Overthinking : êtes-vous une serial rumineuse ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

L'overthinking est un concept mis en lumière par Susan Nolen-Hoeksema. Si vous passez des heures à ressasser, imaginer le pire, en un mot, si votre truc, c'est la prise de tête, il y a de grandes chances pour que vous soyez overthinkeuse ! Un problème que vous pourriez bien enfin résoudre.

Overthinking : êtes-vous une serial rumineuse ?
Sommaire : 

Comment reconnaître l'overthinking ? Le torrent des pensées négatives

Pourquoi je n'arrive pas à être heureuse ? Est-ce que je me suis trompée ? Est-ce que je fais assez ? Pourquoi je n'y arrive pas ? Et si je m'y prenais mal ? 🤯 Voilà, toutes ces pensées négatives qui traversent en permanence mon esprit, mon passé que je ressasse, mon avenir qui m'inquiète, et bien tout ça, c'est de l'overthinking.

La petite goutte d'eau qui déclenche le torrent

Toutes ces questions prises de tête ne viennent pas de nulle part, souvent à la base il y a un déclencheur : un événement, même minime. Une réflexion de la nounou, un retard à un rendez-vous, un oubli ou même un compliment, un encouragement. Être overthinkeuse, c'est être assailli par son flot de pensées négatives pour la moindre raison. Et une fois que les vannes sont ouvertes, il n'y a plus que ça, que des questions, jamais de passage à l'acte.

Parce que oui, le gros problème avec l'overthinking, c'est qu'il n'encourage pas à passer à l'action. On rumine justement parce qu'au fond, on n'a pas vraiment envie de passer à l'action, de corriger les choses, d'où une fâcheuse tendance des overthinkeuses à se poser en victime, mais aussi à s'enfermer dans un cercle vicieux. On cherche dans notre passé les raisons de notre mal-être actuel, tout en s'angoissant (👋 bonjour l'anticipation anxieuse) pour un avenir qui ne semble pas aussi rose que prévu. 🙈 Finalement on saute habillement d'une pensée négative à une autre sans pour autant ne rien résoudre.

Femme et anxieuse : la grande rumineuse

Si vous êtes une femme, bravo, vous avez sûrement tendance à bien plus ruminer que vos comparses masculins. En effet, majoritairement, notamment dans les relations, les femmes ont un degré d'implication plus important que les hommes. De fait, elles sont plus sensibles aux jugements des autres et ont plus tendance à écouter leurs émotions, ce qui ne veut pas dire qu'elles savent mieux les gérer. 

📌
Susan Nolen-Hoeksema a mené une enquête, aux Etats-Unis, sur 1.300 personnes, elle en a conclu que les femmes étaient deux fois plus nombreuses à ruminer que les hommes. Si en plus vous êtes touchées par l'anxiété, c'est le duo gagnant vers l'overthinking. Si la moindre remarque peut enclencher une multitude de questions et de réflexions, l'incertitude liée à l'avenir et la tendance à l'envisager sous un jour sombre n'arrange rien aux ruminations.

>>> Vous prendrez bien 5 minutes... Comment mieux gérer ses émotions au quotidien pour vivre plus sereinement ?

Comment savoir si je pense trop ? Êtes-vous overthinkeuse ?

Si vous avez souvent des pensées négatives, que vous avez tendance à être pessimiste concernant votre avenir et à décortiquer votre passé, que vous le faites souvent et que vous ruminez ces pensées encore et encore, alors il y a de grande chance pour que vous soyez victime d'overthinking.

Quelques points peuvent vous aider à vous tester :

Est-ce que vous vous sentez souvent seule, fatiguée, démotivée ? Est-ce que vous avez du mal à vous concentrer ? Est-ce que vous repensez souvent à des actes manqués, des fautes, des échecs ? Est-ce que vous vous refaites le film plusieurs fois ? Si vous vous retrouvez souvent ou toujours dans telle ou telle situation, c'est sûrement que vous avez tendance à ressasser.

Overthinking : comment débrancher ?

"Débranche, coupe la lumière et coupe le son. Débranche. Débranche tout."

10 solutions pour mettre fin à l'overthinking

Le problème avec ces ruminations incessantes, c'est qu'elles enferment dans un schéma négatif et peuvent souvent conduire à la dépression. C'est d'autant plus grave qu'il est très difficile de se libérer de l'overthinking parce que c'est un véritable cercle vicieux : plus je rumine, plus je suis triste et plus je suis triste, plus je rumine, etc. 🐄

Dans son livre, Ces femmes qui pensent trop, Susan Nolen-Hoeksema propose des stratégies pour briser le cercle de l'overthinking :

  • 1. 8 minutes de distraction : Ça peut paraître court, mais c'est le temps nécessaire pour rompre le cercle des pensées obsédantes. L'idéal étant de se plonger dans une activité qui requiert toute votre attention et vous détourne de votre rumination.
  • 2. Dissocier son moi profond des pensées négatives : "tu ne consacres pas assez de temps à ton fils" La petite voix qui me dit, ce n'est que la voix de la pensée négative, ce n'est pas moi qui m'exprime et ce n'est pas ce que je suis.
  • 3. Le panneau STOP 🛑 : C'est LA chose à visualiser si vous commencez à sentir qu'une session d'overthinking est en route.
  • 4. Écrire ses peurs : Écrire permet déjà de se décharger d'un poids et en faisant la liste de ses peurs, on pourra aussi se rendre compte que nombre d'entre elles sont irrationnelles.
  • 5. Les petits bonheurs quotidiens : chaque jour, offrez-vous un petit kiff qui vous met du baume au cœur.
  • 6. Ménager des moments overthinking : Si vous faites face à une difficulté, quelle qu'elle soit, consacrez-y du temps. Ainsi, vous n'aurez pas la sensation de fuir vos problèmes et plus tard, vous réussirez à prendre du recul sur la situation.
  • 7. Penser pratique : En cas de petit coup de mou, avant de laisser les questions existentielles vous torturer, demandez-vous surtout si vous avez assez dormi, si vous n'êtes pas un peu stressée, etc.
  • 8. Pardonner : Apprendre à pardonner est l'une de clés qui vous permettra d'avancer plus sereinement dans la vie, avec l'esprit serein.
  • 9. Telle que je suis et tels qu'ils sont : Ne vous comparez pas sans cesse aux autres. Soyez en accord avec vous-même et avec vos valeurs. Acceptez-vous telle que vous êtes et acceptez les autres, tels qu'ils sont. Ne soyez pas trop exigeante avec les autres.
  • 10. N'attendez pas que l'on vienne vous sauver : Quand une situation vous tracasse, agissez pour la changer ou acceptez-la. J'ai souvent pensé qu'agir demandait beaucoup de force, de courage et d'effort, plus que j'en avais. Mais agir, ça ne veut pas forcément dire changer de vie, tout renverser, repartir à zéro. Parfois les changements peuvent être minimes et apporter tout de même un maximum de bien-être. De même qu'accepter une situation qui n'est pas idéale n'est pas un acte de faiblesse. Aucune situation n'est parfaite. Accepter, c'est aussi apprendre à lâcher-prise pour se concentrer plus pleinement sur l'essentiel, sur ce qui nous rend heureuses.

3 conseils pour ne plus jamais être une overthinkeuse

Pour éviter de rechuter il existe aussi quelques petites habitudes à mettre en place :

  • 1. Éviter les situations perturbantes qui génèrent de l'overthinking : Typiquement, on s'entoure de gens positifs et on évite ceux qui sont négatifs, les vampires psychiques et autres toxiques.
  • 2. Arrêter de se fixer des objectifs inatteignables qui sont souvent décourageants et source de frustrations. Pour vous fixer des objectifs atteignables, suivez vos souhaits et surtout, pratiquez la méthode SMART.
  • 3. Pratiquer l'ouverture d'esprit et la découverte de soi en pratiquant de nouvelles activités. Tout est bon, tant que vous en retirez du bien-être et surtout de l'apaisement.

Ça arrive même aux meilleurs : 7 citations sur l’overthinking ✒️

  • “Prenez le temps de délibérer, mais lorsque le moment d'agir est arrivé, arrêtez de penser et allez-y.” Napoléon Bonaparte.
  • "Nous mourons d'avoir trop réfléchi. Nous nous tuons lentement à force de penser à tout." Anthony Hopkins.
  • "Si vous traitez chaque situation comme une question de vie ou de mort, vous mourrez souvent." Dean Smith, entraîneur de basket-ball de l'Université de Caroline du Nord.
  • "L'homme n'est pas tant préoccupé par les problèmes réels que par les angoisses qu'il imagine à propos des problèmes réels." Épictète.
  • "Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec le même niveau de pensée qui les a créés." Albert Einstein.
  • “Inutile de voir tout l'escalier, gravissez juste la première marche.” Martin Luther King.
  • "Je pense, je pense et je pense. J'ai pensé un million de fois à ne pas être heureux, mais jamais à l'être." Jonathan Safran Foer.

L'avis de la rédaction : une rumination souvent associée à d'autres troubles...

Trop cogiter, ruminer, finit par nous faire sentir extrêmement mal. L'overthinking, la rumination est source de grandes souffrances mais la bonne nouvelle, c'est qu'éviter d'avoir des pensées en boucle, ça se travaille ! Souvent, ce trouble est associé à un trouble anxieux généralisé ou une distorsion cognitive, c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous avec un psychologue pour en parler. Au fil des séances, vous vous apaiserez et pourrez dire stop à l'overthinking !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Et maintenant, on s'y met : La pensée positive : quand le positif attire le positif !

Et aussi :

Source : Doctissimo

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici