Une génération Y malheureuse au travail, mais pourquoi donc ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Du haut de mes 33 ans, je fais partie de la génération Y. Plusieurs études ont montré que notre génération est plus malheureuse au travail. Beaucoup de clichés circulent sur nous, mais cet état dépressif est-il entièrement de notre fait ? Les jeunes en prennent souvent pour leur grade, mais le monde change, notre génération n’évolue pas dans le même contexte de boom économique que nos parents. Et surtout, nous n’avons pas les mêmes désirs que les générations précédentes par rapport au travail.

Une génération Y malheureuse au travail, mais pourquoi donc ?

La génération Y, des anxieux ?

Un sondage mené en 2012 sur des jeunes adultes, par le cabinet d’études Harris Interactive, a relevé que les jeunes affichaient un score d’anxiété élevé. 76% des 2.000 interrogés ont notamment expliqué que cette anxiété était causée par un mal-être au travailLa génération Y, autrement appelée les millenials, n’arrive pas à trouver sa place au travail et est plus souvent victime de burn-out 🤕.

Nous sommes davantage sujets aux dépressions que les générations précédentes et nos smartphones n'y sont pas pour rien ! Recevoir des interactions et de l’attention nous envoie de la dopamine. Cette hormone est une sécrétion cérébrale hautement addictive à l’origine de la joie. On la retrouve dans toutes les addictions. L’utilisation des réseaux sociaux nous rend donc plus sujets à la dépression à cause du manque de dopamine. Est-ce vraiment la seule raison de notre anxiété au travail ?

Des stéréotypes sur les millenials qui ont la vie dure

Un article paru dans le HuffingtonPost US en 2013 “Why Generation Y Yuppies Are Unhappy” a dépeint une triste image de la génération Y. Tim Urban, l’auteur, explique que les jeunes ont été trop préservés par leurs parents. Le résultat, c'est qu'on aurait plus de mal à se confronter à la réalité du travail. Mais ce n’est pas le seul cliché que l’on peut entendre ! Nous sommes vus comme des rebelles ne supportant pas l’autorité et la pression managériale. Du coup, ça nous conduirait vers le chemin de l’entrepreneuriat. Le rêve d’être son propre patron ne se limite pas à notre génération 🤔 ! 

🧑‍💼 Ces stéréotypes ne sont pas les principales raisons d’un mal-être au travail. Cela s’ancre dans une réalité où l’ubérisation et la mondialisation font place, changeant profondément le rapport au travail.

Le 21ème siècle, une façon de travailler différente

Le monde du travail est bouleversé et c’est la génération Y qui fait face à ces changements. Les avancées technologiques bouleversent profondément la façon de travailler. Une enquête menée par des chercheurs de l’université d’Oxford annonce la disparition de 47% des postes existants ! Ces changements et cette instabilité participent au fait que la nouvelle génération se sente anxieuse face à ces sombres perspectives.

👉L’ubérisation et la mondialisation participent à leur angoisse. Cette évolution constante fragilise le monde du travail. Les emplois se précarisent et le niveau de responsabilité faiblit. Ces mutations sont perçues comme un danger, ce qui ne nous encourage pas à appréhender le travail sereinement.

Revoir le management face aux changements

Le management est un concept né avec la révolution industrielle au 19e siècle. Au départ, il se concentrait sur la productivité et les méthodes rationnelles, symbolisées par le Taylorisme. Heureusement, le management a évolué au cours du siècle dernier donnant naissance à 4 types de management : directif, persuasif, consultatif et participatif.

Les 4 styles de management en entreprise

Les 4 types de management par Oliver Moch

Au vu de l’évolution du monde du travail et des nouvelles technologies, le management doit encore évoluer en arrêtant de mettre en conflit les différentes générations. La remise en question de notre fiabilité ne nous aide pas à nous investir. Accuser les millenials d’oisiveté, c’est camoufler l’incapacité du management à faire face aux changements. Que ce soit à cause du contexte économique ou dans la conception du travail. Il est important de donner naissance à une nouvelle culture du travail et de revoir le management suivant les changements et les envies de la nouvelle génération.

Une nouvelle conception du travail 

Au-delà même de ces constats, la génération Y est malheureuse, car elle n’entretient pas le même rapport au travail que les générations précédentes. Ce qui peut leur donner la sensation qu’on manque d’ambition. La philosophe Dominique Méda explique qu’il se dégage “une conception polycentrique de l’existence”. C'est-à-dire que la jeune génération n’a pas envie de placer le travail au cœur de sa vie, d’où les symptômes dépressifs. La philosophe a mené une enquête avec Patricia Vendramin “Les générations entretiennent-elles un rapport différent au travail ?” pour la revue Sociologie qui met ceci en exergue. Désormais les relations sociales, amoureuses, les loisirs, l’engagement militant, etc. sont aussi prioritaires que le travail.

🧠 

Nous recherchons une cohérence entre les différents aspects de notre vie. Il y a une contestation de la place hégémonique du travail ! Cela peut s’expliquer par différents facteurs comme un niveau d’instruction plus élevé ou des désillusions liées aux phénomènes de déclassement. Le starter pack “boulot, mariage, pavillon, enfants et labrador” ne fait plus rêver notre génération.

👋 Cette vidéo à propos de l’oisiveté pourrait vous intéresser : Pourquoi c’est mal vu de glander ?

Un contexte social et économique peu réjouissant

L’arrivée de la Covid-19 est la preuve que le monde subit des changements qui vont impacter les nouvelles générations. Le travail doit être repensé pour s’adapter à nos vies, mais aussi au contexte social et économique. La pandémie a montré combien le système actuel est fragile ! L’arrivée du coronavirus a eu des conséquences néfastes sur la santé mentale. Cependant, il y a quand même un point positif à tirer de ce virus qui a tout bouleversé. La pandémie a montré aux managers toxiques que les employés peuvent télétravailler sans que cela impacte la productivité. Le télétravail a été rendu obligatoire pour nous protéger et les entreprises les plus réticentes n’ont pas eu d’autres choix que de l’appliquer. Le travail s’est adapté à cet énorme bouleversement. Cela prouve donc que la conception du travail peut changer. En s’intégrant plus à nos vies et au rythme de notre génération, nous serons moins malheureux au travail.

L'avis de la rédaction : Une histoire de personnalité ?

N'est-ce pas réducteur que de classer les individus par génération ? X,Y,Z ? Et s'il s'agissait plutôt de personnalité, de savoir-être plutôt que d'une histoire de génération ? Chaque génération a connu ses crises et a été accusée de ses maux. Certes, la génération Y fait couler beaucoup d'encre, on la dit ingérable, et pourtant, elle abrite de formidables éléments pour qui sait les voir ! Il y a de bons et de mauvais éléments et cela n'a rien à voir avec l'âge ! Vous rencontrez des difficultés dans votre travail ? Vous vous sentez mal ? N'hésitez pas à contacter un coach afin de faire le faire point sur vos envies, vos compétences et trouver votre voie.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

Mais aussi :

Sources : Génération Y : entre illusions et fantasmes, elle n’est pas celle que vous croyez ! - Parlons RH // "Millennials & Management: The Essential Guide to Making It Work at Work" par Lee Caraher

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube