Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

La peur d’être en faute professionnelle

Christine Barabas a été la première chercheuse à définir le syndrome du "Cover Your Ass" (CYA). Elle a expliqué qu'il y avait deux types de CYA, on fait ça : 

  • 👉 Pour se protéger dans une situation délicate,
  • 👉 Pour éviter certaines accusations.

En fait, c’est bien simple, cela nous permet d’avoir une preuve, une trace écrite que les choses ont été faites et que l’on n’est pas responsable. C’est une manière d’anticiper certaines réactions. 

Toutefois, cela démontre qu'il y a un problème. Ce n'est pas sain d'être obligé d'adopter ce comportement, car ça prouve une chose : on a peur de la hiérarchie et qu’une éventuelle faute nous retombe dessus. 

Alors avant de partir en vacances, on envoie un e-mail détaillé pour rappeler tous les dossiers en cours et les tâches à accomplir, dès qu’on reçoit une demande, on recontextualise pour être sûr de ne pas faire d’erreurs, on utilise des formules du type “comme convenu lors de notre réunion” 🙄... Bref, on fait tout pour sauver nos fesses de la faute professionnelle.

Qu’est-ce que traduit le CYA ?

La chercheuse en sciences du management, Isabelle Barth, explique qu’elle a observé le CYA dans des milieux "old school", avec un management toxique et vertical. Par exemple :

L’administration est reine de ce syndrome, les documents et les e-mails sont multipliés, quitte à perdre du temps et à s’épuiser. C’est comme ça qu’on se retrouve avec la terre entière dans une boucle de mail 😩 !

👉 Cela traduit une culture d’entreprise très infantilisante, basée sur la recherche de coupables plutôt que sur la résolution de problèmes. Et évidemment, quand on est employé, on cherche à tout prix à se protéger. Surtout si on a déjà eu une expérience négative de ce type dans une entreprise précédente, ça crée un réflexe de protection, on préfère garder des preuves de notre innoncence.

En particulier dans un climat économique incertain où la prise de risque est multipliée, il vaut mieux, en effet, couvrir nos fesses quand on accuse pour tout et rien...  

Pourquoi c’est problématique ?

Ne pas avoir la confiance de son entreprise, c’est déjà problématique, mais ça instaure un climat vraiment délétère où chacun se méfie de l’autre. Et bien sûr, ça génère beaucoup de stress et d’anxiété sur les employés, qui peuvent mener au burn-out… On ne le conscientise pas forcément, mais c’est là en tâche de fond 😥.

De plus, Isabelle Barth souligne aussi que cette multiplication d'informations demande beaucoup de temps et d'énergie. Au lieu de se concentrer sur des tâches productives et épanouissantes, on passe notre temps à couvrir nos arrières 🙄. La communication orale ne compte pas, la collaboration et l’innovation passent au second plan. 

Puis pour finir, à force de se noyer dans les comptes rendus, mails et notes dans les docs, on passe à côté de ce qui est vraiment important. Isabelle Barth dit que c’est sans doute ce qui peut être le plus nocif, car cela peut engendrer de réelles sanctions ou des dangers, en particulier dans les domaines sensibles, comme dans le médical 🤕. 

👉 Au final, que faire face à ça quand on est employé ? Bah malheureusement pas grand-chose. Mais au moins, si on en a conscience, on peut s’en méfier et tenter de verbaliser cela à son entreprise, à condition qu’elle soit à l’écoute (et ça, rien n’est moins sûr 😅). Si c'est trop nocif pour nous, il vaut mieux partir, trouver un nouveau job ou carrément envisager une reconversion professionnelle

L'avis de la rédaction : oups !

Vous vous êtes reconnue ? Allez, avouez, on l'a toutes fait au moins une fois pour couvrir nos fesses ! Le tout, c'est d'en prendre conscience et de se poser les bonnes questions sur soi et notre environnement de travail quand on repère ce comportement. Article à faire tourner au bureau ! Et si vous rencontrez des difficultés dans vos relations professionnelles, dans vos activités, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Sources : “Uncovering the CYA Phenomenon in Organizational Writing: Initial Findings” publié dans Technical Communication par Christine Barabas // xerficanal.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube