Glossophobie : comment vaincre la peur de prendre la parole en public ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Mal à l’aise, plus aucun mot audible ne sort de ma bouche... Je suis face à une assemblée qui attend que je parle, mais impossible, le trac me paralyse. Si ce blocage vous est déjà arrivé aussi, vous souffrez peut-être de glossophobie, la peur de parler en public. Cette anxiété, qui se transforme en grande source de stress, est commune à de nombreuses personnes ! Alors, comment faire pour vaincre la glossophobie et arriver à parler en public ? On vous dit tout.

Glossophobie : comment vaincre la peur de prendre la parole en public ?

Les causes de la glossophobie

La peur de parler en public est une peur déraisonnable qui empêche de fonctionner normalement. Elle peut trouver son origine dans l'éducation, le milieu sociale, mais bien souvent, il s'agit d'un événement traumatisant dans la vie familiale ou scolaire. Ce dernier a été vécu comme une humiliation que l'on craint de revivre en s'exposant ainsi au regard de tous.

👉 Tous et toutes victimes de la glossophobie ? Quand il s'agit de prendre la parole en public, nous serions 75 % de glossophobes et 80 % à ressentir du stress. Une mauvaise nouvelle ? Pas vraiment. Bien utilisé, le trac peut au contraire nous stimuler et nous pousser à être meilleur. Une prise de parole bien préparée sera une prise de parole mieux appréhendée.

💬

Personnellement, j'en étais arrivé au point où, quand je savais que je devrais prendre la parole en public, j'espérais sérieusement être victime d'un accident avant que cette prise de parole n'ait lieu. Une stratégie d'évitement comme les autres 😅. Quand j'étais au pied du mur, obligée de parler devant une assemblée, c'était simplement l'horreur. Rouge, en sueur, je bafouillais des mots qui semblaient tous s'agripper à ma langue, refusant de sortir 🥵. Je finissais inévitablement avec l'irrépressible envie de fuir les lieux et d'être, pourquoi pas, à nouveau victime de l'accident qui m'avait échappé tout à l'heure...

Des peurs sous-jacentes

Au-delà des origines de la glossophobie, on peut aussi noter que la peur de parler en public est engendrée par d'autres peurs sous-jacentes :

  • La peur liée à l’enjeu de la situation : Que ça soit lors d’une présentation, d'un entretien d’embauche, d’un concours ou d’un test de sélection, plus l’objectif visé est important, plus le stress est grand. Avec la glossophobie, la peur de l’échec est omniprésente.
  • La peur d’être jugé.e : La peur du regard des autres, de déplaire aux autres, d’être critiqué, d’être moqué est intense. La personne va développer son anxiété notamment si elle pense que les personnes voient son hyperémotivité.
  • La peur de l’incompétence : La personne ne sent pas à la hauteur au niveau de la reconnaissance. Cette peur est souvent la cause du stress et du mal-être au travail. Sous-estimer sa compétence est loin d’être un complexe isolé, il a d’ailleurs un nom : le syndrome de l’imposteur.

Les symptômes d'une anxiété sociale

La glossophobie fait partie de l'anxiété sociale, puisqu'elle touche à la peur d'être embarrassé, humilié ou encore à la préoccupation du jugement des autres, qu'il s'agisse d'un petit groupe de personnes ou d'une plus grande assemblée. On peut même la qualifier de phobie, si elle handicape considérablement la vie d'une personne. Les symptômes liés à la glossophobie peuvent varier d'une personne à l'autre et sont plus ou moins intenses suivant que l'on sache ou non gérer son anxiété et sa peur. 

👉 Les symptômes notables sont les suivants :

  • anxiété et stress intense avant la prise de parole,
  • mise en place de stratégies d'évitement,
  • maux de ventre, nausées, diarrhée,
  • sentiments de panique,
  • augmentation du rythme cardiaque,
  • augmentation de la pression artérielle,
  • dilatation des pupilles,
  • transpiration,
  • raidissement de la nuque,
  • assèchement de la bouche,
  • etc.

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Pourquoi je m'excuse tout le temps ? Le syndrome du “désolé·e”

Comment faire pour vaincre la glossophobie ?

1. Reprenez confiance en vous

Listez vos points forts et vos réussites. Ces appuis vous aideront à reprendre confiance en vous. Notez que pour être à l’aise avec autrui, il faut d’abord être à l’aise avec vous-même. Il est donc important de vous détacher du regard des autres et autorisez-vous le droit à l’erreur, primordial pour apprendre.

2. Entraînez-vous

N’hésitez pas à vous entraîner face à un miroir. Cette technique, très utilisée au théâtre, permet de mieux apprécier votre image, de vous améliorer et ainsi éviter que le regard des autres ne vous bloque.

3. Identifiez les causes

Il est essentiel d’identifier les causes de votre anxiété pour mieux apprivoiser vos peurs. Vous conserverez ainsi uniquement le « bon » stress qui agit comme un moteur et non comme un frein. Prenez du recul sur la situation et n’hésitez pas à déléguer, à oser dire non et à vous organiser dans votre travail.

4. Faites retomber la pression

Réalisez des exercices de détente comme de la relaxation ou de la sophrologie par exemple. La respiration est un point clé d’une bonne prise de parole, privilégiez la respiration abdominale qui vous permet de contrôler votre souffle et de vous détendre.

5. Travaillez votre communication non-verbale

Il est très important de travailler la communication non-verbale, qui est un pilier essentiel dans la prise de parole en public. Veillez à votre ancrage dans le sol, à balayer du regard régulièrement votre assemblée et à ne pas avoir vos mains dans les poches. Si vous tremblez, vous pouvez utiliser un papier cartonné ou un stylo pour calmer ce symptôme. 

⚠️ Attention, aux bruits désagréables pour votre auditoire ! Ne prenez pas une feuille de papier simple qui pourrait accentuer le tremblement et faire du bruit. Évitez également le stylo rétractable à clic qui pourrait vous inciter à jouer avec… 

6. Apprenez à faire face aux cafouillages

Nul n’est à l’abri d’un moment de panique lié à un trou de mémoire, à un lapsus ou à un bafouillage. Il est donc très important de savoir faire face à ces problèmes. Restez spontané, n’hésitez pas à utiliser l’humour par exemple ou à demander directement à votre auditoire de participer, un moyen efficace pour capter l’attention de certaines personnes qui n'étaient plus attentives.

👉 Pour aller plus loin, n'hésitez pas à consulter nos 10 astuces pour réussir sa prise de parole en public. Une fois votre peur vaincue, il est important de s'exercer pour maîtriser l'art du discours ! 

L'avis de la rédaction - La nécessité de trouver la cause de cette peur

Pour vaincre sa glossophobie, au-delà des exercices, il peut être nécessaire de se faire soigner. En effet, si la crainte de prendre la parole en public pose des problèmes quotidiens, trouver l'origine de cette peur peut s'avérer nécessaire. Dans ce cas, quelques thérapies peuvent aider et accompagner. Par exemple, une thérapie comportementale et cognitive est efficace pour lutter contre les croyances limitantes qui sont installées et bloquent la prise de paroles. N’hésitez donc pas à prendre contact avec un psychologue pour travailler sur cette peur. Plus largement, un professionnel saura vous offrir de l’écoute et de l’aide pour trouver la cause de votre anxiété.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Le trouble d'adaptation : causes, symptômes et traitement

La vie est faite de choses inattendues. Parfois, on a des jolies surprises, parfois, on vit des événements traumatisants. Ces derniers peuvent aboutir à ce qu’on appelle un “trouble d’adaptation”. Je l’ai vécu lors du décès de ma mère, le choc était tellement immense que je n’arrivais plus à gérer. Si vous avez l’impression d’être dans une période très difficile après un choc, peut-être que vous êtes concerné aussi par le trouble d’adaptation. Parlons-en.

Femmes cougars, oui et alors ? Fichez-nous la paix !

“Toi t’es une cougar !” Oui enfin… Mon mec et moi, on n'a que 5 ans de différence. On me dit ça, car évidemment, je suis la plus vieille. Et ça me rend dingue qu’on me mette cette étiquette de cougar, même si au début ça pouvait me faire sourire. En fait, je me suis aperçue à quel point ce terme était sexiste et mal venu. Alors quitte à être comparées à un prédateur sans pitié, sortons les griffes et montrons à quel point il faut nous foutre la paix !

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube