Qu'est-ce que l'angoisse de la séparation et comment l'apaiser ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Alors que bébé était une petite chose facile qui passait tranquillement de bras en bras et supportait d'être seul dans une pièce, voilà que tout à coup, maman sort de la pièce et c'est la crise de larme assurée. On appelle ça l'angoisse de la séparation et vous savez quoi ? C'est normal... tant que ça reste une angoisse et tant qu'on parle de bébé.

Qu'est-ce que l'angoisse de la séparation et comment l'apaiser ?

Angoisse ou anxiété ?

L'angoisse de la séparation correspond à une phase normale du développement de bébé. Elle se produit souvent aux alentours du huitième mois, lorsque l'enfant commence à développer sa motricité et à devenir autonome. Au début de sa vie, l'humain est le seul mammifère qui ne sait pas se déplacer seul et lorsqu'il y parvient, il a besoin d'un regard protecteur sur lui. 

C'est l'une des raisons qui explique cette angoisse de la séparation. Elle dure souvent jusqu'aux 18 mois de l'enfant, parfois moins, mais rarement plus, sinon on parle d’anxiété de la séparation. Cette anxiété se développe surtout chez les enfants entre 6 et 7 ans, mais aussi parfois chez les adolescents. Ces derniers ressentent une forte anxiété lorsqu'ils doivent quitter les personnes qu'ils aiment (notamment leurs parents) et leur maison. On parle d'anxiété de la séparation quand l'enfant manifeste trois de ces huit symptômes :

  • détresse excessive dans les situations où il y a séparation d'avec les personnes auxquelles l'enfant est attaché,
  • crainte excessive et persistante reliée à la disparition de l'une ou des principales figures d'attachement,
  • crainte excessive et persistante d'un événement malheureux qui sépare l'enfant de ses principales figures d'attachement,
  • réticence persistante ou refus d'aller à l'école à cause de cette peur de la séparation,
  • réticence excessive à rester seul à la maison ou à aller seul, dans d'autres environnements ou lieux,
  • refus d'aller dormir sans être proche d'une de ses principales figures d'attachement,
  • cauchemars récurrents portant sur des thèmes de séparation,
  • plaintes somatiques répétées lors des séparations d'avec les personnes auxquelles l'enfant est attaché.

>>> Cet article pourrait vous aider : Mon enfant ne veut pas aller à l'école, que faire ?

L'angoisse la séparation : l'attachement et un corps à soi

Si l'anxiété de la séparation est un trouble qu'il convient de soigner, parfois à l'aide d'une thérapie familiale ou individuelle, l'angoisse de la séparation est une étape nécessaire au développement puisqu'elle signifie que bébé grandit, qu'il prend conscience du monde qui l'entoure et surtout qu'il a créé avec ses parents un lien d'attachement, parce qu'il se sent en sécurité. Et puis, alors qu'il était en symbiose totale, pendant la grossesse, puis plus partielle avec son parent, majoritairement sa mère, tout à coup, il prend conscience qu'il possède son propre corps, il expérimente alors la séparation psychique et l'inquiétude qui va avec !

Calmer l'angoisse : je fais quoi et j'évite quoi ?

On l'a vu, c'est une phase importante du développement de bébé qui se joue ici, et bien qu'elle soit souvent courte, elle peut être difficile à vivre pour les parents comme pour l'enfant. J'ai donc quelques astuces qui devraient vous aider pendant cette période.

1. Le doudou

C'est le moment de lui présenter doudou ! Le doudou, la tétine ou tout autre objet est une substitution au parent. C'est l'objet qui symbolise le prolongement du lien d'attachement en l'absence des parents. C'est donc le moment idéal pour nouer des liens avec Lapinou, Ourson, ou cochonou etc.

2. Restez près de lui

Restez à côté de votre enfant lorsqu'il arrive en territoire inconnu. Il a besoin de temps pour apprivoiser un nouvel endroit, restez donc près de lui pour le rassurer et encouragez-le gentiment.

3. On joue à cache cache

Jouez à cache cache ou à "coucou caché" pour que votre enfant intègre l'idée de permanence de l'objet : même quand mes parents, ou un objet, n'est plus sous mon regard, ils continuent d'exister

4. Ne dramatisez pas

Faites de la séparation un moment agréable… mais court ! En gros, si votre enfant pleure, consolez-le, puis faites lui un bisou, au revoir et on s'en va. Il ne faut pas dramatiser la situation.

Ce qu'il faut éviter de faire :

1. Ne commencez pas à faire garder votre bébé pendant cette période. Vous risqueriez d'aggraver ou de faire perdurer l'angoisse de la séparation.

2. Ne le forcez pas à aller vers les autres et ne le fâchez pas s'il cherche à exprimer une inquiétude.

3. Évitez de changer de pièce sans prévenir votre enfant. Communiquer avec son bébé est essentiel et même s'il ne comprend pas toujours ce que vous lui dites, il sait que vous lui parler. C'est la raison pour laquelle il faut lui dire "je vais chercher quelque chose dans la voiture, je reviens.", "je vais aux toilettes, je reviens.", etc. Enfin, évitez aussi de partir sans rien dire lorsque bébé joue ou dort. Il finira par vous chercher et aura l'impression d'être abandonné en se rendant compte que vous n'êtes plus là.

Selon les enfants, l'angoisse est plus ou moins longue et elle donne déjà des indications sur le caractère de votre enfant : plutôt résilient ou peut-être un peu plus explosif ! Mais si l'angoisse perdure au-delà des 18 mois, il peut être intéressant d'en parler à un spécialiste.

Et chez les adultes ?

Les adultes peuvent eux aussi souffrir de l'angoisse de la séparation. On est plutôt ici face à une intolérance de la solitude, on peut même parler d'une peur panique de la solitude et de l'abandon. Ces personnes ont souvent des vies amoureuses compliquées puisqu'elles se mettent en couple avant tout pour ne pas être seules, plutôt que par amour. Impossible donc pour elles de fuir une relation amoureuse toxique ou un pervers narcissique

La peur de se retrouver seule est plus grande que tout. C'est souvent l'entourage qui prend conscience de cette difficulté. Il faudra alors aider la personne qui souffre d'angoisse de la séparation en lui proposant une thérapie. C'est la seule manière de soigner une blessure qui remonte souvent à la petite enfance et qui empêche d'avancer seuls dans la vie !

L'avis de la rédaction : n'hésitez pas à consulter

Si vous sentez que l'angoisse de la séparation est trop forte pour votre enfant, que quelque chose ne va pas, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de faire le point avec lui.

Contacter un psychologue

Sources : L'angoisse de séparation : comment aider votre bébé ? - Passeport Santé
Anxiété de séparation - Wikipédia 

Angoisse de la séparation : attention à la névrose abandonnique !

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Êtes-vous en bonne condition physique ? On fait le bilan

Être plus heureuse, ça commence par prendre soin de soi et de son bien-être. Mais, pour prendre soin de soi, il faut commencer par bien se connaître, connaître son corps et savoir de quoi il est capable. Pour le savoir, il faut donc déterminer si vous êtes en bonne condition physique. Alors c'est parti, le test est rapide, mais la tenue de sport n'est pas optionnelle !

Le sucre de coco, bien meilleur que le sucre ordinaire pour notre santé ?

J’ai découvert le sucre de coco lorsque j’étais chez une amie. Je fouillais son placard (avec son autorisation bien sûr) pour trouver du sucre pour mon café. C’est là qu’elle m’a expliqué qu’elle n’achetait plus de sucre ordinaire, mais uniquement du sucre de coco. J’ai été surprise, car j’avoue que je ne connaissais pas le sucre de coco. Elle m’a expliqué que ce dernier était meilleur pour la santé que le sucre blanc. Est-ce vrai ? Quels sont les avantages du sucre de coco ? Découvrons ensemble quels sont les bienfaits de ce sucre.

Je veux travailler moins, laissez-moi vivre et passer ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Reprendre le travail après un congé maternité

Au rayon des choses de la vie qui ont le bon ton de nous donner le cafard, il y a... le retour au travail après un congé maternité. Adieu dorlotage et gouzi-gouzi et bonjour patron ! Quelle est la période idéale pour reprendre le travail ? Et comment gérer le manque ? On a quelques conseils pour vous aider à passer le cap.

7 applications bien-être gratuites : le top du bonheur

Notre smartphone est au centre de notre vie... pour le pire, mais parfois aussi pour le meilleur ! Et grâce à quelques applications bien choisies, il peut devenir un véritable coach bien-être, vous permettant de vivre mieux jour après jour. Découvrez, notre sélection d'appli bien-être gratuites.

Le slow sex : s'aimer en pleine conscience pour s'aimer mieux ?

Dans la vie comme sous la couette objectifs et performances sont souvent de mise. Dans la mouvance du Slow, qui invite à ralentir le rythme pour mieux vivre l'instant présent, se détendre et prendre soin de soi, le slow sex invite à décupler le plaisir, casser la routine, sans se focaliser sur l'orgasme comme preuve d'un coït réussi. Tout un programme !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici