Mon collègue s’approprie mon travail, comment réagir ? 4 conseils

Mis à jour le par Justine Guilhem

Mon collègue clame haut et fort qu’il a eu une super idée ou de bons résultats. Quel héros me direz-vous ? Eh bien non, c’est un pillard qui s’approprie MES idées et MES résultats. Et moi, je le regarde récolter les lauriers, mon sang ne faisant qu’un tour. Cette situation est certes commune en entreprise, mais comment réagir pour éviter que cela ne se reproduise ? On vous donne nos 4 conseils.

Mon collègue s’approprie mon travail, comment réagir ? 4 conseils

4 conseils pour lutter contre un collègue qui vole notre travail

Avant tout, on doit se mettre dans la tête du pillard. Est-ce dû à un manque de reconnaissance ? De confiance en lui ? À moins que cela soit lié à un excès de fierté ! Bref, il y a un souci d'ego blessé 🤐. 

Clairement, il faut batailler pour se faire respecter au travail et récupérer notre intégrité, voici comment faire 👇 : 

1. On com-mu-ni-que ! 

La communication est la clé de tout, mais surtout, la communication non-violente ! On lui offre le bénéfice du doute : peut-être ne pensait-il pas à mal ou a-t-il simplement oublié de citer notre nom ? Ou l’a-t-il dit à un moment où on n’était pas présent·e ? 

👉 Exprimez-vous calmement, en gardant à l’esprit la règle du « je » et de l'assertivité au travail, c’est-à-dire, parlez de vous, de vos émotions sans jamais accuser votre interlocuteur : « Je me sens blessée… » « J’aurais aimé que tu cites mon nom… », etc. 

👋 Cet article peut vous intéresser : Tutoiement au travail : attention danger !

2. On signe systématiquement mon travail

Au moment de rendre un document, une étude ou tout autre projet, on n’oublie surtout pas de signer le document ou d'insérer une marque de fabrique, qui fera qu'on sait que ce document, business plan, rapport, etc. vient de nous. 

👉 Par exemple, lorsqu'on est rédactrice web, on n’hésite pas à prendre un ton qui nous appartient bien et qui se reconnaît bien. Je dis ça, car ça me concerne, mais ça marche avec tout un tas d'autres métiers 😬 !

Le petit plus : parler du projet ou de nos idées autour de nous ! C'est encore mieux quand il y a une preuve écrite, comme ça, on peut ressortir le mail au bon moment. On n'hésite pas non plus à mettre son manager dans le mail, bref tout le monde est dans la boucle

3. On fait preuve d'humour 

L'humour est une arme redoutable, si vous savez bien l'utiliser ! Si on se sent d'humeur taquine, on peut jouer avec les nerfs du voleur de travail. Bien évidemment, s'il y a un public, c'est encore mieux 🤭 ! 

👉 Vous pouvez par exemple, demander quelques détails sur cette super idée ou des précisions sur les moyens qui ont permis d’atteindre ces résultats. Vous pouvez également demander à un collègue de jouer le jeu et de poser les questions à votre place 😉 !Collègues au travail

Deux réponses possibles de sa part : soit il fait amende honorable et nous mentionne, soit il s’enlise dans les réponses approximatives.

4. On le boycotte

Si la situation se répète alors qu'on a mis les points 1, 2 et 3 en place, alors il est temps de boycotter l’usurpateur. Ne partagez plus vos idées avec lui, silence radio, il n'aura plus rien de vous. Échangez plutôt directement avec votre hiérarchie si cela est possible.

Les relations entre collègues sont compliquées et peuvent vite devenir tendues. Manque de respect, silences pesants, irritabilité, cette atmosphère peut vite devenir irrespirable. Sachant qu'on passe une bonne partie de nos journées ensemble, autant bien s'entendre

Et pour cela tout le monde doit y mettre du sien, c'est important, une équipe soudée, c'est une équipe qui va loin et en plus, qui le fait dans la bonne humeur. Alors on n'hésite pas à s'interroger sur soi 😉 ! 

👋 Cet article peut vous intéresser : Les 7 phrases à ne pas dire au travail (genre JAMAIS)

L’avis de la rédaction : un trop grand besoin de reconnaissance ?

Plus on accorde d’importance à la reconnaissance, plus le sentiment d’être lésé sera fort. Si cette situation vous blesse profondément, alors vous avez sans doute trop besoin de l’approbation des autres et ce besoin peut être un frein à votre épanouissement. Posez-vous les bonnes questions pour mettre des mots sur les émotions que cela génère en vous ? Injustice ? Colère ? Jalousie ? Si vous avez l’impression de ne jamais être à la hauteur, d’être une imposture, il est temps de vous libérer de cette quête inexorable de reconnaissance. 👉 Nos thérapeutes sont disponibles pour faire le point sur votre situation.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Moi j’ai eu une autre situation, mon travail était signé mais une collègue a trouvé bon de tout simplement déchirer mon travail. Elle ne savait pas que j’avais dans un autre dossier une copie de la pièce. PourUoi tant de méchanceté v

Jacqueline Rollman il y a 4 ans

Nos derniers articles

Hypervigilance : pourquoi suis-je tout le temps en état d’alerte ?

Un bruit soudain et bam ! Je sursaute. C’est une réaction typique lorsqu’on est dans l’hypervigilance, comme moi. Je surveille tout et j’ai l’impression d’être en état d’alerte quasi en permanence. Cela vous fait ça aussi ? En fait, l’hypervigilance est assez répandue, pourtant on en parle peu. On la retrouve particulièrement chez les personnes perfectionnistes ayant un manque de confiance en elles. Si vous vous retrouvez dans ces mots, découvrez ce qu’est cet état psychologique qui traduit une grande vulnérabilité.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Pourquoi choisir de se marier aujourd'hui?

En voilà une bonne question ? Personnellement, je n'ai jamais rêvé de me marier. Mes rêves de petites filles n’étaient pas faits de tulle blanc, de dentelle et de voile et j'aimais assez l'idée d'un amour si passionné qu'il se passerait d'une union sacrée. Pourtant aujourd'hui, force est de constater que je suis mariée depuis 5 ans et en plus, c'est moi qui ai fait la demande !

Plus qu'un simple derrière, les fesses prennent le devant 🍑

Depuis que j'ai rangé mes baggys et mes strings dans les armoires de mes années 2000, j'avoue m'être plutôt concentrée sur mes seins. Au point même de louper le retour de la fesse sur le devant de la scène. La fesse ? Pas seulement. LA fesse. Celle qui est bombée, qui a des formes, la généreuse, galbée et surtout la décomplexée. Parce qu'on ne s'y trompe pas, toutes les fesses ont leur mot à dire.

Les femmes en politique, des hommes comme les autres ?

Je connais mes classiques et s'il y a bien un truc dont je me souviens, c'est de chanter, à tue-tête, dans la voiture, Être une femme de Michel Sardou. Je devais avoir une dizaine d'années et je ne trouvais rien de plus subversif que de hurler : "Maîtriser à fond le système, accéder au pouvoir suprême : s'installer à la Présidence et de là, faire bander la France." Certes, on a connu moins sexiste, mais quoi qu'il en soit, depuis ce temps-là, féminisme et politique me passionnent, mais est-ce que ça va vraiment de paire ? Quelle est véritablement la place des femmes en politique aujourd'hui et qu'est-ce que ça nous apprend ?

Je veux travailler moins et mettre ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube