Psychophobie : à quand la fin du tabou autour de la santé mentale ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’étais à un dîner de famille l’autre jour, quand j’ai entendu une personne de mon entourage parler de santé mentale. Elle disait qu’une de ses connaissances était “un peu folle”, qu’elle avait des “sautes d’humeur” et que “bon… bah elle voyait un psy, donc que ça n’allait vraiment pas là-haut !”. Clairement, elle tenait des propos psychophobes et ça m’a choqué. Les troubles psychiques sont toujours autant méconnus et tabous, c'est pourquoi il faut en parler pour que la psychophobie prenne fin.

Psychophobie : à quand la fin du tabou autour de la santé mentale ?

La définition de la psychophobie

Je ne sais pas de quel trouble mental souffrait la personne dont j’ai entendu parler. Mais en France, 20% de la population est touchée par des troubles psychiques : anxiété généralisée, dépression, bipolarité, TOC, etc. Je fais moi-même partie de ce pourcentage. Il est déjà très long de se faire diagnostiquer et d'entamer un suivi psy, alors si en plus on rajoute des phrases humiliantes et un traitement différent... Malheureusement, c'est monnaie courante dans notre société où le validisme est partout 😥.

Une société validiste

La société ne nous juge pas assez "fort·e mentalement", si on souffre d'anxiété ou d'une dépression (ou d'un autre trouble) 🤕... On subit donc une discrimination et des violences sur le fait d'être en souffrance psychique : difficulté d’accès à l’emploi, au logement, aux soins, violences physiques, injures, etc. Le validisme donne le sentiment aux personnes atteintes de troubles qu'elles ne sont pas assez bien. Cela contribue à augmenter l'isolement et la peur du regard des autres.

👋 Cet article peut vous intéresser : Lunatique et bipolaire, quelle différence entre les deux ?

La banalisation de la psychophobie

Le langage n’aide pas à déconstruire les nombreux clichés 😣. On dit facilement “t’es fou” lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec nous. Si cette expression reste assez quelconque, il y a plus grave. J’ai déjà entendu “T’es schizo” ou “T’es bipolaire” quand une personne est d’humeur changeante. Il y a une psychiatrisation de nos comportements et de nos problèmes, ce qui contribue à alimenter la stigmatisation. Cela invisibilise en plus énormément les personnes qui sont malades et ça banalise les troubles psy 👎.

“Les troubles de santé mentale ne sont pas des insultes” par les Folies Passagère

“Les troubles de santé mentale ne sont pas des insultes” par les Folies Passagère

“Fou/folle” vs “Saine d’esprit”

Le problème est qu’on oppose les personnes qui n’ont pas de troubles psychiques, à celles qui en ont via le cliché “fou/folles vs saines d’esprit”. D’ailleurs, lorsque j’étais petite, je me souviens qu’on m’avait fait comprendre que les gens qui allaient chez les psys, c’était les gens “fous”... Dans l’imaginaire collectif, il existe cette image du dément avec une camisole et enfermé dans une cellule capitonnée. Il y a une dualité, soit on va bien, soit on est fichu, car notre cerveau est atteint. Pour beaucoup, il n'est pas concevable d'être normale et d'avoir un trouble de santé mentale 🤦‍♀️.

Le tabou de la santé mentale

La psychiatre et directrice de recherche à l’Inserm, Anne Giersce, explique que les maladies mentales sont encore trop mal connues et comprises. La psychiatrie est une discipline récente, cela fait peu de temps que les troubles psychiques sont véritablement pris en compte. Le tabou de la santé mentale a la peau dure, car les pathologies restent difficiles à expliquer. Les gens n’arrivent pas à comprendre ce qu’ils ne perçoivent pas, ce qui est invisible.

📌
La psychophobie, c’est aussi la peur de devenir fou ou folle. Il y a un total manque d’information sur ce qu’est d'avoir un trouble psychique. Il y a une vraie peur d’une dégénérescence du cerveau et d’être écarté de la vie en société.

Cela contribue au fait de ne pas aller facilement vers le soin. En effet, beaucoup de personnes en souffrance ont peur de demander de l’aide et de se faire accompagner à cause de ce tabou et des clichés véhiculés. En plus, qui n'a jamais entendu les gens dire “ça va passer” 🙄 ? Comme si la dépression ou la bipolarité n'était qu'une mauvaise passe. Quand on se casse une jambe, on va aux urgences pour se faire soigner, on n’attend pas que “ça passe”. C’est pareil pour les troubles psychiques ! 

Paye ta psychophobie

Heureusement, les choses commencent un peu à évoluer. Il y a des personnes qui osent faire bouger les choses autour de la psychophobie. Les jeunes de la génération Y et Z sont de plus en plus sensibilisés aux troubles psychiques, notamment grâce aux réseaux sociaux 👏. En effet, on brise le tabou autour de la santé mentale grâce à Instagram. Le compte “Paye ta psychophobie” dénonce justement les oppressions sur les troubles mentaux. L’autrice du compte Paye ta psychophobie explique ceci :

“Je l’ai créé il y a un an et demi parce que je me rendais compte que la psychophobie n’était pas du tout connue, déplore-t-elle. Moi, ça m’a aidée que l’on mette un mot sur ce que je ressens. Du coup, je me suis dit que j’arriverais peut-être à toucher d’autres personnes et que cela pourrait faire un peu plus connaître la psychophobie.”

“Réaction des politicien.nes face au manque d’accès aux soins de santé mentale malgré des déclarations répétées de l’ONU : Tout va bien !”

“Réaction des politicien-nes face au manque d’accès aux soins de santé mentale malgré des déclarations répétées de l’ONU : Tout va bien !”

“Lorsque je me rends compte que mes proches n’ont toujours pas compris que j’ai un trouble psychologique.”

“Lorsque je me rends compte que mes proches n’ont toujours pas compris que j’ai un trouble psychologique.”

Si la pscyhophobie n’existait pas…”

“Si la psychophobie n’existait pas…”

“Moi croyant que la dépression était juste de la tristesse.”

“Moi croyant que la dépression était juste de la tristesse.”

Lutter contre la psychophobie

Des comptes comme celui-ci aident à lutter contre la psychophobie. Il est important d’éduquer et de sensibiliser son entourage afin de mettre fin aux clichés liés aux troubles mentaux. Par exemple, lors de mon repas de famille, j’ai repris la personne en expliquant pourquoi c’était mal de parler ainsi. Bien sûr, tout le monde ne réagira pas de manière bienveillante, mais installer le dialogue permet une ouverture d’esprit et une réflexion sur le sujet 💡.

J’ai aussi parlé de mon cas personnel, puisque je souffre d'un trouble anxieux et que j'ai déjà traversé une dépression. Livrer un témoignage et/ou donner la parole aux personnes concernées est aussi crucial 💬. Cela permet de réhumaniser la personne qui a un trouble et de lui donner un visage. Si on n'est pas concernée, mais que l'on veut aider, on peut parler d’un ou une proche qui vit cela avec empathie.

Enfin, si sent que ça ne va pas et que nos proches nous dénigrent, il faut trouver de l’aide ailleurs : en se rapprochant d’un professionnel de santé, d’une association comme SOS Psysafe, d’un groupe en ligne, etc. Il ne faut pas rester dans la souffrance par honte ou appréhension à cause de la psychophobie.

L'avis de la rédaction : déconstruire l'imaginaire

Les choses évoluent petit à petit, mais il est important de continuer à faire évoluer l'imaginaire autour de la santé mentale. L'esprit, comme le corps, ça se soigne. Après tout, quand on a mal au dos ou au ventre, pas d'hésitation, on va voir son médecin. He bien quand c'est la tête qui souffre, c'est pareil, on prend rendez-vous et on se soigne. 👉 N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues si vous sentez que quelque chose cloche. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : doctissimo.fr / terrafemina.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube