Pourquoi je n'arrive jamais à prendre du recul ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Prendre du recul, en théorie, parfois on en meurt toutes envies, mais relativiser, lâcher prise, ce n'est pas toujours simple. C'est vrai, on se fait engueuler par sa boss, on arrive en retard à la crèche sous les gros yeux de la directrice et en rentrant à la maison, un tas de linge nous dévisage mais mon conjoint n'a pas eu l'air de le voir. OK, je demande le divorce ! Ou alors... j'apprends à prendre du recul et à me poser les bonnes questions pour prendre les bonnes décisions !

Pourquoi je n'arrive jamais à prendre du recul ?

Prendre du recul, c'est prendre le temps

On manque souvent de recul parce que dans notre quotidien on agit avec précipitation parce qu'on est submergée, acculée par un millier de choses à la fois. Résultat, on prend des décisions hâtives, bancales et si en plus on doit faire face à une situation délicate, on se retrouve guidée par la colère, le pessimisme, le stress. Tout ça, ça donne beaucoup de négatif et surtout l'impression qu'on ne fait jamais les choses bien... Bonjour le manque de confiance en soi !🙂 Prendre du recul, c'est donc prendre le temps de la réflexion et faire un pas en arrière pour regarder une situation dans son ensemble.

Manquer de recul pour s'oublier un peu

Manquer de recul, c'est aussi un moyen pour chacune de ne pas prendre le temps de se regarder, voire de s'oublier un peu. On est happée par un boulot qui nous prend tout notre temps et notre énergie parce qu'on a envie d'être reconnue, de réussir, d'avoir une augmentation. On se laisse envahir par des parents toxiques ou une relation amoureuse toxique parce qu'on a envie de plaire, d'être aimée, de rendre les autres heureux. Et au passage on s'oublie. 😵 Puis, peu à peu, toutes ces choses qui paraissent banales, anecdotiques commencent à nous peser de plus en plus. Une simple réflexion de la part d'un collègue ou d'un conjoint nous met dans une colère noire, notre esprit n'est jamais en repos, la moindre faille dans notre organisation nous fait fondre en larmes ou péter un câble et on frôle dangereusement avec la fatigue chronique, le burn-out, la tristesse latente ou la dépression.

Et si c'était le moment de prendre du recul ?

Et si c'était le moment de prendre du recul ?

Comment réussir à prendre du recul ?

Certaines situations du quotidien demandent que l'on prenne le temps de s'attarder dessus, mais en faisant un pas en arrière pour les regarder de loin. Comme si on était la spectatrice de notre propre vie. On peut avoir besoin de prendre du recul avec quelqu'un, dans une relation, de prendre du recul avec ses sentiments ou encore de prendre de la distance au travail. Tout simplement parce que ce travail de mise à distance nous aide à prendre de meilleures décisions. Des décisions qui ne sont pas animées par des émotions ou des pensées négatives, mais des décisions qui nous ressemblent. 🧠 Parce qu'en effet, savoir prendre du recul, c'est aussi se redécouvrir. Savoir ce dont on a vraiment envie, ce dont on est vraiment capable et ce qu'on est capable de faire. Bref, il y a tout à gagner à faire un pas en arrière !

Quelques exercices pour prendre du recul

Parce qu'il est urgent de prendre de la distance pour être plus détendue, plus sereine et donc plus heureuse, voilà quelques astuces qui devraient vous aider :

  • Je prends le temps

Comme je vous le disais plus haut, prendre de la distance, c'est avant tout prendre le temps. Mais le temps de quoi ? D'analyser une situation dans son ensemble, de chercher à comprendre pourquoi on va mal ? Pourquoi on est sans cesse fatiguée ou tendue ? etc.

  • Je pense positif

On ne pense pas assez au pouvoir de la pensée positive, mais c'est un excellent moyen de ne plus broyer du noir sans cesse et de ne voir que le mauvais côté de toutes les situations. Alors évidemment, il n'y a pas du positif partout et vous n'êtes pas non plus obligée de vous lancer à corps perdu dans la rédaction d'un journal de gratitude, mais quand vous vous sentez submergée faites une liste mentale des choses qui vous rendent heureuse.

  • Je rationalise... je dédramatise

Les mauvaises nouvelles, les situations compliquées ont tendance à tout emporter sur leur passage et on se laisse bien vite submerger. Voilà pourquoi il est important de commencer par rationaliser. Une situation n'est pas toujours aussi dramatique que nos émotions veulent nous le faire croire et bien souvent on peut même surmonter cette situation aussi délicate soit-elle. Et donc on dédramatise en prenant la situation pour ce qu'elle est.

👉 S'il est 21h et que le chat n'a plus de croquettes, on ne se roule pas en boule dans son canapé en s'autoflagellant avec des phrases du type "même la mère Michelle est une meilleure maman chat que moi". Non, on rationalise : il ne s'agit que d'une nuit, ou au pire, d'une journée sans croquettes. Et on dédramatise : les chats nous survivront sûrement donc une tranche de jambon ou une boîte de thon devrait faire l'affaire.

  • J'ai conscience de mes capacités

Il est essentiel de savoir ce que l'on peut faire et ce que l'on ne peut pas. De connaître ses capacités et ses failles et de les accepter. Déjà, parce que c'est le parfait chemin vers la confiance en soi et qu'en plus, ça évite de se mettre dans tous ses états face à un échec. J'ai le droit à l'erreur et il y a des choses que je ne sais pas faire. Ça n'empêche qu'il faut aussi se souvenir que l'on a déjà été capable de surmonter des problèmes, qu'on en a tirés des expériences et des forces.

  • Je fais face aux problèmes

Fuir les situations délicates c'est souvent le meilleur moyen de ne pas les faire disparaître mais de leur faire prendre de l'ampleur. Les problèmes font partie de la vie et quand ils sont là, ils sont là, on ne peut rien faire pour que ça change, il faut simplement l'accepter, prendre les choses pour ce qu'elles sont et avancer. Une réplique extraite de la série The Politician résume assez bien cette idée : « La vie n’est pas un train ! C’est une tornade de merde pleine de pépites d’or. Tu n’es pas obligé de tout planifier, tu dois essayer de rester propre, tout en attrapant autant de pépites que possible {...}, mais tu ne peux pas, c’est tout le principe. »

  • J'apprends à lâcher-prise

Et le meilleur pour la fin ! Oui, parce que prendre du recul et apprendre à lâcher-prise sont deux choses extrêmement liées. Si vous êtes sans cesse dans le contrôle, que vous ne savez pas lâcher-prise, vous aurez bien du mal à prendre du recul. Il y a tout un tas de choses qui sont en dehors de notre contrôle, il faut l'accepter, ne pas se résigner, mais se concentrer sur ce qui est important.

👉 Au travail, lâcher-prise ça peut être d'apprendre à dire non, redéfinir ses priorités, déléguer, s'accorder des pauses, exprimer ses besoins.

En couple ou en famille c'est un peu la même chose. Nous ne sommes pas obligées de repasser derrière tout le monde pour que ce soit fait à notre manière, on peut aussi mettre en place des routines et des rituels pour une organisation en douceur, dans laquelle personne ne se sent débordé et on n'oublie bien sûr pas de prendre du temps pour soi, de se relaxer et de se détendre pour enfin parvenir à relativiser.

L'avis de la rédaction : un exercice pas toujours facile !

Le thérapeute Alain Losier, auteur du livre Changez pour le bonheur, définie la notion de prendre du recul comme : "observer une situation de façon détachée, en comprenant l'autre et en restant soi, de manière à cerner clairement son rôle, son intérêt et son objectif". OK pour la définition mais soyons honnêtes, c'est plus facile à dire qu'à faire... 👉 Nous espérons que ces exercices vous permettront d'y parvenir mais si c'est trop difficile pour vous, il est alors préférable de vous faire accompagner par un psychologue. Ensemble, vous comprendrez les raisons qui vous empêchent de prendre du recul et mettrez en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de relativiser et de vivre plus sereinement. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : Comment prendre du recul et parvenir à se recentrer ? - Mon burn-out à moi - 10 clés pour apprendre à relativiser - Marie Claire

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube