Trouble d’anxiété de séparation : qu'est-ce que c'est ?

Mis à jour le par La rédaction Wengood

A chaque séparation, c'est la même chose. Votre enfant pleure à chaudes larmes. Pourquoi vit-il si mal ce moment ? Cela pourrait bien venir d'une anxiété profonde. Pour la considérer comme un trouble d'anxiété de séparation, les symptômes doivent perdurer depuis au moins 4 semaines. Mais alors comment se caractérise-t-il ? Que faire pour aider un enfant souffrant du trouble d'anxiété de séparation ? On vous dit tout.

Trouble d’anxiété de séparation : qu'est-ce que c'est ?

Le trouble d'anxiété de séparation apparaît lorsque l'enfant est particulièrement anxieux vis-à-vis d'une séparation avec les personnes auxquelles il est attaché. Si cette angoisse reste normale chez les enfants âgés entre 8 et 24 mois, elle peut être considérée comme un trouble si elle persiste au-delà ou si elle se manifeste plus tard. Vous pensez que votre enfant souffre de cette anxiété profonde ? Certaines caractéristiques peuvent être révélatrices. 


 Le saviez-vous ? 

Le trouble d'anxiété de séparation toucherait environ 4% des enfants et des jeunes adolescents. 


Comment se manifeste le trouble d’anxiété de séparation chez l’enfant ?

L’enfant peut développer cette anxiété suite à un événement traumatisant comme la mort d’un proche ou d’un animal de compagnie, d’un changement d’école, un divorce, un déménagement… Cette angoisse se traduit par une peur de l’abandon et de la solitude. Le plus régulièrement, l’enfant va exprimer sa peur d’être perdu et ne plus revoir ses parents. A cause de son jeune âge, il n’arrive pas à être objectif et élabore des scénarios catastrophes comme des accidents ou des maladies.

Trouble d’anxiété de séparation : symptômes chez l’enfant

Plusieurs indices peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de ce trouble comme par exemple :

  • Un refus d’aller à l’école
  • Un refus d’aller dormir ailleurs que chez lui (chez des amis ou même chez les grands-parents)
  • Une incapacité à rester seul dans une pièce. Ici l’enfant recherche une présence constante. Telle une ombre, il suit à la trace l’un des parents (ou les deux)
  • Des cauchemars à répétition sur le thème de la séparation
  • Des douleurs physiques comme des maux de tête, nausées, pleurs, douleurs abdominales quand l’une des figures rassurantes n’est pas là (ou les deux)
  • Une quête de l’attention excessive

Trouble d’anxiété de séparation : que faire pour aider votre enfant ?

Rien ne sert d’inciter votre enfant à aller à l’école, ou de lui dire et répéter que cela sera vraiment super chez ses grands-parents. Plus vous essayerez de le convaincre, moins il se sentira compris. Pour l’aider, privilégiez plutôt les phrases du type, « Je comprends ta tristesse car se séparer n’est pas toujours facile. ». Pour l’aider et prévenir le trouble d’anxiété de séparation, quelques astuces peuvent vous être utiles :

  • Ne partez pas sans le prévenir, expliquez-lui la cause de votre départ. Si vous ne le faites pas, il vivra cela comme un abandon.
  • Si votre enfant a peur, surtout devant des étrangers, abusez des câlins. Pour éviter cette peur, dès le plus jeune âge habituez bébé à voir du monde.
  • Montrez-lui qu’il est capable de faire de grandes choses seul.
  • Poussez-le à être indépendant dans des actions du quotidien.
  • N’hésitez pas à lui laisser son doudou qui est une source de réconfort. Le doudou est aussi un bon moyen de réduire le stress chez l'enfant.
  • Apprenez-lui l’étape de séparation en jouant à cache-cache. Dès les premiers mois, cachez-vous derrière une couverture. Si l’enfant est plus âgé, cachez-vous dans la maison. Ce jeu lui permet de réaliser que vous existez toujours même s’il ne vous voit pas.
  • Optez pour des livres traitant de la séparation, comme A ce soir !de Jeanne Ashbe ou encore celui de Elizabeth Pantley Elle est où, maman ? 

Notez que si votre enfant est excessivement anxieux, il est judicieux de consulter un psychologue et de commencer une thérapie cognitive qui permettra de comprendre l’origine de cette crainte.


Contacter un thérapeute



Article proposé par La rédaction Wengood

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici