Peut-on pleurer au travail ? La clé pour gérer ses émotions

Mis à jour le par La rédaction Wengood

Vous avez le sourire aux lèvres car votre supérieur vous a fait un compliment. Puis, c’est la descente en enfer à cause d’une réflexion ou d’une déception. Au travail, là où nos compétences sont jugées et où nous passons nos journées, il est bien difficile de gérer les diverses émotions qui nous traversent. Peut-être avez-vous déjà couru aux toilettes pour pleurer à l'abri des regards indiscrets ? La gorge nouée, la boule au ventre, vous connaissez ça par cœur ? N’ayez plus honte de vos sentiments et découvrez comment les gérer au travail. Oui, on peut pleurer au travail, ça arrive.

Peut-on pleurer au travail ? La clé pour gérer ses émotions
Sommaire :

Envie de pleurer au travail : que faire ?

Canaliser ses émotions

Au bureau, apprendre à gérer nos émotions est une nécessité. Le but est alors d’éviter un effet boule de neige et ainsi d’empêcher une réaction disproportionnée au regard d’une situation 😌. Il s’agit de mieux canaliser ses émotions, non de les refouler. Pleurer est une réponse naturelle aux facteurs de stress et n’est pas un signe de faiblesse. 

😢 Cela permet d’évacuer certaines émotions, sachez que vous n’êtes pas la/le seul(e) à traverser des crises de larmes au travail et que cela ne va pas détruire votre réputation. Pleurer fait du bien car il serait très bénéfique d’exprimer vos sentiments sur votre lieu de travail, plutôt que les refouler.

Anticiper les pleurs

👉 Prenez le temps d’identifier vos émotions : autorisez-vous à les ressentir. Cela vous permet ainsi de les tenir à distance et de les minimiser. Nous vous conseillons d'ailleurs de vous appuyer sur la roue des émotions

👉 Formulez votre besoin : vous devez clarifier, prendre le temps de comprendre vos émotions pour avoir un échange constructif avec vos collègues et notamment avec votre supérieur.Trouvez un terrain d’entente: face à un collègue toxique, un collègue qui s'approprie votre travail, essayez de calmer le jeu et de stopper une rafale d’émotions et de situations qui poussent toujours à réagir et à s'adapter.

👉 Décompressez : si vous sentez les larmes monter, n’hésitez pas à vous lever pour faire un tour et changer d’air. S’accorder des pauses est très important car cela permet de vous vider la tête et de laisser les problèmes au bureau le temps d’un instant.

👉 Préparez-vous en amont : si vous savez que les larmes montent rapidement lors d’un entretien hebdomadaire avec votre supérieur, par exemple, préparez-vous à cet entretien et apprenez à gérer vos émotions avant de rentrer dans la salle de réunion.

👉 Évacuez vos émotions : pour vous remettre en mode positif et en mode bien-être, n’hésitez pas à pratiquer des exercices qui apprennent la concentration. Le sport, le yoga du rire ou encore la sophrologie sont des activités idéales pour mieux respirer et évacuer les tensions. La méditation pleine conscience ainsi que la cohérence cardiaque sont aussi excellentes pour ménager les émotions.

👉 Tirez des conclusions : demandez-vous ce qu’il vous manque pour gérer vos émotions. Posez-vous certaines questions comme « Comment expliquer mes larmes ? » ou « Qu’ai-je ressenti ? »

Comment réagir si on pleure ?

Si vous n’avez pas réussi à retenir vos larmes, il vaut mieux reconnaître qu’elles ont existé. Sur le moment, vous pouvez vous excuser. Si vous n’en n’avez pas parlé à l’instant T, essayez de vous excuser plus tard. C'est très important d’en parler car cela peut rassurer votre supérieur. Parler d’un sujet sensible avec vous ne l’inquiétera pas.


➜ Si vous avez un collègue de travail ou le supérieur d’une personne sujette aux larmes, essayez de vous mettre à sa place et de la laisser respirer dans certaines situations à risque. Vous devez faire preuve de compréhension et de sympathie.


Est-ce tabou de pleurer au travail ?

Les femmes plus touchées...

Selon une enquête publiée dans It’s Always Personal : Navigating Emotion in the New Workplace d’Anne Kreamer, 41% des femmes ont déjà pleuré au travail contre 9% des hommes. Les femmes ont d’ailleurs, davantage peur que leurs larmes ne les décrédibilisent au bureau. Les changements émotionnels sont plus ou moins faciles à gérer dans le monde du travail. Heureusement, suite à la publication du livre d’une ancienne salariée de la Maison Blanche, Jennifer Palmieri, en 2018, Dear Madam President : An Open Letter to the Woman Who Will Run the World, la parole s’est libérée. 

💪De nombreux témoignages ont fleuri sur les réseaux sociaux avec le hashtag #IveCriedAtWork qui ont permis de briser les chaînes de cette pratique tabou.

... Ainsi que les hypersensibles

Une personne hypersensible peut être davantage touchée par ces larmes, ce qui pourrait même entraîner un burn-out voire une dépression. C'est pourquoi il est important de détecter l'hypersensibilité, pour mieux gérer ses émotions. Il est aussi nécessaire de se méfier de certains collègues ou managers toxiques qui n’hésitent pas à prendre vos faiblesses pour un tremplin. 

L'avis de la rédaction : bien s'entourer pour mieux gérer

Il est important de ne pas avoir honte de ses émotions et de ses larmes. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à demander de l'aide quand on a l'impression d'être submergée. La gestion de ses émotions est un travail à mettre en place avec un psychologue. Ce dernier pourra également vous accompagner si vous ressentez du mal-être au travail. Il est important d'agir avant de ressentir des symptômes dépressifs. N'attendez pas pour prendre rendez-vous !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par La rédaction Wengood

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici