Prophétie autoréalisatrice : comment nos pensées négatives nous tirent vers le bas

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai toujours eu tendance à être négative et à partir perdante plutôt que gagnante. Oui, je préférais me dire que j’allais échouer à un examen, un entretien, une expérience… Comme ça, je me disais que je ne serais pas déçue. Sauf que ce genre de pensées influencerait notre comportement ! C’est ce qu’a mis en avant un concept appelé la prophétie autoréalisatrice. Qu’est-ce que c’est ? Quelles conséquences ? Est-ce possible de ne plus faire de prophéties négatives ? Explications.

Prophétie autoréalisatrice : comment nos pensées négatives nous tirent vers le bas
Sommaire : 

Qu’est-ce qu’une prophétie autoréalisatrice ?

Forgée par Robert King Merton, la prophétie autoréalisatrice est un concept de sciences sociales et psychologiques. Pour faire simple, ce sociologue américain a démontré que notre comportement est modifié par nos croyances. Si on s’attend à ce qu’un événement se déroule de manière négative, on va être influencé par nos pensées 😲.

📌
C’est typiquement ce que j’expliquais en introduction. J'ai longtemps pensé négatif en croyant que ça m’éviterait d’être trop déçue : permis, bac, master, rendez-vous amoureux, tout y est passé ! Sauf que cette croyance limitante ne m’a pas évité de la déception, elle m’a même fait échouer. On parle alors de prophétie autodestructrice, tant ce qu’on croit peut bloquer la réalisation des événements…

Prophétie autoréalisatrice et effet Pygmalion

Ce concept de prophétie autoréalisatrice est aussi connu sous le nom d’effet Pygmalion, dont on vous a déjà parlé sur Wengood. En médecine, elle aura le nom de l’effet nocebo, qui a le même fonctionnement que l’effet placebo, mais avec des conséquences négatives. On en a d’ailleurs beaucoup entendu parler pendant la période Covid et vaccin… Le problème est que la prophétie autoréalisatrice est négative parce que c’est un biais cognitif engendré par plusieurs années de dépréciation et de blessures émotionnelles. Nos croyances sont à la base de nos comportements et de nos états d’esprit, ce sont elles qui nous mènent vers la réalisation de notre propre prophétie.

Cet article peut vous intéresser sur un autre biais cognitif >>> Quand l’effet Halo nous fait porter un jugement hâtif

Des exemples de prophéties autoréalisatrices

Des exemples valent mille explications, je vais vous en donner trois à propos de ma propre expérience :

👉 Prophétie n°1 : “Je n’aurais jamais le permis de conduire”

Je crois que c’est l’examen qui m’a le plus stressé, plus que mon bac même 😱 ! Cela incluait tellement de responsabilités que je me disais que jamais je ne l’aurais. Prendre le volant seule me terrorisait, car j’avais peur de causer un accident. J’ai mis plusieurs mois à accepter une date de mon auto-école, pour passer ce fichu permis de conduire. Évidemment, j’étais tellement conditionnée à échouer que je ne l’ai pas eu 😥.

Heureusement, mon instructeur s’était rendu compte que j’avais un problème de confiance en moi. Il a tout fait pour que je repasse le permis très rapidement. J’ai été coachée pendant 3 semaines, ce qui m’a débarrassé de mes a priori sur mes capacités, tout en me rassurant sur mes peurs. Gonflée à bloc, j’ai repassé le permis. Et devinez quoi ? Je l’ai eu haut la main ! J’ai désormais 12 ans de permis de conduite et aucun accident à déplorer 😎.

👉 Prophétie n°2 : “Je suis la pire des candidates”

J’ai connu aussi un échec dans ma vie professionnelle à cause d’une prophétie autoréalisatrice. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai passé plusieurs entretiens, dont un qui m’a particulièrement marqué, car il était collectif 😫. Nous étions une quinzaine de candidats et nous avons dû nous présenter chacun notre tour, devant tout le monde. Ma glossophobie s’est emparée de moi et j’ai eu beaucoup de mal à trouver de l’assurance, parce que j’étais persuadée d’une chose : “je suis la pire des candidat·e·s, les autres sont bien mieux, ils ont plus d’expérience”. Convaincue de cela, je n’ai pas donné le meilleur de moi-même 😢. Le pire a été de répondre à la question “pourquoi vous et pas un.e autre ?” devant tout le monde... 

Évidemment, je n’ai pas été retenue, en plus d’avoir passé un mauvais moment 😅. Sur les conseils de mes proches, j’ai quand même demandé à l'entreprise pourquoi je n’avais pas été retenue. Ils m’ont répondu que je manquais de confiance et qu’ils avaient peur que je ne résiste pas à la pression. Ah, fichu syndrome de l’imposteur…  

👉 Prophétie n°3 : “Je ne suis pas assez bien pour lui”

Troisième exemple par rapport à ma vie amoureuse. Lorsque j’étais à la fac, j’ai eu un coup de cœur pour un jeune homme de ma promo. Cependant, je n’arrêtais pas de me dire qu’il était trop bien pour moi et qu’à part me payer une bonne honte, ça ne servait à rien de tenter un rapprochement 😬.

Sauf qu'on est devenu ami plusieurs années après. Étant en couple et heureux chacun de notre côté, je me suis dit que j’allais lui avouer mon crush pour le faire sourire. Cependant, c’est là que j’ai découvert que je lui plaisais aussi à l’époque et qu’il n’a jamais osé me le dire non plus… Eh oui, comme quoi 😳 ! Je n’ai jamais osé avouer mes sentiments et lui non plus, à cause de nos biais cognitifs !

Les conséquences de ces prophéties autoréalisatrices

Les conséquences de nos prophéties autoréalisatrices sont limpides. On se met tellement en situation d’échec, qu’on va droit dedans ! À force de ne pas parvenir à accomplir nos projets, on rentre dans une spirale qui nous rend malheureuse et qui diminue notre estime de nous 🤕. 

De manière globale, les pensées négatives se déploient dans la société et elles ont des conséquences désastreuses. Les prophéties autoréalisatrices s’incarnent dans les stéréotypes à l’échelle collective 😞. Par exemple, une personne qui vient d’une communauté minoritaire aura plus de mal à réussir, en raison des pensées erronées qui sont dans la tête des autres. C’est pourquoi il est important de les déconstruire, que ce soit pour nous ou les autres. Pendant longtemps, ces pensées négatives ont influencé ma vie. C’est pourquoi, j’ai décidé de changer.

Comment faire disparaître ce biais cognitif ?

La première chose à faire est de s’interroger sur la façon dont on perçoit les choses et dont on imagine notre vie. Si vous êtes sur cet article, c’est que vous vous posez des questions, ce qui est déjà la première étape pour travailler sur cet état d’esprit. Prendre connaissance de l’existence des prophéties autoréalisatrices permet de les repérer plus facilement et de les combattre. Ce sont ces dernières actions qui permettent de faire disparaître une croyance limitante, qui sera à l’origine de la prophétie autoréalisatrice ⛔.

Faire des prophéties positives

Autre solution, au lieu de formuler une prophétie négative, on peut s’exercer avec la pensée positive en formulant des prophéties avec un résultat heureux. On voit le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide : ce permis de conduire, je vais l’avoir 💪 ! Il n'y a aucune raison pour que je ne sois pas retenue pour ce poste 💪 ! Ce garçon me plaît, je fonce lui dire et s’il ne m’aime pas en retour, c’est OK 💪 !

⚠️ Attention tout de même : Faire des prophéties positives et prendre confiance en soi sont deux comportements qui peuvent faire la différence, mais il ne faut pas pour autant faire de la positivité toxique. On a le droit d’aller mal, surtout si on sent que l’on a des symptômes dépressifs ou tout autre problème de santé mentale. L’important est d’être à l’écoute de soi pour comprendre notre propre fonctionnement et d’être accompagnée en cas de besoin 🤗.

Cet article peut vous intéresser >>> Pourquoi je n'arrive jamais à voir le positif ? Je vois tout en noir !

Prendre confiance en soi

Faire des prophéties positives n'est pas aussi facile que je le dis. Difficile de se convaincre qu’on va être la meilleure alors que ça fait 30 ans qu’on dit, qu’on se répète, que les autres sont mieux... 

C'est parce que la principale raison est le manque de confiance en soi. Si on ne croit pas en nous, on fabriquera des pensées erronées à propos de nos capacités. C’est criant de vérité pour moi, ce fut le cas pendant plusieurs années. Néanmoins, j’ai pu travailler sur moi, avec de l’aide, pour parvenir à m’épanouir et à être un peu plus en paix avec moi-même. C’est un travail de longue haleine, mais il vaut le coup 😌 ! Cela passe par le fait de reconnaître nos propres qualités et de se fixer des objectifs qu'on peut atteindre. Au fur et à mesure, on va progresser et il va y avoir un effet boule de neige, ce qui nous aidera à croire de plus en plus en nous 🥳 !

L'avis de la rédaction : un travail sur soi à faire...

Vous l'aurez compris, à force d'envisager le pire, il se produit ! Il est donc urgent de changer vos habitudes et votre façon de penser. La bonne nouvelle, c'est qu'il existe des thérapies très efficaces pour traiter ce type de problème, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Au fil des séances, vous comprendrez d'où vient ce comportement, pourquoi, et comment mettre en place de nouvelles habitudes pour être plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : cairn / shortcogs.com / wikipedia.org

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube