Je ne veux pas quitter mon bébé... et ça va !

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Dans la vie, il y a plein de trucs que je n'aime pas faire. Me séparer de mon bébé en fait partie et rien ne m'irrite plus que lorsqu'on me dit de me "décoller" de mon fils. Je n'aime pas le confier et il est très dur pour moi de partir sans lui, mais est-ce que c'est vraiment un problème ?

Je ne veux pas quitter mon bébé... et ça va !

Il n'y a que moi qui sait faire

Ma vie est ainsi faite. Quelques mois après la naissance de mon fils, j'ai dû retourner au travail et donc le faire garder. Il avait 6 mois et personne ne l'avait jamais gardé. Je ne faisais que penser à mes copines qui avaient attendu ce jour avec hâte, parce que moi, j'appréhendais. 

🙅‍♀️ Impossible de déléguer à une personne étrangère, personne ne semblait autant à la hauteur que moi. Personne ne sait s'occuper de mon bébé comme moi. Je sais que j'ai un problème avec le contrôle, mais il y a aussi la culpabilité : le laisser, c'est l'abandonner.

>>> Cet article pourrait vous aider : Reprendre le travail après un congé maternité, comment gérer la séparation ?

Mon nouveau rôle de protectrice

J'ai entièrement intégré la notion de mère protectrice. C'est mon rôle, mais c'est aussi mon besoin : j'ai besoin de protéger mon fils, alors forcément, quand je suis séparée de lui, je ressens une profonde anxiété. On me dit très souvent que je suis trop collée à lui. Je comprends parfaitement que l'équilibre de certaines nécessite une reprise rapide d'une vie sociale. Une vie sociale, c’est bien, mais je m'épanouie aussi dans mon nouveau rôle. 

👩‍👧‍👦Je ne suis pas dupe, arriver ou non à quitter son bébé, parvenir ou non à la confier, sont des sujets sensibles qui dépassent largement le cadre de la mère. La séparation mère enfant est un besoin, une appréhension liée au passé et un apprentissage de chacun.

La séparation, une nécessité ?

Ça m'agace au plus haut point, mais quand je dis que je ne sacrifie rien en restant proche de mon enfant, il arrive qu'on me rétorque que c'est bien aussi pour lui d'être loin de ses parents. Qu'être sans cesse collés l'un à l'autre crée des rapports malsains, voire une relation dysfonctionnelle. 

🧘‍♀️Pour me calmer, je pense alors à la biologie. La maternité ou plus largement la parentalité nous rapproche immédiatement de notre côté animal et je crois que chercher à veiller à la sécurité et à la sérénité de son enfant est avant tout un besoin animal. Je pense qu'il n'y a rien de dysfonctionnel à vouloir prendre en charge le développement de ses enfants. Il est donc important d'être en phase avec soi-même, de s'écouter et de répondre à nos besoins viscéraux. Passez plus de temps à écouter vos tripes que vos copines ! 

Néanmoins, la séparation peut avoir des intérêts. Une fois que j'ai eu à passer ce cap difficile, j'ai commencé à observer mon bébé de plus près : il s'adaptait à merveille. Les enfants sont bien plus résilients que nous, bien moins fragiles aussi, alors j'ai lâché prise. Je resterai toujours sa maman et notre existence commune sera parsemée de séparations, la façon dont seront gérées et appréhendées ces séparations seront la preuve de l'attachement qui nous unit : pour bien se détacher, il faut être bien attachés et c'est tout l'art d'être maman, faire et se faire assez confiance pour accueillir et laisser partir.

>>> Voilà un article qui pourrait vous intéresser : Mes enfants me manquent, comment gérer la garde alternée ?

Apprendre à se séparer de son bébé

"Je t'aime parce que tu es mon enfant, mais que tu n'es pas à moi." extrait de Mon Amour, livre d’Astrid Desbordes

Un passé qui ne passe pas

Enfin, la difficulté de quitter son bébé peut venir de notre histoire, de nos besoins, de nos valeurs, de nos blessures et dépend en partie de notre lien avec notre propre mère. On peut s'interroger sur les raisons pour lesquelles on n'arrive pas à se séparer de son enfant et se faire aider par un psychologue, si besoin. Mais surtout, il faut éviter de dramatiser la situation ! 

⌚Je suis intimement persuadée que se séparer de son enfant, c’est un apprentissage qui prend plus ou moins de temps. Il ne faut pas minimiser cette situation et nos ressentis. On évitera donc de se précipiter et on avance petits pas par petits pas, parce que c'est aussi comme ça que la route est la plus belle !

L'avis de la rédaction : une première séparation terriblement douloureuse

Après des mois de fusion, la première séparation peut être terriblement douloureuse. Vous savez pourtant que cette séparation est nécessaire et va lui permettre de créer sa propre identité, de s'inscrire dans un groupe social (les enfants chez la nourrice ou à la crèche) et lui donner la preuve qu'il est capable de réaliser des choses seul. Oui, mais, l'idée de vous séparer de lui vous tord toujours le ventre et c'est normal... A chacune sa façon de réagir. Si l'idée de la séparation vous angoisse fortement, il ne faut pas hésiter à contacter un psychologue afin de discuter ensemble de la situation.

Contacter un psychologue

Sources : Je ne veux pas quitter mon bébé - Maman pour la vie
Les mamans ont du mal à déléguer - Parents

Découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici