Autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Il y a ce métier que j'ai toujours voulu faire. Une passion qui m'anime depuis l'enfance. Alors étudiante, j'ai la chance d'avoir un entretien dans une fac réputée qui pourra me former à ce métier qui me fait rêver. C'est loin de chez moi, la veille je loge chez une copine et pour me détendre, on décide de boire un verre. Puis deux, trois et vous connaissez la suite 🥴. Réveil en catastrophe, bouche pâteuse qui peine à émettre un son, bref, je n'ai pas intégré cette fac. Autosabotage ou syndrome du sabordage, pourquoi est-ce que parfois, on fait tout foirer ?

Autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
Sommaire :

Ouf, j'ai tout détruit

Nous sommes nombreux à avoir connu ça. L'entretien d'embauche pour le job de nos rêves pendant lequel on passe son temps à s'auto-dénigrer. Le premier rencard où l'on parle de son ex, de ses parents toxiques et où l'on commande des rognons au dîner. Et en parlant de parents toxiques, autosabotage aussi quand on s'enferme dans toutes ces amitiés toxiques ou ces relations néfastes qui font notre lot quotidien.

Vous vous reconnaissez ? Pas d'inquiétude, ça nous arrive à toutes. Les raisons de se saborder soi-même sont nombreuses, mais point commun, il y a toujours en fond, un manque de confiance en soi.

Pourquoi je m'autosabote ?

Toute cette histoire de syndrome du sabordage, c'est surtout inconscient. Nous sommes les propres artisans de nos échecs, mais on ne le fait pas consciemment. Ce qui complique un peu les choses, parce que de fait, on n’arrive pas toujours à identifier et à se défaire de cette habitude.

Avec l'autosabotage : Nous sommes notre pire ennemi.Nous sommes notre pire ennemi.

Inconsciemment, on estime donc ne pas mériter ce poste tant convoité, ce partenaire si désirable, ces amis si bienveillants et parfois même, dans des cas plus extrêmes, la santé ou la vie (manquer des rendez-vous médicaux, avoir une mauvaise hygiène de vie, des comportements à risques, etc.) Alors que fait-on ? Face à tout ça, on se sent petite, pas à la hauteur, on prévoit le pire : et si j'étais incompétente ? Si j'étais un imposteur ? Si je ne méritais pas ça ? Donc, seule solution, on réduit nos chances à néant. Ainsi, on est sûre de ne pas avoir à se confronter à un échec retentissant, à notre incompétence et quelque part, on est même soulagées. Redouter, prévoir le pire, c'est très angoissant. Une fois qu'on s'est sabordée, ouf, c'est fini, la tension se dénoue.

Le succès, la réussite, c'est aussi l'inconnu. Si on y pense, trouver l'amour, réussir son examen, avoir un nouvel emploi, c'est un changement de vie en puissance qui peut effrayer, alors on préfère parfois y échapper, et s'en plaindre. Parce que reconnaissons aussi, que pour certains, s'autosaboter, c'est aussi prendre plaisir à se plaindre.

>>> Vous allez aimer : Pourquoi se plaindre fait autant de bien ?

"Maintenant que je suis au sommet, je ne peux que tomber"*

J'emprunte ces mots à Roméo Elvis🎤, parce que je trouve qu'ils résument assez bien le comportement d'autosabotage que l'on peut mettre en place quand on atteint la plus haute marche de notre escalier de la réussite personnelle. Plus on est haut et plus la tendance à se saborder est forte. Comme si l'on ne supportait pas tant de bonne fortune, et ça nous rappelle Will Smith, au sommet de sa gloire, prêt à recevoir un Oscar et sa gifle autosaboteuse.

Une faible estime de soi peut nous pousser à penser que nous ne méritons pas tant de bonnes choses, nous avons parfois peur de réussir, parce que ça implique justement de risquer de tomber de plus haut.

Le rôle de l'enfance

L'autosabotage a un lien profond avec l'enfance. Prenons par exemple, cette femme qui devient antipathique chaque fois qu'elle rencontre un homme qui lui plaît. Froide, distante, elle met tout en œuvre pour ne pas réussir ses histoires d'amour. Elle évite un bonheur conjugal que sa mère n'a pas connu. Sa mère, très malheureuse en amour, n'a jamais pu trouver un partenaire à la hauteur. En sabordant ses relations, cette femme cherche à ne pas dépasser à sa mère, à lui rester loyale. Elle ne s'autorise pas un bonheur que sa mère n'a pas connu.💔

Mais l'enfance est aussi à l'origine de notre syndrome du sabordage. Les blessures d'enfance, que nous rencontrons tous, à des niveaux plus ou moins différents, en créant des croyances limitantes, sont le terreau de notre comportement d'autosaboteur.

Comment on s'autosabote et comment on arrête ?

Il existe presque autant de comportements autosaboteurs que de personnes qui se sabordent, mais on peut tout de même en noter 4 qui ressortent principalement. On estime qu'un comportement devient de l'autosabotage lorsqu'il devient répétitif :

  • Ne pas terminer les choses et plus particulièrement, les laisser tomber au moment où elles commencent à se concrétiser. ➡️ Ne jamais écrire le dernier chapitre de son roman, ne pas se rendre ou rater volontairement la dernière étape d'un examen, etc.
  • Procrastiner, souvent par peur du résultat final. ➡️ Toujours reculer le moment de rencontrer son crush d'appli de rencontres
  • Se montrer perfectionniste et avoir donc l'excuse parfaite pour ne pas finir quelque chose ou ne pas se lancer dans un projet. ➡️ Ne pas postuler à un job parce que notre CV ne semble pas idéal pour le job.
  • Se trouver des excuses. Alors là, c'est un grand classique des autosaboteuses ➡️ Se déresponsabiliser. "Je n'ai pas les moyens", "Je n'ai pas de chance", "Les gens ne me comprennent pas".

Comment se libérer de l'autosabotage ? Prendre conscience et confiance

Pour mettre fin au syndrome de sabordage, la solution est simple, mais le processus est long. En un mot, il faut prendre confiance en soi. Plus j'ai conscience de ce que je vaux, moins je provoquerais la chute. Mais il faut avant tout prendre conscience de ce comportement autosaboteur. Comment faire ? Chaque fois qu'un échec se présente, remettez-vous en question : est-ce que j'ai tout donné pour parvenir à mon but ? Est-ce que je suis victime de la fatalité, que je n'ai pas de chance ? Avec cette introspection vous finirez par identifier un comportement récurrent qui vous fait du tort et vous conduit à l'échec. Un comportement saboteur en somme !

Si la prise de conscience peut faire l'effet d'un électrochoc, il arrive bien souvent que l'aide d'un psychologue soit nécessaire. En effet, il ne faut pas oublier qu'à la base de ce type de comportement, il y a une blessure d'enfance qu'il faut soigner. La mise en mot avec un thérapeute permettra de comprendre et de remédier à l'autosabotage.

*Roméo Elvis, TPA

L'avis de la rédaction : comprendre, s'accepter pour être heureuse !

Vous l'aurez compris, derrière ce comportement d'autosabotage, se cache un manque de confiance en soi, une peur de réussir, une peur de l'échec, des croyances limitantes ou des expériences douloureuses de l'enfance. Sortir de cette spirale est bien heureusement tout à fait possible en mettant en place de nouvelles habitudes, une nouvelle façon de penser, mais pour cela, il est important de se faire accompagner par un psychologue afin de comprendre, s'accepter et être enfin heureuse ! N'hésitez pas à prendre rendez-vous.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

C'est décidé, je vais mieux : Comment se libérer du syndrome de l'imposteur ? La chance ne fait pas tout !

Et aussi :

Source : Elle

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici