et le désarroi. On finit par ressentir un décalage avec les autres, qui n’ont pas vécu le drame.

Isolement et conduites à risques

Il est presque impossible de se sentir heureuse d’être en vie dans ces conditions, surtout en ayant conscience que la personne décédée n’a pas connu le même sort que nous. La culpabilité va nous ronger et créer d’autres troubles avec des symptômes dépressifs.

Dans le meilleur des cas, le blessé psychique va réussir à surmonter sa culpabilité, mais cela se produit rarement sans aide. Le poids des émotions honteuses va être tellement lourd à porter qu’il est possible de développer des comportements à risques. C’est un moyen de se mettre à distance de la réalité, comme avec la consommation d’alcool ou de drogues. On peut aussi se renfermer et s’isoler totalement, tellement la peur du regard des autres va nous envahir.

⚠️ 
Certaines victimes éprouvent des pensées suicidaires qui les poussent à commettre l'irréparable, comme la jeune Sydney Aiello. Cette rescapée de la fusillade de Parkland en Floride qui s’est donné la mort 1 an après le massacre…

Comment sortir de ce syndrome ?

Chacun expérimente le deuil d’une manière différente, avec des émotions plus ou moins difficiles à vivre 😔. Lorsqu’on est victime d’un drame, notre manière de gérer cela va dépendre de notre résilience et de notre expérience personnelle.

Le syndrome du survivant est un mélange complexe de différents facteurs propres à la personne qui le vit. Le seul moyen d’arriver à traverser les étapes du deuil et de se débarrasser de la culpabilité, est de faire une thérapie. Seul l’accompagnement d’un professionnel pourra aider à traverser le traumatisme et à aller vers l’acceptation. 👉 Le choix de la thérapie est important dans ce cas de figure, il faudra s’orienter vers l’EMDR qui est adapté aux traumas et au stress post-traumatique.

Comment aider une personne qui traverse cette épreuve ?

Voir un proche porter la culpabilité d’un décès n’est jamais simple, mais il faut s’armer de patience, de tact et de douceur pour accompagner au mieux la personne. Il faut se montrer présente et à l’écoute pour être empathique à son désarroi. Cela passe par des petits gestes de soutien comme un accompagnement à la première séance de psychothérapie. Il faut aider à traverser la douleur tout en ne laissant pas l’isolement ou les conduites à risque s’installer 😟. Il est nécessaire d'accepter que la personne qui a vécu ce drame ne sera plus la même qu’avant, on doit donc pouvoir s’adapter pour l’accompagner au mieux.

L'avis de la rédaction : un traumatisme important qui réclame un suivi 

Le syndrome du survivant fait suite à un traumatisme important. Il est impératif d'avoir un suivi psychologique pour surmonter ce type d'événement traumatisant. Si vous êtes touché ou que l'un de vos proches l'est, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : cairn / doctissimo.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici