Positivité toxique : je m'interdis d'aller mal... et c'est mal

Mis à jour le par Lauriane Amorim

L'optimisme c'est bien. "ça va aller", "sois forte", "tout finira par rentrer dans l'ordre". Vous vous l'êtes dit, on vous l'a répété et si cette positive attitude a du bon, parfois elle devient toxique. Quand on s'interdit d'aller mal, le mental risque d'en souffrir profondément.

Positivité toxique : je m'interdis d'aller mal... et c'est mal

Positivité toxique : je dois être heureuse à tout prix

Pour la docteure Heather Monroe, assistante sociale et spécialiste de la santé mentale des jeunes adultes "La positivité toxique est l'idée que nous devrions nous concentrer uniquement sur les émotions positives et les aspects positifs de nos vies. C'est la conviction que si nous ignorons les émotions négatives ou moments difficiles, nous serons beaucoup plus heureux". Bref, c'est un peu comme si un énorme nuage squattait au-dessus de notre tête mais qu'on s'évertuait à dire qu'il fait super beau 😅.

Voir le positif aide souvent à surmonter des épreuves et à se protéger face à la dureté du monde. C'est aussi une façon de rassurer nos proches, de trouver quoi leur dire. Mais comme en toute chose, l'excès est néfaste et même toxique. ⛔ S'interdire d'aller mal et ignorer ses émotions et ses sentiments négatifs avec l'idée que nous serons ainsi plus heureux, est totalement contre-productif. Nos émotions, même les négatives, sont là pour une raison. Elles sont un signal fort que quelque chose se passe en nous ou autour de nous et il faut y prêter attention pour comprendre ce qu'il se passe en nous et comment faire cesser ce mal-être ou cet inconfort dans une situation donnée.

Être positive mais pas aveugle

Si on nous invite souvent à relativiser, à embrasser la feel good attitude, à toujours garder espoir, aller à l'encontre de nos ressentis n'est jamais très sain. En effet, ce n'est pas parce que vous ignorez votre stress, votre tristesse ou votre anxiété qu'ils vont disparaître. Bien au contraire ! Nier ses émotions, c'est prendre le risque de les exacerber car elles ne seront pas traitées. En somme, être positive c'est bien, mais savoir reconnaître et accepter ses émotions c'est mieux 😉.

positivité toxique

«Tout ce qui a de la valeur dans la vie est gagné au travers d’une expérience négative associée, qui a été surmontée. Toute tentative d’échapper, d’éviter ou de réduire au silence la négativité se retournera contre vous. Esquiver la souffrance, c’est souffrir.» Mark Manson - L'Art subtil de s'en foutre

De l'importance de prendre soin de la santé mentale

La positivité toxique est en fait un déni qui pousse à ne pas considérer la souffrance et donc à ne pas la traiter. Or, notre santé mentale n'est pas à prendre à la légère, si nous l'ignorons, elle ne passera pas. Il en va de même avec la détresse d'autrui. Réagir toujours positivement aux problèmes des autres les incite, malheureusement, à ne plus les évoquer. Sauf que c'est en se sentant écoutée et soutenue par autrui que l'on peut se guérir, quand l'isolement ou l'enfermement dans un sourire forcé 😁, la dissimulation de ses sentiments, peut conduire à plus de stress, des torrents d'émotions incontrôlables et parfois même à la dépression.

D'où l'importance d'accepter une certaine négativité pour soi mais aussi pour les autres. Parfois, au lieu de dire à une amie de ne pas s'inquiéter et que tout ira bien, on peut juste lui dire que oui, ce qu'elle vit en ce moment, ça craint. Ça n'empêche évidemment pas d'envoyer un message d'encouragement et de soutien.

Alors quoi ? Je deviens négative ?

Éviter nos problèmes en se plongeant dans une positivité à toute épreuve et donc toxique n'est pas la solution, mais s'enfermer dans le pessimisme n'est pas mieux. Il faut transformer la toxicité en quelque chose de plus sain.

Le premier pas pour vaincre la positivité toxique, c'est de reconnaître qu'il existe en chacun de nous 🎨 une palette d'émotions complexes qui coexistent ⏩ et on dit non à l'happycratie ou la tyrannie du bonheur ! La base pour aller bien sans se perdre dans le positif c'est de pouvoir extérioriser : de célébrer ses victoires, même minimes et de parler de ses échecs. Vous avez du mal à vous confier à vos proches ou à un psychologue ? Alors écrivez. Notez dans un carnet ce qui vous pèse. Ainsi vous laisserez partir les pensées négatives et elles cesseront d'habiter et de s'éterniser en vous.

L'avis de la rédaction : trop de positif tue le positif !

La positivité, c'est comme les bonbons, un peu ça mal mais trop, ça fait mal au ventre ! Il est temps d'apprendre à accepter vos émotions pour ce qu'elles sont, même les plus désagréables, sans essayer de les changer ou de les ignorer. Ce n'est pas facile mais cela se travaille. Vous êtes simplement un être humain avec toutes les émotions qui vont avec. Vous avez le droit de ne pas être toujours positif. Et vous savez quoi ? C'est parfaitement OK. Si vous ne parvenez pas à accepter vos émotions, que cette positivité toxique vous étouffe, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube