Stratégie d'évitement, une bombe à retardement ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Un mail urgent pour le travail ? Oh ça peut bien attendre ! Un problème de santé qui s’aggrave ? Je ne prends pas de rendez-vous médical ! Ma voiture fait un bruit bizarre ? Ce n’est pas grand-chose”. Vous l’avez compris, je suis une spécialiste de l’évitement. Je parie que je ne suis pas la seule à vouloir retarder, voire à ignorer totalement, certaines choses de mon quotidien. C’est le lot des personnes qui souffrent d’anxiété, afin de ne pas ressentir cette émotion bien particulière qu’est la peur. Cependant, à terme, l’évitement est une bombe à retardement.

Stratégie d'évitement, une bombe à retardement ?

Qu’est-ce que l’évitement ?

L’évitement fait partie des mécanismes de défense, il nous permet d’éviter les sentiments d'angoisse et de peur. Il peut concerner deux types de personnes : 

  • 👉 Les personnes qui souffrent d’une phobie. Exemple avec le cas de l'agoraphobie : le ou la phobique qui en souffre va tout faire pour l’éviter. Ainsi, elle n’ira pas dans des grandes villes ou à un rassemblement type concert. 
  • 👉 Les personnes qui souffrent d'anxiété généralisée : une personne qui a un trouble anxieux évitera tout ce qui peut l'angoisser 😥. Ça peut être le fait de répondre à un mail ou d'aller chez le médecin !

Une peur générée par le cerveau 🧠

La peur est une émotion tout aussi légitime qu’une autre. Elle a une fonction qui relève de l’instinct de survie, afin de nous protéger d’un danger immédiat. Toutefois, lorsqu’on souffre d’une phobie ou d’anxiété, on peut éprouver de la peur, alors qu’il n’y a pas de danger pour notre vie. C’est notre vécu qui peut déclencher cette peur via notre interprétation sur une situation donnée. On apprend donc à vivre avec la peur et à l’éviter si elle se présente à nous 😫.

Une bombe à retardement émotionnelle

Cela paraît logique d’éviter ce qui nous fait peur. L’évitement nous soulage sur le moment, on ne ressent plus l’état interne d’inconfort et on passe à autre chose 🤷‍♀️. 

Toutefois, ce soulagement n’est que temporaire et en réalité, l’évitement ne fait qu’empirer la situation, car on a perpétuellement peur d’avoir peur. Notre cerveau va considérer que plus on évite un problème, plus il va le considérer comme dangereux. On va donc s’enfermer dans un cercle vicieux dont il sera impossible de se sortir tant on va être paralysé par la peur 😱 :

Le cercle vicieux de l'évitement

Le cercle vicieux de l'évitement.

Une boule de neige avec des conséquences

En pratiquant l’évitement, on crée un effet boule de neige. Plus on évite le problème, plus il prend de l'ampleur et plus il va être difficile de l’affronter. De plus, on peut être confronté, un beau jour, à l’objet de notre peur par inadvertance et on ne sera pas armée pour affronter cette bombe émotionnelle 🤯.

💬
Par exemple, comme je l’ai dit, je suis spécialiste de l’évitement à cause de mon caractère anxieux. Mais à force de reporter certaines choses, comme répondre à mes mails pros ou encore faire un devis pour un client, je me mets dans une situation délicate. Le travail s’accumule, les gens s’énervent, ce qui envenime la situation… Ça me donne en plus une image de personne peu sérieuse ! C’est une petite situation anodine, mais ça peut prendre des proportions de plus en plus importantes et plus graves.

Comment sortir de l’évitement ?

Alors comment sortir de l’évitement et du cercle vicieux mis en place par la peur ? La première chose est de reconnaître nos moments d’évitements, même ceux qui sont insignifiants (comme avec mes mails 😅). Cette introspection n’est vraiment pas facile à faire, car il faut faire preuve d’honnêteté et de transparence avec soi. Il faut accepter de prendre du recul sur bien des situations dans notre vie et pour cela, il est nécessaire d’apprendre à écouter ses émotions et à les comprendre 👂.

Se concentrer sur la récompense

La deuxième chose est de se concentrer sur la récompense qui va apparaître à chaque fois que l’on va parvenir à affronter nos peurs : la liberté 🤗 ! Eh oui, plus vite on va affronter ce qui nous angoisse, plus vite on va être libéré de la charge mentale de cette tache. C’est ce que j’essaie de me dire quand ma peur du téléphone s’active et que je dois passer un appel qui me stresse ! Plus vite c’est fait, plus vite on est débarrassé 🥳.

👉 C’est un nouveau mécanisme qu’il faut apprendre. Plus on va constater la récompense, plus vite l’évitement va disparaître. Au fur et à mesure, nos micro-évitements et notre phobie vont diminuer jusqu’à totalement disparaître pour être complètement libérée.

Une thérapie adaptée pour se débarrasser de l’évitement

Repérer notre émotion de peur et se concentrer sur la récompense sont des exercices faciles à mettre en place pour les petits évitements. En effet, ce sont ceux où la peur est le moins présente, car il y a peu de risque au final. Toutefois, pour les phobies et où les situations qui peuvent créer des crises d’angoisse, cela va être compliqué de s’en sortir seule 😥.

Il existe un type de thérapie pouvant nous aider à travailler sur nos peurs, la thérapie cognitive et comportementale. En effet, elle va permettre de se débarrasser de nos schémas de pensée négatifs via des exercices et des outils mis en place par le thérapeute. Cela va nous apprendre à nous défaire de notre anxiété pour véritablement nous apaiser et sortir de la stratégie d’évitement.

L'avis de la rédaction : sortez de cette spirale infernale !

Vous l'aurez compris, les stratégies d'évitement nous font entrer dans un cercle vicieux. Pour en sortir, il faut commencer par identifier nos évitements, aussi petits soient-ils, puis changer nos habitudes pour briser ce cercle et entrer dans un au schéma plus vertueux. Il n'est pas facile de réaliser ce travail seul·e, c'est pourquoi nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec un psychologue. Au fil des séances, vous pourrez comprendre pourquoi vous agissez ainsi et mettrez en place petit à petit de nouvelles habitudes qui vous permettront d'être plus heureux·se.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : "Les mécanismes de défense" de Henri Chabrol // "L'évitement, un mécanisme de défense contre l'anxiété" par Dr Catherine Solano

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube