Trouble bipolaire : Qu'est-ce-que c'est et que faire ?

Euphorie, tristesse profonde, joie exultante, angoisses… Autant d’émotions contradictoires qu’une personne souffrant de bipolarité peut traverser. Cette maladie psychique se caractérise par une alternance de périodes dépressives et de périodes maniaques. Il n’est pas simple de gérer les deux phases qui composent la bipolarité. Qu’est-ce qui caractérise ce trouble ? Quel est le comportement d’une personne bipolaire ?

Sommaire : 

Qu’est-ce que la bipolarité ?

Le trouble bipolaire, anciennement appelé psychose maniaco-dépressive, est une maladie psychique au long cours qui entraîne des dérèglements de l’humeur. Ce trouble peut prendre diverses formes mais la plus typique est celle où deux périodes sont alternées :

  • Les épisodes maniaques : Ici, les personnes sont extrêmement actives, voire agitées et euphoriques. Elles ont alors une multitude de projets en tête. Attention ! Pendant cette période, elles peuvent également être irritables.
  • Les épisodes dépressifs : Les bipolaires éprouvent une grande tristesse, et perdent tout désir d’activité. Ils se replient souvent sur eux-mêmes. Entre ces deux phases, l’humeur peut redevenir normale, c’est ce qu’on appelle les intervalles de rémission.

Les troubles bipolaires touchent entre 1 et 2,5 % de la population, soit entre 650 000  et 1 650 000 personnes en France, selon la Fondation FondaMental. Ils apparaissent majoritairement entre 15 et 25 ans et persistent toute la vie. Les femmes comme les hommes sont touchés à part égale.

Les causes de la maladie bipolaire

Ce trouble est une pathologie multifactorielle complexe avec des causes multifactorielles également. Difficile donc d’établir précisément une cause de l’apparition de cette maladie psychique. Des facteurs d’ordre génétique, biologique, psychologique, entre autres, sont impliqués.

Dans le cas des facteurs génétiques : si une personne de la famille est déjà atteinte de cette maladie, le risque est 10 fois supérieur de le développer. Pour les acteurs biologiques, plusieurs études montrent des anomalies au niveau du cerveau des patients bipolaires, au niveau des médiateurs chimiques. Ils sont responsables de la transmission de la noradrénaline et de la sérotonine. De plus, un choc émotionnel comme la perte d’une proche peut être un facteur psychologique déclenchant.  

Les symptômes de la bipolarité

Selon l’épisode, soit maniaque, soit dépressif, les symptômes vont être extrêmement changeants. La personne bipolaire va avoir un comportement très différent suivant si elle est en manie ou en dépression.

Les symptômes bipolaires en phase de manie :

  • sentiment de bonheur et de plaisir très intense ou, au contraire, d’irritabilité excessive ;
  • hyperactivité, agitation et énergie débordantes ;
  • idées de grandeur (par exemple, une estime de soi démesurée) ;
  • débit de parole accéléré (la personne parle sans arrêt, coupe la parole aux autres, etc.) ;
  • augmentation importante du nombre d’activités professionnelles, scolaires, sociales ou familiales ;
  • diminution du besoin de dormir (seulement 3 à 4 heures de sommeil par exemple) ;
  • accélération de la pensée (la personne peut se perdre parfois dans ses idées) ;
  • manque de jugement ;
  • grande distraction (impossibilité de fixer son attention, achats impulsifs, etc.).

Les symptômes bipolaires en phase de dépression :

  • fatigue ;
  • manque d’énergie ou grande agitation ;
  • troubles du sommeil : la personne dort trop ou pas assez ;
  • perte ou un gain de poids ;
  • diminution ou perte de la libido ;
  • maux de tête, des douleurs au dos ou à l’estomac ;
  • grande tristesse ;
  • sentiment de culpabilité ou d’échec ;
  • diminution de l’estime de soi;
  • difficulté à se concentrer sur une tâche ;
  • difficulté à prendre des décisions ;
  • pensées suicidaires.

De plus, lorsque la personne ressent les symptômes dépressifs, elle peut perdre le contact avec la réalité et avoir des troubles psychotiques. Par exemple, elle peut entendre des voix ou avoir des idées délirantes. C’est pourquoi, il faut absolument avoir un traitement pour la stabilité du trouble bipolaire et le bien-être du malade.

Quels sont les traitements possibles pour un trouble bipolaire ?

Les traitements médicamenteux

Il est possible de retrouver des stabilisateurs d’humeur comme le lithium ou les neurorégulateurs, de plus en plus prescrits par les psychiatres. Le patient souffrant d’un trouble bipolaire peut également apaiser sa souffrance avec des anxiolytiques, des somnifères ou des antipsychotiques.

Les stabilisateurs de l’humeur et les antidépresseurs sont des médicaments qui rétablissent l’équilibre chimique du cerveau. Ils diminuent l’intensité des symptômes physiques et agissent sur :

  • les émotions ;
  • la mémoire ;
  • la concentration.

La thérapie

Les bipolaires peuvent aussi compter sur les thérapies de groupes, psychanalyses, psychothérapies, groupes de paroles ou encore des séances d’hypnose. Le suivi le plus adapté et efficace pour les personnes souffrant de bipolarité est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle vise à modifier les pensées et les comportements problématiques de la personne atteinte et à les remplacer par des pensées et des réactions appropriées à la réalité. Elle aide aussi la personne à mettre en place des stratégies d’adaptation pour retrouver son équilibre.

Cet article peut vous intéresser >>> Psychologue, psychiatre, coach... Vers qui se tourner ?

Comment vivre avec une personne bipolaire ?

Il n’est pas simple d’être face à une personne ayant des fluctuations d’humeur aussi fortes. Il faut bien sûr être à son écoute et l’accompagner, mais il ne faut pas pour autant se négliger. En effet, il est important de prendre du temps pour soi ou de réaliser des activités qui permettent de se changer les idées.

De plus, si la maladie du proche affecte sa propre santé mentale, l’aide d’un professionnel est nécessaire. Le trouble a de nombreuses répercussions sur les membres de la famille ou le conjoint. La bipolarité dans le couple peut extrêmement le fragiliser. C’est pourquoi il est nécessaire d’être bien accompagné, que ce soit la personne bipolaire ou l’entourage.

L'avis de la rédaction - Combiner un suivi psychiatre avec un suivi psychologique

Au moindre doute, que ce soit pour soi-même ou un proche, il ne faut pas hésiter à consulter un psychiatre. Ce médecin pourra déceler la maladie et proposer un traitement adapté au trouble bipolaire. Par la suite, on pourra commencer un suivi psychologique en s'orientant vers une TCC (ou en aidant un proche à le faire). C'est une maladie psychique qu'il ne faut pas prendre à la légère, il est nécessaire de consulter.

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : quebec.ca

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs...

Lire

Personnalité INFP : qui êtes-vous ? quel métier est fait pour vous ?

Le questionnaire MBTI (Myers-Briggs Type Indicator) est un questionnaire de personnal...

Lire

Infidélité : faut-il sauver son couple ou se sauver soi ?

J’ai la chance de n’avoir jamais connu l’infidélité, mais je sais que si ça m’arrivai...

Lire

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est diff...

Lire

Comment avoir un orgasme ? 6 conseils pour jouir !

Combien de fois ai-je entendu de copines me dire qu’elles n’arrivaient pas à avoir d’...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici