Dédoublement de personnalité : moi et l’autre moi

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Connaissez-vous le trouble dissociatif de la personnalité, le dédoublement de personnalité ? Il est fort possible que vous pensiez à la schizophrénie, et pourtant, ces deux pathologies sont différentes. Qu'est-ce que le dédoublement de personnalité ? On vous explique tout.

Dédoublement de personnalité : moi et l’autre moi
Sommaire :

On connaît bien le Dr Jekyll et Mr Hide et pourtant, le dédoublement de la personnalité est encore une maladie méconnue. D’ailleurs 25% à 50% des personnes qui souffrent de trouble dissociatif sont en fait bien souvent diagnostiquées schizophrènes. Il faut dire, que les symptômes sont quasiment identiques, si ce n’est que les schizophrènes n'adoptent jamais une autre personnalité.

🧠 Enfin, si les hallucinations auditives sont présentes dans les deux pathologies, les personnes atteintes de troubles dissociatifs entendent des voix qui viennent de l’intérieur, quant aux schizophrènes, ces voix viennent toujours de l’extérieur. Comment se caractérise alors ce trouble dissociatif de la personnalité ?

Dédoublement de la personnalité : de quoi parle-t-on vraiment ?

Les personnes qui souffrent d’un trouble dissociatif de l’identité (TDI) ont un « moi réel » et se construisent un « autre moi » qui permet à ce moi réel de résister à une situation dramatique, traumatisante ou un événement marquant. L’autre moi prend la place du moi réel, la personne revêt alors une toute nouvelle identité. Souvent bien plus extravertie, plus forte, plus assurée. Par exemple, une jeune femme peut tout à coup devenir une petite fille, s’exprimer et se conduire comme telle, puis devenir un homme plus âgé, etc.

Le dédoublement de la personnalité est un trouble qui découle d’un traumatisme. Généralement un traumatisme prolongé durant l’enfance (abus sexuels, violence physique, drames répétés). 😔 Pour faire face à cette situation douloureuse et oublier leur souffrance, ces personnes (90% de femmes) se sont détachées d’elles-mêmes, allant jusqu’à se créer une ou plusieurs identités parallèles. Les soldats ayant vécu des événements ou scènes insoutenables et traumatisantes peuvent aussi connaître ce trouble, cette dissociation afin de survivre psychiquement.

Le dédoublement devient une pathologie quand cette dissociation continue alors même que les abus ont pris fin. La dissociation pathologique est de deux formes, complète ou partielle. Soit chaque personnalité agit de façon distincte, avec des identités distinctes, soit chacune des personnalités a conscience des autres.

Les symptômes du trouble de la personnalité

Les trous de mémoire, concernant le passé ou le présent, sont l'un des symptômes les plus importants et représentatifs. Pendant ces trous de mémoire, la personne vit un état de dissociation, elle n’est pas en contact avec sa pensée. Dans une moindre mesure, nous vivons tous cet état de temps en temps. Par exemple, lorsque nous conduisons, sur un trajet habituel et que nous n'avons pas conscience de ce que nous faisons avant d'arriver là où nous voulions nous rendre.

👉 Enfin, ce trouble de la personnalité est souvent associé à d’autres pathologies telles que des troubles anxieux, une dépression, des troubles du sommeil, des abus de substances psychoactives, alcool, tabac ou cannabis.

L'avis de la rédaction : un traitement basé sur l'acceptation

Le dédoublement de la personnalité se traite par une psychothérapie, souvent longue. La clé du succès réside avant tout dans l’acceptation. Le patient doit lui-même faire le choix de la thérapie, ce qui n’est pas toujours facile à cause de luttes internes. Une personnalité peut prendre le contrôle sur les autres et refuser de se faire aider. Il n’est malheureusement pas rare que les patients abandonnent leur thérapie en cours de route. Une thérapie EMDR, très efficace pour se remémorer et travailler sur un passé traumatique, peut aussi être envisagée. N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos professionnels.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Cet article pourrait vous plaire : Qu'est-ce qu'un trouble bipolaire ?


Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Les commentaires

Je ne suis pas pro concernant ce trouble mais il me semblait important d’apporter quelques précisions. Les personnes souffrant de tdi n’ont pas de « réel moi » et ne créent pas les autres alters, le tdi est le résultat de l’absence de la fusion des différentes parties de l’identité qui a aurait dû se passez vers 8-9ans, il n’y a donc pas de « vraie, réelle identité » puisque qu’elles ont toujours été plusieurs. Les personnes d’ayant pas ce trouble avaient aussi plusieurs parties, elles ont juste fusionné. Et surtout la personne ne crée pas les autres alters, c’est le cerveau qui ne les fusionnent pas et les séparent complètement. Quand aux pourcentages donnés leurs sources m’intéresseraient grandement. Ensuite maintenant que je connais un peu le tdi et la schizophrénie, j’avoue de pas comprendre pourquoi toujours les comparer. Les symptômes me paraissent très différents. Et dernièrement quand aux voix entendue tu dans le tdi, ils s’agit effectivement des autres alters, mais la personne peut les entendre comme des pensées, comme des voix venant de l’extérieur et probablement de bien d’autres manières. Bien à vous, malika ^^ oh et ps: le tdi n’est pas une maladie mais un trouble, on préfère ce terme à cause de l’absence de marqueurs physiologiques (;

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici