Le casque de réalité virtuelle pour soigner les phobies

Mis à jour le par Camille Lenglet

Peur des araignées, de l’avion ou encore des clowns… Selon la Haute autorité de santé, 15 % des adultes présentent une phobie qui peut se révéler handicapante au quotidien. Une thérapie adaptée peut heureusement aider à se défaire d’une peur ciblée. Il y a même désormais une technologie qui permet de soigner toutes sortes de phobies : le casque de réalité virtuelle. Comment est-ce que cela fonctionne ? Est-ce vraiment efficace ? Explication.

Le casque de réalité virtuelle pour soigner les phobies
Sommaire : 

La réalité virtuelle pour soigner une peur en douceur

On avait plutôt l’habitude de trouver les casques de réalité virtuelle dans le milieu du jeu vidéo, mais ils sont désormais aussi dans les cabinets des thérapeutes 😎 ! Ils sont utilisés dans le cadre d’une thérapie cognitive et comportementale (TCC). En effet, le seul moyen de soigner une phobie est d’avoir ce type de suivi qui va progressivement exposer le phobique à sa peur.

Néanmoins, le psychiatre, Eric Malbos, explique que cela empêche parfois les patients de commencer la thérapie 😥. Savoir que l’on va être confronté à une vraie araignée ou au vide lorsqu’on est phobique, c’est brutal. La réalité virtuelle est donc un moyen de s’exposer en douceur puisque nous avons conscience que ce n’est pas réel.

📌 Par exemple : 
Pour le traitement de la peur de l’araignée, le patient est d’abord exposé à une patte de l’insecte via le casque. Comme il y a une maîtrise de l’espace dans la réalité virtuelle, l'objet de la peur peut être assez éloigné. Graduellement, le phobique va pouvoir se rapprocher et le corps entier va être exposé au fur et à mesure des séances.

Quelles phobies peut-on soigner avec la réalité virtuelle ?

On pourrait penser que certaines phobies ne peuvent pas se soigner avec la réalité virtuelle. Or, tout ce qui peut être traité via une TCC, peut théoriquement s’appliquer à toutes sortes de phobies, y compris la phobie sociale. C’est l’anxiété qui est au cœur de la problématique du patient, mais cela reste tout aussi concret que la peur des animaux.

👉 En fait, la réalité virtuelle peut traiter toutes les peurs que l’on expérimente dans notre vie, que ce soit la thalassophobie (la peur des fonds marins), la claustrophobie (peur des lieux clos) ou encore la coulrophobie (peur des clowns).

L’avantage de ce traitement via l’utilisation d’un casque VR, c’est qu’il y a un contrôle de l’environnement. Les patients, comme les thérapeutes, apprécient la réalité virtuelle puisqu’il n’y a pas de mise en danger. En effet, si le patient fait une crise d’angoisse lorsqu’il est exposé à sa peur directement, comme le vide, cela peut constituer un risque. Avec le virtuel, il suffit d’éteindre le casque pour que la phobie disparaisse.

Comment se passe une thérapie avec casque de réalité virtuelle ?

Peu importe le type de phobie que l’on souhaite soigner, il faut compter environ 10 à 12 séances d’une heure chacune. Lors des premières séances, le patient va apprendre à :

  • Gérer son stress et son anxiété via des exercices de respiration et des techniques de relaxation,
  • Remplacer ses croyances erronées par des pensées réalistes,
  • Mettre à distance une émotion, pour mieux la gérer.

C’est à la suite de cela que le casque de réalité virtuelle va intervenir 🧐. Le patient va être progressivement exposé à l’objet de sa phobie, tout en étant accompagné par le psychologue. Tout au long de la séance, ce dernier va maintenir un dialogue et évaluer le stress afin de s’adapter aux réactions du phobique. Cela permet d’évoluer à son rythme, en fonction de nos émotions et de la manière dont on réagit à notre peur 🤗.

Cet article peut vous intéresser >>> Top 10 des phobies les plus insolites, à chacun sa peur !

La réalité virtuelle contre les peurs, ça fonctionne ?

Des études ont montré que cette thérapie via la réalité virtuelle était efficace puisqu’il y a un taux de réussite de 80% ! Cela veut dire que 8 personnes sur 10 ont réussi à soigner leur phobie en quelques séances, grâce au casque de réalité virtuelle et à la thérapie.

Le pourcentage restant qui n’arrive pas à surmonter sa phobie peut s’expliquer par plusieurs raisons selon Eric Malbos. Certains patients manquent de sérieux et ne pratiquent pas les exercices donnés pour travailler entre chaque séance 😔. Il est en effet important de s’investir pleinement pour que la thérapie fonctionne ! Une autre raison peut aussi justifier de cet échec, le patient peut s’être orienté vers la mauvaise thérapie. Dans tous les cas, ce n’est pas un échec de la réalité virtuelle. Au contraire, elle facilite le traitement de la phobie et elle est plus accessible, puisqu’elle offre un gain de temps aux thérapeutes 👏.

Commencer une thérapie avec la réalité virtuelle

Toutefois, tous les thérapeutes ne sont pas équipés de casque de réalité virtuelle. Il faut avoir en plus une formation pour savoir comment exposer le patient via cette technologie. En France, il existe environ un millier de praticiens qui peuvent soigner une phobie avec la réalité virtuelle. Il ne faut pas hésiter à se renseigner et à demander si ce type de thérapie est pratiquée par le thérapeute contacté.

Dans tous les cas, il est important de prendre contact avec un soignant pour ne pas rester avec sa phobie. La TCC classique reste efficace et il est possible de se diriger vers un autre type de thérapie, comme l’hypnose 👀 ! 

L'avis de la rédaction : d'excellents résultats !

Les phobies peuvent être très handicapantes ou dangereuses, imaginez une araignée gambadant sur votre tableau de bord en voiture ou la nécessité d'une prise de sang quotidienne pour une phobique des aiguilles. Dur, dur, crise d'angoisse assurée. La réalité virtuelle est très efficace pour soigner les phobies en douceur, les résultats sont excellents alors pourquoi s'en priver ? N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : lefigaro.fr / phobie.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici