Le jour où j'ai pété les plombs au bureau, et après ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Et puis un jour, c'est la goutte d'eau. Celle qu'on pressentait, mais qu'on n'avait pas totalement vu venir. Un ordinateur qui plante, une ultime erreur, une frustration managériale. Et bam ! On pète les plombs sur son lieu de travail. Paroles déplacées, dégradation de matériel, crise de larmes, cris ou gestes malheureux, une fois la tempête passée, comment ça se passe le lendemain ? Comment revenir et retrouver sa place au travail quand on a pété les plombs ?

Le jour où j'ai pété les plombs au bureau, et après ?
Sommaire : 

Quand tu pètes les plombs au travail 

Deux ans que je passe pour une moins que rien. Sur le papier, je suis chargée de l'achat de droits de livres pour enfants. Dans les faits, c'est mon premier job et je suis la dernière engagée, donc je dois déjà m'estimer heureuse que mon patron ne me demande pas en plus de lui tenir le papier quand il va aux toilettes. 🧻

Il a une assistante. Elle gère l'administratif et les réservations aux restaurants. Moi, je dois faire mon travail, lui faire des photocopies, lui expliquer pourquoi on ne peut pas reproduire Mickey 🐭 dans nos livres, trouver du café à ses invités, dans une boîte où les employés n'ont pas le droit de boire de café et de temps en temps je dois aussi répondre à des demandes du genre "comment s'appelait le cheval de Napoléon ?", "Où est-ce que je peux acheter des Louboutins pas chères ? 👠" et "Vous êtes sûre que vous voulez me faire perdre de l'argent en employant un traducteur allemand ? Faites-le vous-même !" (Pour info LV1 : anglais, LV2 : espagnol, mais il s'en fout).

L'accumulation

Franchement, au travail on a tous eu un jour d'envoyer son clavier valser contre un mur ou les dents de son collègue. Après une humiliation, après un reproche, après une erreur ou un bug technique, mais on se retient, on cache notre émotion et on se calme. Sauf qu'en fait, on n'a pas éteint le feu, on l'a juste un peu couvert... Alors quand vient une autre réflexion, une autre humiliation, une autre demande folle, on explose !

Personnellement, de la journée, je ne retiens que mon pétage de plombs. Je crois bien que de toute façon, mon accumulation, ça faisait deux ans qu'elle durait. Je me souviens que j'étais extrêmement concentrée sur un dossier quand mon téléphone a sonné. La voix dédaigneuse de mon patron en est sortie pour me demander de venir dans son bureau. Là, il a fait une réflexion sur mon chemisier froissé (il était 16h) et m'a balancé, avec tout le mépris dont il était capable, une pile à photocopier "pour hier". J'ai soufflé, il a entendu. "Vous avez qu'à dire que ça vous emmerde de me faire mes photocopies."

😖 Je suis sortie du bureau, mi-bouillonnante, mi-terrifiée. J'ai jeté un œil dans le bureau de l'assistante du patron qui faisait mine d'être super-absorbée. Et je me suis dirigée vers la photocopieuse au fond du couloir, ma monstrueuse pile à la main. Tout au long de la traversée du couloir, je passais devant les bureaux de mes collègues qui me faisaient des simulacres de sourires compatissants ou détournaient le regard pour ne pas croiser ma honte. 

J'ai commencé à photocopier tout en pensant à mon dossier en cours, à mon rendez-vous que je devrais décaler pour pouvoir le finir à temps, à mon chemisier, à tous les efforts que j'avais fait pour obtenir mon diplôme et au bruit de la photocopieuse qui me prenait la tête. J'ai tout balancé. Les feuilles ont volé autour de moi. J'en ai attrapé quelques-unes qui avaient résisté à mon attaque et j'ai foncé droit sur le bureau. Je suis entrée sans frapper, ce qui était interdit et j'ai jeté les feuilles sur son bureau en lui hurlant dessus que “Oui ça me faisait vraiment chier de lui faire ses photocopies à la con". 🤬

Et le lendemain ?

Je suis repartie en claquant la porte et je suis allée m'asseoir à mon bureau. Je n'ai plus bougé. Des collègues venaient me voir, cherchaient à comprendre. Ils s'inquiétaient faussement pour moi ou me trouvaient courageuse. Je me sentais surtout vide et suicidaire. Quand j'ai pu reprendre le contrôle de mon corps, je suis allée pleurer dans ma voiture. Le lendemain, je suis revenue comme si de rien n'était. J'étais presque heureuse d'avoir craqué et vidé le trop-plein qui m'habitait. Mon patron est arrivé et il m’a souri en me disant bonjour... comme si finalement il avait fini par obtenir de moi ce qu'il attendait depuis longtemps. Je l'ai haï encore plus, mais quelques mois plus tard je me faisais licencier, comme tous mes collègues et lui, il a perdu sa boîte. Match nul.

Retour au sang-froid : comment gérer un pétage de plombs ?

Alors ça y est, c'est fait. Vous aussi vous avez hurlé sur quelqu'un, cassé un truc, ou insulté quelqu'un et vous êtes là à vous demander comment vous allez bien pouvoir retourner au boulot tout à l'heure ou demain ?

1. Prendre du recul

Quand on vient de libérer le monstre de sa colère intérieure et qu'on a franchi les limites, il est assez judicieux de ne pas rester sur le lieu du crime ! Blague à part, prenez du recul en vous éloignant de la source de votre colère. Allez prendre une pause, faites un tour, allez respirer et s'il le faut, demander poliment à prendre le temps nécessaire pour retrouver votre calme, personne ne devrait vous en vouloir.

Reprenez vos esprits et le contrôle de votre corps en effectuant quelques exercices de respirations puis rejouez la scène en éliminant le plus possible les émotions. Analysez la situation : j'ai pété un plomb parce que... / J'ai blessé une telle et untel. Maintenant demandez-vous comment réparer et comment ne plus vous retrouver dans cette solution.

2. Proposer des solutions

Parfois les solutions sont simples :

  • mon ordinateur bugue au moment où j'allais terminer ce très long rapport ➡️ je fais des sauvegardes plus fréquentes ou j'essaye de savoir s'il y a un problème avec mon ordinateur.
  • ma collègue m'insupporte à me parler de son chien ou de son gosse toute la journée ➡️ j'installe dorénavant une distance physique ou je lui explique que j'ai besoin de beaucoup de concentration et qu'elle ne peut pas me parler toute la journée.

Et puis parfois, c'est plus compliqué. Une situation peut nous mettre hors de nous, nous exaspérer de façon répétée sans que nous n'ayons le contrôle dessus. Il est peut-être temps de s'interroger sur notre job, l'importance qu'on lui donne ou l'importance qu'il prend. Peut-être sommes-nous aussi lassés, sous tension. Un pétage de plombs n'est pas anodin. Il peut aussi être le signe d'un mal sous-jacent, un signe avant coureur de burn-out ou même de dépression. Il convient donc de s'interroger sérieusement sur la cause de ce craquage et sur la façon de l'éviter ensuite.

3. Reconnaître ses torts

C'est le moment de montrer que nous sommes adultes et d'assumer. Si votre manager n'est pas au courant de votre craquage, prévenez-le. Racontez les événements de façon claire et le plus objectivement possible. Soyez détachée, mais impliquée. Ne vous cherchez pas d'excuses et expliquez ce qui vous a mené là.

Enfin, présentez vos excuses à toutes les personnes qui étaient là lorsque vous avez pété un plomb. Cela permettra de clore l'épisode en évitant les rumeurs et les propos déformés. Soyez sobre et simple. Évitez les phrases longues et l'autoflagellation (souvenez-vous que l'on préfère que vous disiez merci plutôt que désolée).

Comment faire pour éviter de péter un plomb au travail ?

La meilleure façon d'éviter de craquer au travail c'est encore d'écouter et d'apprendre à gérer vos émotions. Reconnaissez vos émotions et écoutez ce qu'elles vous disent. Vous êtes triste ? En colère ? Peut-être que vous avez besoin de plus vous affirmez ? De vous sentir soutenue ? Peut-être que vous ne vous épanouissez plus dans votre job ?

Maintenant, plutôt que d'exploser sur les autres ou sur le matériel, exprimer votre colère par écrit, faites une pause, changez de décor un instant, pleurez, prenez votre meilleure collègue sous le bras et allez râler, etc. Exprimez vos émotions négatives sans violence.

>>> Un article qui pourrait vous aider : Peut-on pleurer au travail ? La clé pour gérer ses émotions

Enfin, vous pouvez aussi opter pour la communication non violente. Si une situation vous met régulièrement sur les nerfs, tentez de voir si vous pouvez la résoudre tout simplement en abordant le sujet avec la ou les personnes concernées. Profitez d'un moment de calme pour le faire et afin de pouvoir parler plus sereinement.

L'avis de la rédaction : quel est le message derrière tout ça ?

Un pétage de plombs au boulot, ça arrive, mais ce n'est pas rien. C'est un signe fort de votre corps qui n'en peut plus et reprend le contrôle. Émotions refoulées, frustration, sentiment d'injustice, fatigue etc. tout ça mis bout à bout, ça explose à un moment ou un autre. Il faut être capable d'entendre ce message, quelle a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase ? Pourquoi ? Quelle émotion se cache derrière tout ça ? Qu'est-ce qui doit changer pour que ça n'arrive plus ? Si vous avez fait une sortie de piste au travail, ou que vous n'en êtes pas loin, prenez rendez-vous avec un psychologue dans les meilleurs délais afin d'en parler.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Vous avez pété un plomb ? Et si votre manager était toxique ?

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube