Comment remonter le moral d'un·e ami·e ? 6 conseils pour aider

Mis à jour le par Camille Lenglet

Quoi de pire que de voir un·e ami·e triste et de ne pas savoir quoi faire face à ses émotions ? Plus jeune, il m’est déjà arrivé de me sentir un peu gauche face au désarroi d’une personne que j’aime. J’avais envie de lui remonter le moral, mais sans trop savoir comment faire. Heureusement, en vieillissant et en me sensibilisant aux problèmes de santé mentale, je sais désormais comment me comporter. Alors voici mes 6 conseils pour remonter le moral d’un·e ami·e !

Comment remonter le moral d'un·e ami·e ? 6 conseils pour aider

6 conseils pour remonter le moral d’un·e ami·e

1. Créer une “safe space” et être à l’écoute

La première chose à faire est de montrer que notre ami·e peut nous confier des choses et qu’il ou elle sera avec une personne qui ne la jugera pas. J’appelle cela créer une “safe space”, un endroit sûr où ses émotions et ses agissements ne seront pas critiqués. Cela permet de rassurer et de montrer que l’on est présente pour il/elle avec bienveillance 🤗.

“Je suis là pour toi, tu peux tout me dire tu sais, jamais je ne te jugerais. Tu es mon ami·e et je veux vraiment t’aider alors n’hésite pas à me dire ce que tu as sur le cœur.”

Grâce à cela, notre ami·e pourra vider son sac en parlant de ce qui le/la travaille. Et c’est là où l’un des comportements les plus importants intervient : l’écoute. Il ne sert à rien de donner des conseils, si on n’a pas correctement écouté ce que la personne avait sur le cœur. Sans écoute complète, on ne pourra pas remédier aux problèmes de l’autre, mais on guérira nos propres blessures en parlant via notre prisme, comme l’explique la psychosociologue, Patricia Delahaie. La personne qui se confie doit se sentir comprise et entendue pour avancer.

👉 Pour être sûre que l’on ait bien compris ce qu’elle nous a dit, on peut reformuler la problématique en disant : “est-ce bien cela qui te pose problème ?”. C’est la base de l’écoute active et cela montrera qu’on est réellement investi et qu’on a envie d’aider.

2. S’adapter à sa personnalité

J’ai trop longtemps oublié qu’on ne fonctionnait pas tous et toutes de la même manière. Combiné à mon syndrome du sauveur et mon envie d’aider, j’ai parfois forcé un peu trop les choses. Sauf qu’on ne vit pas les épreuves de la même manière, que ce soit un coup de mou, une rupture brutale, un licenciement ou pire, un deuil 😟. Comme l’explique la psychosociologue, il y a toute sorte de comportements. Certaines personnes vont se replier sur elles-mêmes pour puiser de la force, d’autres vont se réfugier dans une passion et il y aura celles et ceux qui auront besoin de s’entourer, de sortir et de rire.

“Dis-moi ce que tu veux faire, sache que je m’adapte à toi et tes envies !”

Bref, il est facile de comprendre qu’on ne réagit pas de la même manière, il y a des personnes qui peuvent rester muettes à cause du traumatisme, ce qui a souvent lieu lorsqu’il y a un gros choc émotionnel. Il faut donc faire attention au rythme de la personne et ne pas imposer quelque chose, mais simplement montrer que l’on est présente et prête à aider dès qu’il ou elle en sentira le besoin ❤️.

3. Partager son expérience

Une fois que l’on aura rassuré, écouté, compris l’autre, on pourra passer au partage d’expérience. Comme je l’ai dit, tout le monde n’a pas envie ou même besoin d’entendre un autre vécu des choses. Néanmoins, dans les moments de peine, on cherche généralement des proches qui ont déjà vécu des expériences similaires, pour voir qu’il est possible d’aller mieux. Je pense aux ruptures, mais il peut y avoir des choses beaucoup plus lourdes à vivre comme le deuil d’un parent. Ce fut mon cas lorsque j'avais 25 ans... Désormais, lorsqu'une personne de mon entourage traverse cela, je n’ai même pas besoin de parler pour montrer mon empathie et ma compréhension de la douleur 🤕.

“Lorsque j’ai vécu telle chose, j’ai décidé de faire ça et ça m’a vraiment aidé à me sentir mieux. Peut-être que tu devrais tester et que ça te ferait aussi du bien, qu’en penses-tu ?”

⚠️ Attention à ne pas recentrer la conversation sur soi ! Il faut que l’autre reste au cœur de la conversation, parler de soi n’est pas utile. Il en va de même pour les conseils, les distribuer à tout bout de champ n’est pas forcément le bienvenu. Il faut y aller avec prudence et parcimonie et recadrer la conversation dès qu’on s’éloigne du problème de notre ami·e.

4. Ne pas trop en faire

À trop vouloir aider, on en vient à faire du mal. Cela est particulièrement vrai lorsque la difficulté rencontrée est un licenciement ou une rupture. Il manque quelque chose à l’autre et on cherche à tout prix à le lui rendre 😖. On peut même en venir à être très maladroite, en dénigrant l’ex, alors que la personne a toujours des sentiments. Personnellement, je n’ai jamais apprécié d'entendre que mon ex était un gros con. Après tout, j’avais choisi d’être avec ce con pendant 3 ans 😅…

Cela peut être très violent, y compris dans le cadre d’une recherche d’emploi. Il ne sert à rien d’envoyer des offres à son ami.e, cela ne fera qu’empirer la situation. Peut-être que la personne est en burn-out et a besoin de temps pour se remettre ? Faire cela n’arrangera rien, au contraire, il y aura la naissance d’autres émotions négatives, comme de la culpabilité…

“Prend ton temps, tu as le droit d’aller mal et d’avoir des moments plus compliqués que d’autres.”

5. Laisser le temps faire son œuvre

Pour être sûre que l’on n’est pas trop invasive, il faut laisser le temps faire son œuvre. C’est le meilleur moyen de se remettre d’un événement difficile ! On a besoin de laisser sortir nos émotions et de les comprendre, pour pouvoir avancer de nouveau. Il y a même certaines blessures émotionnelles qui ne se referment jamais complètement, c’est ce que j’ai compris avec le deuil. Il ne faut donc pas presser notre ami.e, même si on a à cœur de le ou la voir se sentir mieux. Et si on se sent dépassé par tout cela ? On peut le verbaliser grâce à la communication non violente. On est en droit de dire que ça nous dépasse et que ça nous fait du mal 😔...

“Te voir souffrir me rend extrêmement mal et j’ai l’impression de ne servir à rien, alors aujourd’hui, je ne pourrais pas t’écouter”.

Il est normal de saturer et de poser ses limites et la personne est censée comprendre cela en retour. En plus, exprimer sainement ses émotions permet de préserver au mieux la relation et d’éviter des tensions inutiles.

6. Inciter à se faire accompagner

On ne peut pas porter seule le poids de la tristesse d’une ami·e. Si on remonte le moral de manière sporadique, ce n’est pas la même chose que de le faire chaque jour. Un moral bas peut traduire une santé mentale défaillante et même si ce n’est pas facile à reconnaître, il faut en parler.

La dépression est une maladie qui peut s’installer sans que la personne s’en aperçoive ou comprenne de quoi il s’agit. Pourtant, de plus en plus de gens en sont atteints ! Depuis la pandémie, il y a eu une hausse de 25% de la maladie chez les Français 😥. Par conséquent, si on est sensibilisé au sujet, comme moi (et vous maintenant aussi), il ne faut pas hésiter à verbaliser cela auprès de la personne que l’on aime. Cela peut l’aider à s’en sortir véritablement et à avancer. Et de notre côté, on peut aussi reprendre un rôle plus léger et être apaisée parce que la personne est accompagnée par un professionnel de santé.

Cet article peut vous aider et aider votre ami·e >>> Comment reconnaître une déprime d’une dépression ?

L'avis de la rédaction : surveillez l'évolution de la situation

Grâce aux conseils de Camille, vous savez désormais comment remonter le moral de votre ami(e), du moins, vous avez le mode d'emploi. Le plus difficile étant de se centrer sur l'autre, de l'écouter, de garder en tête qu'il ou elle ne réagit pas de la même façon que vous et que ce que vous pensiez bon à la base, peut être dévastateur pour l'autre. Soyez attentive à l'évolution de la situation, vous ne pouvez porter seule la souffrance et le mal-être de votre amie. Si la situation s'ancre dans le temps, il faut alors prendre rendez-vous avec un psychologue. Souvenez-vous que tout ce qu'on ne dit pas, s'ancre en nous.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : neonmag.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici