Le déni : un formidable outil de défense, vraiment ?

Mis à jour le par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Parfois quand la vie nous joue des tours, quand nous ne sommes pas prêts à supporter une annonce, pas capable d’accepter une réalité trop rude, ou que nous vivons une expérience traumatisante, notre cerveau va activer l’un de ses systèmes de défense : le déni. Est-ce vraiment une bonne solution ? Explications.

Le déni : un formidable outil de défense, vraiment ?

Le cerveau va faire en sorte de camoufler ces informations afin que nous n’y ayons plus accès un temps donné, en attendant que la réalité nous rattrape un jour ou que nous soyons aptes à les accepter. En attendant, nous poursuivons le cours de notre vie comme si de rien n’était, c’est ce que l’on appelle : « le déni » ou plus communément « faire l’autruche ».

Le déni : un itinéraire bis

Le déni fait partie des mécanismes de défense les plus courants de notre cerveau. Nous y avons tous recours un jour, sans même nous en rendre compte, de façon plus ou moins modérée. Vous savez ? C’est quand on dit de quelqu’un qu’il « fait l’autruche » … Et que ce quelqu’un, s’il est interrogé, ne voit même pas de quoi il retourne tant il se sent en dehors du problème soulevé. C’est le principe même du déni.

🧠 Un mécanisme de défense totalement inconscient, qui sert à nier la réalité en rendant inaccessible l’information dans le cerveau. Le déni permet alors de surmonter l’insurmontable, de jeter aux oubliettes d’un coup d’un seul une réalité trop lourde, dans une boîte hermétique dont ensuite on jetterait la clé. Cela peut être le cas pour :

  • Des mots que l’on ne souhaite pas entendre : décès d’un proche, maladie…
  • Des situations que l’on ne souhaite pas voir : addiction (la sienne ou celle d’un proche ex : alcool, jeux d’argent…), une rupture amoureuse inévitable, violences psychologiques ou physiques (violences conjugales, abus sexuels…), harcèlement, burn-out

➡ Le déni c’est le refus de reconnaître la réalité d’un événement vécu comme traumatisant. Une incapacité d’accepter ce qu’il se produit dans notre vie réelle, nous orientant alors vers un itinéraire bis pour suivre le cours de notre vie comme si de rien n’était. S’il s’agit d’une protection nécessaire dans la gestion des émotions et qui nous protège un temps d’une douleur psychique trop intense, cette signalisation de déviation routière n’est que temporaire.

Les failles du système

Formidable en apparence, ce système a pourtant ses failles. Car l’action du déni n’est que temporaire. Pendant ce temps de déni, la personne a employé son énergie à suivre le cours de sa vie sans prendre en compte la réalité de la situation. Elle n’a pas pu agir pour se « réparer » ou s’adapter à une situation bien réelle. Peu importe le temps passé, la boîte bien hermétique n’a endommagé aucune information. Et la clé qui la fermait réapparaît un beau matin, simplement parce que le temps est venu de faire face. La réalité ressurgit alors d’un coup !

Alors pouvons-nous parler d’un mécanisme qui nous aide ou au contraire d’un mécanisme qui nous plonge dans un monde irréel, puis nous laisse seul face aux conséquences ? Oui, sur le moment, le déni va réduire les tensions et les angoisses de situations difficiles mais il faut également savoir que le déni, même s’il est inconscient, n’est pas sans risque car il peut à l’extrême avoir l’effet inverse et créer des névroses, des états d’anxiété, phobies, obsessions, voire même mettre directement en danger…

Le mécanisme de déni peut prendre une proportion si envahissante que nous ne percevons plus que cette réalité, un leurre qui nous protège face à une difficile réalité mais jusqu’où et à quel prix ? Le déni dans le cadre de pathologies comme l’alcoolisme par exemple. Le déni permet à l’alcoolique d’ignorer son état tout en conservant une bonne estime de soi, pour autant celui-ci continue de mettre sa santé en péril. Quant au déni de grossesse, l’enfant et la mère pâtissent tous deux d’un suivi médical adapté, sans parler du choc psychologique de l’annonce et des angoisses qui en découlent…

La solution ? Une prise de conscience pour avancer…

Une personne dans le déni ne pourra pas résoudre son problème tant qu’elle sera plongée dans ce monde irréel. C’est pourquoi il est très difficile d’en sortir. Ce processus est inconscient, donc ni la famille, ni les amis proches ne peuvent convaincre quelqu’un avec succès de sortir de son déni.

Seule la personne concernée peut, quand le temps est venu, sortir peu à peu de son déni pour intégrer cette réalité à son rythme et s’adapter à ces nouvelles circonstances. C’est cette prise de conscience qui va permettre de traiter la douleur, de l’analyser, de la soigner par de l’acceptation, de se défaire de chaînes mentales invisibles.

L’avis d’Emilie : ne pas hésiter à consulter

Quand l’on prend conscience que quelque chose ne va pas jusqu’à provoquer un mal-être que l’on ne s’explique pas, il ne faut pas hésiter à consulter un thérapeute. Dans le cas de déni, consulter un sophrologue peut permettre d’entamer un travail de reconstruction par des exercices de respiration et de relaxation. Travailler sur le « ici et maintenant » permettra de travailler sur l’harmonie du corps et de l’esprit.

Contacter un thérapeuthe




Article proposé par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Êtes-vous en bonne condition physique ? On fait le bilan

Être plus heureuse, ça commence par prendre soin de soi et de son bien-être. Mais, pour prendre soin de soi, il faut commencer par bien se connaître, connaître son corps et savoir de quoi il est capable. Pour le savoir, il faut donc déterminer si vous êtes en bonne condition physique. Alors c'est parti, le test est rapide, mais la tenue de sport n'est pas optionnelle !

Le sucre de coco, bien meilleur que le sucre ordinaire pour notre santé ?

J’ai découvert le sucre de coco lorsque j’étais chez une amie. Je fouillais son placard (avec son autorisation bien sûr) pour trouver du sucre pour mon café. C’est là qu’elle m’a expliqué qu’elle n’achetait plus de sucre ordinaire, mais uniquement du sucre de coco. J’ai été surprise, car j’avoue que je ne connaissais pas le sucre de coco. Elle m’a expliqué que ce dernier était meilleur pour la santé que le sucre blanc. Est-ce vrai ? Quels sont les avantages du sucre de coco ? Découvrons ensemble quels sont les bienfaits de ce sucre.

Je veux travailler moins, laissez-moi vivre et passer ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Reprendre le travail après un congé maternité

Au rayon des choses de la vie qui ont le bon ton de nous donner le cafard, il y a... le retour au travail après un congé maternité. Adieu dorlotage et gouzi-gouzi et bonjour patron ! Quelle est la période idéale pour reprendre le travail ? Et comment gérer le manque ? On a quelques conseils pour vous aider à passer le cap.

7 applications bien-être gratuites : le top du bonheur

Notre smartphone est au centre de notre vie... pour le pire, mais parfois aussi pour le meilleur ! Et grâce à quelques applications bien choisies, il peut devenir un véritable coach bien-être, vous permettant de vivre mieux jour après jour. Découvrez, notre sélection d'appli bien-être gratuites.

Le slow sex : s'aimer en pleine conscience pour s'aimer mieux ?

Dans la vie comme sous la couette objectifs et performances sont souvent de mise. Dans la mouvance du Slow, qui invite à ralentir le rythme pour mieux vivre l'instant présent, se détendre et prendre soin de soi, le slow sex invite à décupler le plaisir, casser la routine, sans se focaliser sur l'orgasme comme preuve d'un coït réussi. Tout un programme !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici