Qu'est-ce que l'angoisse de la séparation et comment l'apaiser ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Alors que bébé était une petite chose facile qui passait tranquillement de bras en bras et supportait d'être seul dans une pièce, voilà que tout à coup, maman sort de la pièce et c'est la crise de larme assurée. On appelle ça l'angoisse de la séparation et vous savez quoi ? C'est normal... tant que ça reste une angoisse et tant qu'on parle de bébé.

Qu'est-ce que l'angoisse de la séparation et comment l'apaiser ?

Une phase normale de l'attachement

L'angoisse de la séparation correspond à une phase normale du développement de bébé. Elle se produit souvent aux alentours du huitième mois, lorsque l'enfant commence à développer sa motricité et à devenir autonome. Au début de sa vie, l'humain est le seul mammifère qui ne sait pas se déplacer seul et lorsqu'il y parvient, il a besoin de sécurité et d'attachement. C'est primordial, comme l'explique le psychologue Eudes Séméria, dans notre vidéo sur la dépendance affective

null

L'angoisse de la séparation est une étape nécessaire au développement puisqu'elle signifie que bébé grandit, qu'il prend conscience du monde qui l'entoure et surtout qu'il a créé avec ses parents un lien d'attachement, parce qu'il se sent en sécurité 😊. 

Angoisse ou anxiété ?

L'attachement chez l'enfant est donc une phase normale qui explique l'angoisse de la séparation, comme l'a expliqué le psychologue, John Bolwby. Elle dure souvent jusqu'aux 18 mois de l'enfant, parfois moins, mais rarement plus, sinon on parle d’anxiété de la séparation

Cette anxiété se développe surtout chez les enfants entre 6 et 7 ans, mais aussi parfois chez les adolescents. Ces derniers ressentent une forte anxiété lorsqu'ils doivent quitter les personnes qu'ils aiment (notamment leurs parents) et leur maison. 

 On parle d'anxiété de la séparation quand l'enfant manifeste trois de ces huit symptômes :

  • Détresse excessive dans les situations où il y a séparation d'avec les personnes auxquelles l'enfant est attaché,
  • Crainte excessive et persistante reliée à la disparition de l'une ou des principales figures d'attachement,
  • Crainte excessive et persistante d'un événement malheureux qui sépare l'enfant de ses principales figures d'attachement,
  • Réticence persistante ou refus d'aller à l'école à cause de cette peur de la séparation,
  • Réticence excessive à rester seul à la maison ou à aller seul, dans d'autres environnements ou lieux,
  • Refus d'aller dormir sans être proche d'une de ses principales figures d'attachement,
  • Cauchemars récurrents portant sur des thèmes de séparation,
  • Plaintes somatiques répétées lors des séparations d'avec les personnes auxquelles l'enfant est attaché.

⚠️ 

L'anxiété de la séparation est un trouble qu'il convient de soigner, contrairement à l'angoisse de séparation qui est une phase normale.

Calmer l'angoisse : je fais quoi et j'évite quoi ?

On l'a vu, c'est une phase importante du développement de bébé qui se joue ici, et bien qu'elle soit souvent courte, elle peut être difficile à vivre pour les parents comme pour l'enfant. Comme l'explique la psychologue, Mary Ainsworth, pour apaiser l'angoisse de séparation chez les enfants, il est important de leur fournir un environnement sûr et prévisible. Voici donc quelques conseils qui permettent de créer un sentiment de sécurité : 

  • 👉 Le doudou : C'est le moment de lui présenter doudou ! Le doudou, la tétine ou tout autre objet est une substitution au parent. C'est l'objet qui symbolise le prolongement du lien d'attachement en l'absence des parents. C'est donc le moment idéal pour nouer des liens avec Lapinou, Ourson, ou cochonou etc.
  • 👉 Restez près de lui : Restez à côté de votre enfant lorsqu'il arrive en territoire inconnu. Il a besoin de temps pour apprivoiser un nouvel endroit, restez donc près de lui pour le rassurer et encouragez-le gentiment.
  • 👉 On joue à cache-cache : Jouez à cache-cache ou à "coucou caché" pour que votre enfant intègre l'idée de permanence de l'objet : même quand mes parents, ou un objet, ne sont plus sous mon regard, ils continuent d'exister
  • 👉 Ne dramatisez pas : Faites de la séparation un moment agréable… mais court ! En gros, si votre enfant pleure, consolez-le, puis faites-lui un bisou, au revoir et on s'en va. Il ne faut pas dramatiser la situation.

Ce qu'il faut éviter de faire

  •  Ne commencez pas à faire garder votre bébé pendant cette période. Vous risqueriez d'aggraver ou de faire perdurer l'angoisse de la séparation.
  •  Ne le forcez pas à aller vers les autres et ne le fâchez pas s'il cherche à exprimer une inquiétude.
  •  Évitez de changer de pièce sans prévenir votre enfant. Communiquer avec son bébé est essentiel et même s'il ne comprend pas toujours ce que vous lui dites, il sait que vous lui parlez. C'est la raison pour laquelle il faut lui dire "je vais chercher quelque chose dans la voiture, je reviens.", "je vais aux toilettes, je reviens.", etc. Enfin, évitez aussi de partir sans rien dire lorsque bébé joue ou dort. Il finira par vous chercher et aura l'impression d'être abandonné en se rendant compte que vous n'êtes plus là.

Selon les enfants, l'angoisse est plus ou moins longue et elle donne déjà des indications sur le caractère de votre enfant 😉. Plutôt résilient ou peut-être un peu plus explosif ! Mais si l'angoisse perdure au-delà des 18 mois, il peut être intéressant d'en parler à un spécialiste.

👋 Cet article peut vous intéresser : Blessure de rejet : la comprendre, l'accepter pour en guérir

Et chez les adultes ?

Les adultes peuvent eux aussi souffrir de l'angoisse de la séparation. On est plutôt ici face à une intolérance de la solitude, on peut même parler d'une peur de l'abandon. Ces personnes ont souvent des vies amoureuses compliquées puisqu'elles se mettent en couple avant tout pour ne pas être seules, plutôt que par amour. Impossible donc pour elles de fuir une relation amoureuse toxique ou un pervers narcissique.

Il y a donc une dépendance affective et c'est souvent l'entourage qui prend conscience de cette difficulté. Il faudra alors aider la personne qui souffre d'angoisse de la séparation en lui proposant une thérapie. C'est la seule manière de soigner une blessure qui remonte souvent à la petite enfance et qui empêche d'avancer seuls dans la vie !

L'avis de la rédaction : n'hésitez pas à consulter

Si vous sentez que l'angoisse de la séparation est trop forte pour votre enfant, que quelque chose ne va pas et que cela devient infernal au quotidien, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de faire le point avec lui. Ensemble, vous pourrez comprendre ce qu'il se passe et mettre en place de nouvelles habitudes qui permettront à tout le monde de s'apaiser. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Livre "Attachement et perte, volume 1&2" de John Bolwby // "Patterns of Attachment: A Psychological Study of the Strange" M. D.S. Ainsworth // "La Peur de séparation: De l'enfance à l'âge adulte Paperback" de Daniel Bailly

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube