Asocial / Antisocial : définition et comportement de ce trouble de la personnalité

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Non mais cette fille est complètement asociale, elle ne vient jamais aux soirées”. Ce genre de phrases, je l’ai entendu maintes fois et parfois même, à mon propos. Je suis introvertie, je préfère passer du temps seule qu’entourée de beaucoup de personnes dans un contexte bruyant. Cependant, cela ne fait pas de moi une personne anti-sociale, car en réalité, c’est une pathologie psychologique grave. Nombreuses sont les personnes à ne pas savoir qu'il y a un trouble de la personnalité qui définit la personne véritablement asociale. Explication

Asocial / Antisocial : définition et comportement de ce trouble de la personnalité

Définition et différences entre asocial et antisocial

Une personne antisociale est un individu qui n’est pas adapté à la vie sociale, voire qui s’y oppose. C'est un trouble de la personnalité, comme le trouble bordeline. On parle souvent de personnalité asociale pour désigner ce trouble, mais en vérité, on appelle cela "antisocial" en psychiatrie. Voici comment bien faire la différence entre les deux termes : 

  • 👉 Asocial : Une personne asociale est celle qui préfère éviter les interactions sociales ou qui trouve peu d'intérêt à participer à des activités sociales. Cela peut être dû à l'introversion, à l'anxiété sociale ou simplement à un manque d'intérêt pour les interactions sociales. Les personnes asociales peuvent être parfaitement heureuses en étant seules et ne cherchent pas nécessairement à causer du tort aux autres.
  • 👉 Antisocial : Il faut préférer le terme "antisocial" ou trouble de la personnalité antisociale (TPA) pour décrire des comportements qui sont hostiles, agressifs ou nuisibles à la société ou aux normes sociales. Cela peut inclure des comportements tels que la violation des droits d'autrui, l'agression, le vol, la tromperie, etc. 

En résumé, une personne asociale peut simplement préférer être seule, tandis qu'une personne antisociale peut se comporter d'une manière qui est nuisible à la société ou aux autres. D'ailleurs, en synonyme, on retrouve plutôt "marginal" ou encore "sociopathe". Cela va donc au-delà de la personnalité timide et solitaire. Il y a une rupture totale avec la conscience des autres, ce qui montre un vrai repli sur soi

💥 Avec le TPA, il y a un refus des normes sociales ou des codes culturels, c’est une pathologie. Il y a donc un comportement particulier ainsi que des symptômes qui traduisent une personnalité antisociale.

Comment reconnaître une personne antisociale ?

Il y a généralement beaucoup de colère et de violence dans les symptômes associés à la personnalité antisociale. Cette dernière est incapable d’éprouver des émotions et d’être empathique à celles d’autrui, ce qui fait d'elle une psychopathe.

👉 Il a des comportements malsains, voire dangereux :

  • Une impulsivité,
  • Une irritabilité et une agressivité
  • Une absence de culpabilité ou de remords,
  • Une vie très instable (travail, relation amoureuse),
  • Une inconscience vis-à-vis de sa sécurité et celle des autres,
  • Des difficultés à se conformer aux normes sociales,
  • Un attrait pour l’alcool et les drogues,
  • Une récurrence à commettre des actes illégaux, voire criminels.

Il est important de noter que ces comportements doivent être persistants et ne pas être attribuables à une autre condition médicale ou à l'effet d'une substance pour qu'un diagnostic de TPA soit posé.

Sans domicile fixe

Plusieurs études, dont celle de Tsai, J., Rosenheck, R. A., & McGuire, J. F. (2012) "Comparison of outcomes of homeless female and male veterans in transitional housing", expliquent que les personnes sans-abri présenteraient un taux plus important de TPA...

Les causes de cette pathologie

Les hommes sont beaucoup plus touchés par ce trouble de la personnalité que les femmes (5,8 % des hommes contre 1 % des femmes). Le Dr. Cancel, psychiatre et docteur en neurosciences, explique que des facteurs de vulnérabilité génétique et surtout des événements de vie, ont pu impacter la personnalité. On ne peut pas faire une cause générale de cette pathologie, mais le parcours de vie du patient montre souvent des traumatismes et des violences, notamment pendant l’enfance 🧠.


👉 Un enfant qui va souffrir de violences psychologiques, voire physiques, sera plus à même de développer cette pathologie. Cependant, même sans ces faits, il est possible de détecter des manifestations antisociales comme : des colères, de l’agressivité envers les autres enfants et les animaux, une grande opposition à l’autorité parentale.

👋 Cet article peut vous intéresser : Violentomètre : l’outil pour lutter contre les violences

Quel impact sur le quotidien ?

Malheureusement, il y a d’énormes répercussions sur la vie de la personne malade, mais aussi sur les autres qui croisent son chemin 😔. Il y a un manque cruel d’empathie et d’intelligence émotionnelle pour vivre en harmonie sociale avec les autres. De plus, les comportements dangereux, voire illégaux, sont au cœur de la vie de la personne anti-sociale Comme il n’y a pas une prise de conscience des normes sociales et du respect des autres, cette personnalité n’a pas de limites. Voilà pourquoi, on parle aussi de “psychopathe”, puisqu’il n’y a pas de sensibilité chez ces personnes.

⚠️ C’est souvent le système judiciaire qui identifie la personne, après plusieurs infractions et qui oblige ce dernier à traiter sa maladie mentale.

Comment traiter ce comportement ?

Un sociopathe n’ira jamais consulter par lui-même, c’est souvent la contrainte qui va lui faire entamer une thérapie. Un diagnostic sera établi par un psychiatre, ce qui débouchera sur un traitement médicamenteux (voire des psychotropes) pour calmer les accès de colère et d’impulsivité. Généralement, en plus du suivi psychiatrique, il est proposé un suivi avec la thérapie cognitivo-comportementale afin de travailler sur les comportements. 

À savoir : Certains adolescents ont des comportements antisociaux, mais comme l'explique David P. Farrington, un psychologue britannique spécialisé dans le développement criminel, certaines personnes cessent d'être antisociales à l'âge adulte. Quoi qu’il en soit, il est important de proposer tout de même un suivi et un encadrement à l'adolescent. 

👋 Cet article peut vous intéresser : Quand est-ce qu'on devient adulte ? Quel est l’âge de la maturité ?

Que faire face à une personne antisociale ?

Il est très difficile d’aider une personnalité antisociale, car il n’y a aucune conscience de ce trouble de la personnalité. De plus, ce sont des manipulateurs narcissiques qui utilisent leurs charmes pour parvenir à leur fin. Ils aiment contrôler les autres, ce qui en fait un danger pour l’entourage. 

Il faut donc être extrêmement prudent·e et avoir conscience de cette pathologie. Lors des moments de tensions, il faut prendre de la distance pour laisser la personne se calmer et pour se protéger soi. Le mieux reste de pousser l'asocial à consulter afin qu’il y ait une prise en charge médiale.

L'avis de la rédaction : une pathologie qui réclame une prise en charge

Suite à la lecture de cet article, nous espérons que vous savez désormais faire la différence entre asocial et antisocial. Comme vous l'aurez compris, il faut absolument se méfier de la personnalité antisociale. C'est une pathologie psychiatrique qui nécessite une prise en charge. Si vous pensez qu'une personne de votre entourage en souffre, prenez rendez-vous avec un psychologue afin d'en parler et d'obtenir des conseils. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : "La « personnalité antisociale », antithèse de la psychopathologie" de Jérôme Englebert et Christophe Adam, dans Déviance et Société 2017/1 (Vol. 41), pages 3 à 28 / "Developmental and Life-Course Criminology: Key Theoretical and Empirical Issues" de David P. Farrington / "Homelessness: Psychological and behavioral issues" d'Alain MERCUEL

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube