TOC : Tout savoir sur les Troubles Obsessionnels Compulsifs pour guérir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je ne suis pas parmi les personnes qui ont un TOC, pourtant, c'est une maladie fréquente. 2 à 3% des Français souffrent actuellement de “troubles obsessionnels compulsifs”. Si je n’ai pas de TOC, j’ai vu un proche avoir des obsessions pendant longtemps à cause de ses angoisses. C’est bien ce qui définit les TOC, c’est l’anxiété qui en est à l’origine. Comment en guérir ? Qu’est-ce qui est à l’origine d’un trouble obsessionnel compulsif ? On vous explique.

TOC : Tout savoir sur les Troubles Obsessionnels Compulsifs pour guérir
Sommaire : 

La définition des TOC

Les troubles obsessionnels compulsifs, aussi appelés TOC, font partie des troubles anxieux. C’est une maladie psychiatrique (la quatrième la plus courante) issue d’une anxiété généralisée. Quand on a des TOC, on a des pensées obsessionnelles issues de nos peurs et de nos angoisses. À cause de ces obsessions, on instaure des gestes répétitifs ou des actes mentaux pour s’apaiser. Cependant, si pour une raison ou une autre, un élément entrave le déroulement du rituel, l'anxiété atteint un niveau insupportable. Cela peut finir par entraîner une grave dépression...

➜ Par exemple, le proche que je connais avait un TOC de vérification. Il pouvait passer plusieurs heures à tout vérifier dans la maison pour être sûre que tout soit en ordre 🤯.

Une maladie psychique

Comme je l’ai dit, c’est une maladie mentale, mais il ne faut pas avoir honte à cause de la psychophobie ambiante 🤕. La plupart des personnes ayant un trouble psychique vivent normalement en étant accompagnées par des professionnels de santé. Le problème est que les TOC sont souvent stigmatisés et les malades ont peur du regard des autres et d'être traités de fou ou folle. Il ne faut pas non plus mettre en parallèle TOC et intelligence, ça n’a aucun impact sur les facultés intellectuelles. Il y a même des “hauts potentiels” qui ont des troubles obsessionnels !

Est-ce grave d'avoir des TOC ?

Ce n’est pas “grave”, en revanche, cela a un gros impact sur le quotidien. Les pensées excessives deviennent envahissantes au point qu’elles perturbent la vie de la personne qui en souffre et de son entourage. Ce n’est pas une simple manie, ce sont vraiment des actes répétés à l’extrême qui prennent un temps considérable dans une journée…

Souvent les TOC débutent doucement. Le cerveau remarque que le geste compulsif diminue l'anxiété et va donc chercher à le reproduire pour s'apaiser encore plus. C'est un cercle vicieux qui devient incontrôlable et qui peut parasiter la vie sociale et professionnelle 😥.

Qu'est-ce qui provoque un trouble obsessionnel compulsif ?

Que ce soit pour soi ou pour une personne proche qui en souffre, il faut comprendre l’origine des TOC. Généralement, la personnalité obsessionnelle sait qu’elle a des pensées disproportionnées, mais il lui est impossible de les contrôler. Comme elle vit avec énormément de peurs, elle doit mettre en place des rituels et des comportements compulsifs pour se calmer. Le but des TOC est de réduire l’anxiété par des actes concrets (nettoyer, éteindre les lampes, fermer les portes, etc.) et des ruminations (compter par exemple).

➜ Les personnes qui ont des TOC ont certains mécanismes de défense comme l’évitement. Il consiste à tout faire pour ne pas se retrouver dans une situation qui pourrait déclencher les troubles.

Quels sont les différents TOC ?

Les troubles obsessionnels compulsifs ne prennent pas tous la même forme. Ils varient suivant l'anxiété de la personnalité obsessionnelle. Il y en a quatre qui sont les plus récurrents et les plus connus :

👉 L'obsession de la propreté : cela cache une peur des bactéries et des virus. L’espace de vie doit être parfaitement propre et la personne a une hygiène irréprochable. Il y a plusieurs heures de ménages par jour et il est impossible pour ces personnes de toucher une barre de métro ou un bouton d’ascenseur 😨.

👉 La peur de se tromper : on a toutes eu un jour ou l’autre la sensation de ne pas avoir bien fermé la porte d’entrée. Sauf qu’avec ce TOC, c’est une peur permanente, ce qui contraint la personne à vérifier et revérifier tout plusieurs fois ( 5 fois, 10 fois, 15 fois…).

👉 L'obsession du malheur : Une des caractéristiques de ce TOC est la phobie d’impulsion. Il y a une véritable peur qu’un malheur se produise 😞. Il est amplifié si la personne croise un “mauvais signe” : le chiffre 13, un homme à moustache, un chat rayé, etc. Ce toc est très handicapant, car la personnalité obsessionnelle va finir par abandonner toute conduite jugée à risque (comme la conduite).

👉 La symétrie parfaite : un dossier posé de travers, une horloge mal alignée, des livres mal classés… C’est l’obsession de la symétrie, à l’opposé du syndrome de Diogène. Elle devient un TOC quand tous les objets doivent être rangés de la même façon et que le désordre devient une angoisse.

Ce sont les principaux, mais il y a d'autres troubles obsessionnels qui découlent des pensées agressives, des peurs somatiques, des représentations sexuelles, etc. Si vous vous reconnaissez dans ces descriptions, j'insiste sur le fait qu'il faut que ce soit des gestes très invasifs et qui prennent beaucoup de temps. On a toutes des manies, mais ce ne sont pas forcément des TOC.

Comment guérir d'un TOC ?

Il faut savoir que les TOC seraient dus à un manque de sérotonine dans le cerveau, l’hormone dite du “bonheur”. C’est pour cela que TOC et dépression sont intimement liés et il n’est pas possible de guérir avec une simple “volonté”. Un traitement antidépresseur est donc prescrit pour aider la sérotonine à se réguler 🧠.

Même si la prise de médicaments est souvent inévitable, les deux tiers des patients verraient leurs troubles diminuer avec un suivi psychologique 👏. Effectivement, l’association des deux solutions est recommandée pour guérir efficacement et ne pas avoir de rechute. C'est ce qu'a prouvé plusieurs études et suivi de patients hautement atteints par des troubles obsessionnels.

Les TCC : la thérapie la plus adaptée pour soigner les TOC est la Thérapie Comportementale et Cognitives (TCC). Elle est spécialement adaptée pour soigner les peurs et les angoisses. Elle permet de “reprogrammer” le cerveau en changeant petit à petit ses habitudes. La personne qui suit une TCC va apprendre à ne plus être contrainte de faire des choses qu’elle ne veut pas faire, comme la vérification.

Guérir seule des TOC ?

Les TOC sont une maladie que l’on peut soigner, mais on ne peut pas envisager de le faire seule 😕. En effet, seul le diagnostic fait par un psychiatre est valable. On ne peut pas s’autodiagnostiquer et se soigner seule, vu que c’est une maladie mentale liée à des facteurs psychiques. Une recherche d’autres troubles associés au TOC, comme une bipolarité ou des troubles du comportement alimentaire, sont souvent mis en place pour une prise en charge complète.

🤗 Il ne faut donc pas hésiter à consulter si on souffre de TOC ou à accompagner un proche vers ce chemin. C’est ce que j’ai fait et ça a considérablement rassuré la personne que je connaissais. L'AFTOC (Association française de personnes souffrant de TOC) peut vous conseiller sur les troubles obsessionnels.

L'avis de la rédaction : un accompagnement indispensable

Les TOC peuvent être très invalidants au quotidien, c'est pourquoi il est primordial de se faire accompagner par un professionnel afin d'en guérir. N'attendez pas pour prendre rendez-vous si vous ou l'un de vos proches en souffrez.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources :  vidal.fr / passeportsante.net / ameli.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici