Comment ne pas répéter les erreurs de ses parents ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J'ai une blessure d'enfance en moi que j'essaie de soigner depuis plusieurs années. Elle s'est produite à cause d'une erreur inconsciente de mes parents. Je ne souhaite pas que mes enfants aient eux aussi la peur de l'abandon. Comment donc ne pas répéter les erreurs de nos parents sur nos enfants ? Quelles sont les solutions pour réinventer le modèle ? J'ai creusé le sujet et voici ce que j'ai trouvé à ce propos.

Comment ne pas répéter les erreurs de ses parents ?

Comprendre les blessures de son enfance

Qu’on se le dise, les parents parfaits n’existent pas  🤧! On fait toutes des erreurs un jour ou l’autre et elles sont souvent inconscientes. Néanmoins, il faut être vigilant, certaines peuvent créer une blessure universelle dont votre enfant pourrait souffrir toute sa vie. Elles sont à l’origine de peurs car un besoin de sécurité n’a pas été comblé.

Généralement, il y a 5 blessures universelles que l’on rencontre dans l’enfance, qui naissent à cause d'erreurs traumatisantes : l’injustice, le rejet, la peur de l’abandon, la trahison et l’humiliation. Il est important de veiller à ne pas reproduire nos propres blessures. Malheureusement, beaucoup de personnes en souffrent sans le savoir.

Si on veut éviter de reproduire les erreurs de nos parents, c’est que l’on a conscientisé le problème et c'est une bonne nouvelle. En effet, comme le dit le psychologue, Robin Zasio, la clé pour briser les schémas malsains est la prise de conscience, c'est elle qui permet de prendre un chemin différent. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’on ne va pas faire d'autres erreurs. Par exemple, si on a eu des parents absents, il ne faut pas prendre le contre-pied en étant envahissant et étouffant. Alors comment faire ?

Faire la paix avec son passé

Si on a eu des parents toxiques, il n’est pas possible de tout pardonner. Cependant, pour notre propre bien-être, il faut déterminer les blessures et verbaliser ce qui n’allait pasCommuniquer ouvertement sur les problèmes familiaux est difficile, mais c'est essentiel pour guérir et aller de l'avant, comme l'a dit le psychologue, John Gottman. Cependant, parfois, il n’est pas possible de le faire en face à face, car le dialogue est rompu ou que nos parents sont décédés. Dans ce cas-là, on peut envisager de rédiger une lettre à nos parents ou même d’entamer un travail thérapeutique

👨‍👩‍👧‍👦 

Si on échange avec nos parents et qu’ils sont ouverts à l’idée, il est même possible d’envisager une thérapie familiale. Dans tous les cas, cela sera un moyen de se libérer du passé pour se concentrer sur le présent.

De plus, lorsqu’on a eu un passé traumatique et que l'on est parent à notre tour, il est important d’en parler à ses enfants. Attention, il ne faut pas le faire lorsqu’ils sont petits. Il faut attendre qu’ils soient en âge de comprendre notre histoire et nos blessures. Il est possible de s’excuser et de raconter notre histoire, tout en mettant en avant que ce n’est pas la leur. Nous sommes les seuls responsables de nos comportements envers nos enfants, il ne faut en aucun cas leur faire porter ce poids. C’est pourquoi le dialogue doit être fait lorsqu’ils sont en âge de comprendre. 

🙅‍♀️ Se libérer des non-dits signifie aussi que les secrets de famille doivent être libérés. Garder des choses enfouies est nocif, aussi bien pour les parents que pour les enfants, qui ressentent très bien lorsque quelque chose ne va pas.

👋 Cet article peut vous intéresser : Famille toxique, comment la reconnaître ? 5 signes qui ne trompent pas

Se dissocier de ses enfants

Pour être sûre qu’on répond à tous les besoins de notre enfant, il faut l’écouter ! Par exemple, si notre enfant nous raconte sa journée, il est nécessaire de prêter attention à ce qu’il dit. On peut manquer le fait qu’il se soit disputé avec un camarade et qu’il soit perturbé. L’écoute active permet de se concentrer sur les paroles de l’autre, ça vaut aussi pour nos enfants. Il est compliqué d’être tout le temps concentré mais il faut au moins dégager un dialogue pour être en totale connexion avec nos enfants.

  • 👉 Être à l’écoute permet de déceler les besoins comme la sécurité, l’amour, la communication, la reconnaissance et l’épanouissement.
  • 👉 Être à l’écoute, c’est aussi ne pas anticiper en fonction de nos traumatismes et de nos chocs émotionnels.

Il faut dissocier le soi de nos enfants : ils ne sont pas nous ! Ce sont des personnalités à part entière qui dépendent de nous. On doit les élever mais pas projeter nos désirs sur eux. Il faut être là pour les accompagner dans leurs passions et projets. Pour y parvenir, on doit se débarrasser de nos croyances limitantes pour sortir de notre zone de confort. Elles sont généralement héritées de notre famille, notre entourage et milieu social.

💪 On doit pouvoir pousser son enfant à explorer le champ des possibles, à découvrir, s'instruire, être curieux, etc.

L'avis de la rédaction : un cheminement complexe

Si vous vous demandez comment ne pas reproduire les erreurs de vos parents, c'est une bonne chose, vous avez conscientisé que certains points n'allaient pas et vous voulez protéger vos enfants. Pour autant, le cheminement intellectuel n'est pas simple et faire l'opposé de vos parents n'est pas la solution. C'est un travail sur soi complexe qui doit être accompagné par un psychologue. N'hésitez pas à prendre rendez-vous :

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : "Les schémas répétitifs : Arrêter de reproduire les mêmes erreurs et prendre son histoire en main" de Christophe Carré // "Raising An Emotionally Intelligent Child" de John Gottman

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube