Syndrome du survivant : quand la culpabilité d’être en vie ronge

Mis à jour le par Camille Lenglet

Lorsque ma mère est décédée dans un accident, cela m’a dévastée. J’ai ressenti un immense chagrin, mais je n’ai pas assisté au drame de sa mort. Certaines personnes sont malheureusement les témoins du décès d’un être cher… Cela provoque un poids immense à porter, puisqu’elles se sentent coupables d’être en vie quand l’autre personne n’a pas eu la même chance. Ce sentiment, appelé “syndrome du survivant” (ou syndrome de Lazare), n’est pas anodin et peut avoir de nombreuses conséquences. Comment s’en sortir ? Explications.

Syndrome du survivant : quand la culpabilité d’être en vie ronge
Sommaire : 

Qu’est-ce que le syndrome du survivant ?

Le syndrome du survivant est la culpabilité d’être en vie lorsqu’une situation traumatisante s’est produite, ayant pour résultat la mort d’une personne. On a l’impression d’avoir fait du tort ou d’avoir mal agi, parce qu’on est vivante. Deux sentiments naissent de cet événement 😥 :

  • 👉 On a le sentiment qu’on ne mérite pas de vivre, on aurait dû mourir à la place de l’autre.
  • 👉 On a tendance à croire qu’on aurait pu empêcher la mort de l’autre personne…

Une tragédie qui marque

Ce syndrome se vérifie particulièrement dans les cas de figure où on a assisté à la mort sous nos yeux. Par exemple, un accident de la route : une collision se produit, la personne à côté de nous décède, mais pas nous. C’est une tragédie qui peut arriver dans la vie quotidienne de chacun, mais comme l’explique la docteure en psychopathologie, Hélène Romano, cela peut concerner des drames humains plus vastes comme les attentats. D’ailleurs les premières études à ce sujet ont été menées sur les victimes de la Shoah ou encore des rescapés du génocide Rwandais…

🌪️ Face à un traumatisme, on ressent des émotions négatives comme la culpabilité, la honte, la tristesse, l’anxiété ou encore l’hypervigilance. Vivre le syndrome du survivant n’est donc pas sans conséquences sur la santé mentale.

Les conséquences de la culpabilité du survivant

Lorsqu’on vit un choc émotionnel, on vit une métamorphose psychique. Moi-même je l’ai expérimenté lorsque ma mère est décédée, j’ai changé. Toutefois, n’ayant pas assisté au drame, je ne vis pas avec des flash-back de l’événement. Les personnes ayant le syndrome de Lazare revivent la scène avec des images mentales traumatisantes. Les émotions ressurgissent aussi, comme l’effroi et le désarroi. On finit par ressentir un décalage avec les autres, qui n’ont pas vécu le drame.

Isolement et conduites à risques

Il est presque impossible de se sentir heureuse d’être en vie dans ces conditions, surtout en ayant conscience que la personne décédée n’a pas connu le même sort que nous. La culpabilité va nous ronger et créer d’autres troubles avec des symptômes dépressifs.

Dans le meilleur des cas, le blessé psychique va réussir à surmonter sa culpabilité, mais cela se produit rarement sans aide. Le poids des émotions honteuses va être tellement lourd à porter qu’il est possible de développer des comportements à risques. C’est un moyen de se mettre à distance de la réalité, comme avec la consommation d’alcool ou de drogues. On peut aussi se renfermer et s’isoler totalement, tellement la peur du regard des autres va nous envahir.

⚠️ 
Certaines victimes éprouvent des pensées suicidaires qui les poussent à commettre l'irréparable, comme la jeune Sydney Aiello. Cette rescapée de la fusillade de Parkland en Floride qui s’est donné la mort 1 an après le massacre…

Comment sortir de ce syndrome ?

Chacun expérimente le deuil d’une manière différente, avec des émotions plus ou moins difficiles à vivre 😔. Lorsqu’on est victime d’un drame, notre manière de gérer cela va dépendre de notre résilience et de notre expérience personnelle.

Le syndrome du survivant est un mélange complexe de différents facteurs propres à la personne qui le vit. Le seul moyen d’arriver à traverser les étapes du deuil et de se débarrasser de la culpabilité, est de faire une thérapie. Seul l’accompagnement d’un professionnel pourra aider à traverser le traumatisme et à aller vers l’acceptation. 👉 Le choix de la thérapie est important dans ce cas de figure, il faudra s’orienter vers l’EMDR qui est adapté aux traumas et au stress post-traumatique.

Comment aider une personne qui traverse cette épreuve ?

Voir un proche porter la culpabilité d’un décès n’est jamais simple, mais il faut s’armer de patience, de tact et de douceur pour accompagner au mieux la personne. Il faut se montrer présente et à l’écoute pour être empathique à son désarroi. Cela passe par des petits gestes de soutien comme un accompagnement à la première séance de psychothérapie. Il faut aider à traverser la douleur tout en ne laissant pas l’isolement ou les conduites à risque s’installer 😟. Il est nécessaire d'accepter que la personne qui a vécu ce drame ne sera plus la même qu’avant, on doit donc pouvoir s’adapter pour l’accompagner au mieux.

L'avis de la rédaction : un traumatisme important qui réclame un suivi 

Le syndrome du survivant fait suite à un traumatisme important. Il est impératif d'avoir un suivi psychologique pour surmonter ce type d'événement traumatisant. Si vous êtes touché ou que l'un de vos proches l'est, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : cairn / doctissimo.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube