Mon travail ne plaît plus, je fais quoi maintenant ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Sur le papier, c'était un job de rêve. Quelques semaines plus tard, je pars chaque matin avec la boule au ventre, je ne trouve toujours pas ma place et je rentre tous les soirs avec le goût amer de l'insatisfaction en bouche. Le constat est simple, mon travail ne me plaît plus. C'est bien beau d'en prendre conscience, mais je fais quoi maintenant ?

Mon travail ne plaît plus, je fais quoi maintenant ?
Sommaire : 

Au travail, je ne me reconnais pas

Aimer son travail est une chose, mais se reconnaître dans son travail, c'est bien plus important. Il y a des tas de raisons pour lesquelles notre travail peut perdre son sens. Il peut être en décalage complet avec nos diplômes et donc ne pas coller à nos ambitions et notre identité professionnelle. Nos compétences ne sont pas, ou mal, utilisées. Il peut aussi, par exemple, s'effectuer dans des conditions dégradées, avec des souffrances physiques ou morales, un manager toxique, des collègues difficiles, une opposition avec nos valeurs. En bref, un travail dans lequel on ne se reconnaît plus est source d'un mal-être parce que nos attentes et besoins ne sont pas comblés 😢.

Ce travail n'est pas fait pour moi, pourquoi j'en suis là ?

Pour commencer, je tiens à vous dire qu'un travail peut ne plus nous plaire, qu'on l'exerce depuis 2 mois, 2 ans et 2 décennies. Le temps ne change rien. Peut-être qu'on a dû accepter ce poste par défaut, avec le stress et la peur de ne rien trouver d'autre. Peut-être qu'on a fantasmé cet emploi, après un diplôme tout frais ou une reconversion pro. Peut-être encore que l'ambiance est devenue délétère, que les tâches sont différentes, se sont multipliées ou au contraire se sont réduites, et là attention au bore-out ! À moins qu'elles ne correspondent plus à la description de votre fiche de poste ou encore que vous ne voyez pas d'évolution. Peut-être aussi que votre situation personnelle a changé et que l'équilibre entre vie pro et vie perso est rompu.

Une de ces situations vous parle ? Peut-être même plusieurs. Alors, il est certain que votre travail ne vous convient plus, ne vous plaît plus et c'est bien parce que vous en avez maintenant conscience et qu'en plus vous avez pu (du moins en partie identifier la source de votre insatisfaction). Maintenant, il est temps d'agir !

😲 Nous ne sommes pas seules !
En novembre 2020, le baromètre Empreinte Humaine et OpinionWay publié ces chiffres : 49% des salariés interrogés restent dans leur job, faute de trouver mieux. Ce chiffre atteint même 60% chez les salariés en full remote.


👉 Ça va vous intéresser : Quiet quitting : quand le travail est un désenchantement…

Que faire si mon travail ne me plaît pas ?

1. Parler, le premier pas

Et quand je dis parler, je ne pense pas au fait de râler entre collègues de travail, mais bel et bien d'engager la discussion avec quelqu'un de poids, qui peut faire quelque chose. Votre manager, la personne chargée des ressources humaines, celle qui vous a recrutée, etc. Confiez vos doutes et votre mal-être à une personne de confiance, ou du moins à celle en qui vous pensez pouvoir avoir confiance. C'est une étape cruciale. Je ne vais pas vous l'apprendre, mais il ne va rien se passer si vous gardez le silence. Soyez transparente, mais pas agressive et abordez tous les sujets qui vous tracassent. Parlez ensemble de la façon dont les choses pourraient évoluer positivement et si rien n'est possible, au moins on sera au courant de votre état d'esprit et de votre envie de quitter l'entreprise.

2. Se donner du temps

Je suis sûre qu'en lisant ce conseil, je vous énerve 😡. Je sais ce que c'est d'être coincée dans un job qui ne nous plaît pas et je sais donc à quel point on n'a pas envie d'attendre et de faire preuve de patience. On a plutôt envie de péter un plomb ! Et pourtant, la réalité est moche, mais c'est une réalité : on est coincée dans un boulot qui ne nous convient pas et on se sent impuissante parce que le travail fait partie de nos conditions de survie. En bref, claquer la porte ne fera de nous que l'héroïne d'un instant. Donc si notre santé mentale n'est pas encore trop impactée (sinon on n'hésite pas à consulter), on reste en place (au moins pour le moment) et on profite de ce temps pour mettre en place des actions qui nous serviront. Des actions comme apprendre à dire non au travail, découvrir ou redécouvrir certains collègues, comme développer ses compétences et son réseau pro, parcourir les annonces d'emploi ou penser sérieusement à votre reconversion professionnelle, chercher une formation pour évoluer en interne ou ailleurs, etc.

👉 C'est pour vous aider : Je veux changer de métier, comment faire ? Par où commencer ? 7 Conseils !

3. Faire taire la culpabilité, le sentiment d'échec et l'angoisse

"J'ai quand même de la chance d'avoir un travail, et un salaire, en télétravail en plus... et avec une mutuelle... et des tickets resto..." Je vous le dis tout de suite, stop ✋ ! Cette petite chanson que vous vous répétez c'est de la culpabilité et elle vient pour balayer nos besoins et nous pousser à nous auto-convaincre qu'on peut s'y faire à ce travail nul. On souffre dans un emploi qui ne nous motive plus, qui ne nous va pas et pour se défendre contre cette souffrance on culpabilise. Super sain 😒 ! Idem pour ce qui concerne l'angoisse d'un avenir sans horizon et le sentiment d'échec à se retrouver dans la position de la looseuse alors qu'on se rêvait en working girl. Quand on se retrouve dans cette situation, on se sent bloquée et notre confiance en nous s'en trouve ébranlée. Il faut chasser tout ça. Apprenez à prendre du recul et à ouvrir votre esprit. Si vous n'y parvenez pas, demandez de l'aide à des professionnels : psychologue (du travail), coach professionnel, médecine du travail, etc. Parler vous permettra de vous ouvrir à de nouvelles perspectives, voire de vous donner de nouveaux objectifs qui vous redonneront de l'énergie.

4. Partir

Rien n'y fait, le constat reste le même, c'est le moment de quitter ce job. Très bien, alors préparez votre sortie. Avant de poser votre démission ou de demander une rupture conventionnelle, mettez votre CV à jour, activez votre réseau professionnel, essayez même de passer quelques entretiens d'embauches pour reprendre confiance en vous et ne vous mettez pas la pression. Vous ne quittez pas ce job pour retomber dans les mêmes travers !

Comment supporter un travail que l'on n’aime pas ?

Quelle que soit votre situation, pas le choix, il va falloir l'affronter. On ne peut pas se contenter de dire que l'on n'aime pas son job. Les émotions vont nous empêcher d'agir avec calme, recul et pragmatisme. Supporter de se rendre 8h par jour, à un travail que l'on n'aime pas, c'est une situation très difficile et c'est la raison pour laquelle vous devez prendre le temps d'établir votre stratégie afin d'en sortir la tête haute et avec la force d'aller de l'avant. Enfin, ouvrez votre esprit et acceptez d'être surprise, que ce soit en regardant les annonces d'emploi ou même au sein de son entreprise actuelle. En changeant de regard, en voyant les choses différemment, on peut parfois trouver l'une des clés pour passer de "mon travail ne me plaît pas" à "mon travail a un intérêt."

L'avis de la rédaction : l'importance de se poser les bonnes questions

Si vous avez admis que votre job ne vous plaît pas ou plus, félicitations, c'est une sacrée étape. Il est important de creuser un peu plus, qu'est-ce qui vous agace ? Qu'est-ce qui vous conviendrait mieux ? De quoi avez-vous envie ? Besoin ? Dans l'immédiat ? Dans 5 ans ? N'hésitez pas à vous faire accompagner par un psychologue afin de faire le point sur votre situation et prendre les bonnes décisions pour la suite. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube