Comment parler de la mort à un enfant ? Un sujet bien délicat...

Mis à jour le par Justine Guilhem

"Papa, maman, vous allez bientôt mourir ?". Voici une question qu'un enfant est capable de poser, par curiosité, mais qui peut vite nous déstabiliser en tant qu'adulte. On répond alors vaguement, qu'on "partira" un jour. Cependant, est-ce la bonne réponse ? Cela peut sous-entendre que si on part, on peut revenir. Donc comment parler de la mort à un enfant véritablement ? Explication.

Comment parler de la mort à un enfant ? Un sujet bien délicat...

Comment parler la mort à un enfant ?

La mort est inévitable. On peut perdre un être cher ou son animal à tout instant et un enfant peut être aussi confronté aux étapes du deuil. Il vaut donc mieux en parler, car le silence peut provoquer des traumatismes supplémentaires. Alors voici quelques conseils pour parler de la mort à un enfant : 

1. Lui expliquer le cycle de la vie

Aidez votre enfant à comprendre que la mort s’inscrit dans un cycle naturel. N’hésitez pas à utiliser des exemples qui ne l’inquiéteront pas comme les feuilles sur un arbre qui tombent en expliquant que tout a une durée de vie. Abordez également le sujet de la maladie en insistant sur le fait que de nombreuses personnes peuvent guérir. 

Vous pouvez également vous appuyer sur de nombreux livres pour enfants qui expliquent la mort comme par exemple :

  • Capitaine Papi de Benji Davies : Une grande histoire de complicité entre un grand-père et son petit-fils. Ce récit d’aventure raconte combien ceux que l’on aime restent proches même quand ils partent très loin.
  • Si on parlait de la mort de Catherine Dolto : Quand quelqu’un qu’on aime meurt, le fait que la vie continue nous rassure et nous avons le droit d’être heureux.

2. Utiliser les bons termes 

Préférez utiliser des mots comme « il est mort » plutôt que « il est parti » ou des expressions comme « s’endormir » « s’en aller ». Votre enfant peut croire que le proche ou son animal, est parti pour un voyage et il attendra ainsi son retour ou sera anxieux quand un membre de la famille partira en voyage. 

Le terme « s’endormir » peut également provoquer une grande crainte de l’enfant d’aller au lit de peur de mourir lui aussi. Sachez que les câlins peuvent permettre à l'enfant de diminuer son stress et de sentir que vous êtes toujours là. 

👋 Cet article peut vous intéresser : Pipi au lit, faut-il s'inquiéter ? Comment l'aider ?

3. Inclure l'enfant

La problématique concerne l’ensemble de la famille, ne niez pas la réalité. La mort est inéluctable et vous ne pouvez pas l’enjoliver. 

Une grande hésitation sur la venue ou non de votre enfant à des funérailles est également normale. Cette cérémonie marque pourtant la séparation entre les vivants et les morts et joue un rôle très important dans l’entrée du deuil. Elle permet à l’enfant de comprendre que la mort n’est pas abstraite et de vivre une douleur constructive.

Témoignage de Camille, une de nos rédactrices

"Mon grand-père est mort quand j'avais 7 ans. Mes parents ont eu peur que les funérailles soient un choc émotionnel, donc ils ne m'y ont pas emmené. Le problème, c'est que je n'ai compris à l'époque ce qu'il se passait et ça a été une grande souffrance. C'est d'ailleurs à partir de cet âge-là que j'ai pris beaucoup de poids, car je n'ai pas pu faire mon deuil correctement. C'est pourquoi je pense qu'il est important qu'un enfant participe à l'enterrement, cela l'aidera à avancer."

4. Échanger et partager autour de la mort

L’enfant peut vous demander ce qu’il advient après la mort et cette question peut être déstabilisante. Vous avez le droit de lui dire que vous ne savez pas ce qu’il y a après la mort ou si vous êtes croyant, vous pouvez parler du paradis. 

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il est important de partager les points de vue pour lui transmettre un début de réponse et qu’il se construise son propre chemin intellectuel. Parler, c'est aussi un bon moyen de réduire le stress chez l'enfant, afin qu'il extériorise.

Comment gérer la réaction de l’enfant après un décès ?

Après l’annonce, votre enfant est peut-être retourné vaquer à ses occupations, sans rien demander. Vous pouvez alors y lire comme un manque d’émotion et de chagrin

En réalité, l’enfant a très bien compris mais il a besoin de temps pour intégrer l’information, c’est un mécanisme de défense nommé le clivage. L’enfant est plus fragile et n’a pas la même force intellectuelle pour se défendre que vous, adulte.

Laissez-le s'exprimer en acceptant sa façon de faire son deuil. La première réaction peut être la peur de l’abandon. L’enfant peut vite vous questionner sur votre mort, sur la mort d’un membre de votre famille ou même qu’il fasse le souhait de mourir tous ensemble. Ces moments de questionnement sont importants et doivent être résolus en donnant des réponses claires avec tact.

👋 Cet article peut vous intéresser : Quand emmener votre enfant chez le psychologue ?

L'avis de la rédaction : le parent, ce référent

Notez que le référentiel de l’enfant reste l’état émotionnel de ses parents. Vous avez le droit d’être triste et de pleurer. Ces émotions reflètent une réalité avérée et permettront à l’enfant d’avoir également de la peine. Rester vague et exclure votre enfant de la mort peut être très déstabilisant pour lui. Si vous observez des comportements changeants, comme une peur, une angoisse et une anxiété constante, n’hésitez pas à faire appel à un psychologue diplômé qui pourra épauler toute votre famille dans ce moment difficile.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Terreur nocturne : pourquoi les enfants et les adultes en souffrent ?

Se réveiller en hurlant et en sueur, ce n’est jamais agréable, que ce soit pour un enfant ou un adulte. Et c’est encore plus impressionnant pour l’entourage, tant pour les parents que le conjoint ! C’est ce qui s’appelle faire des terreurs nocturnes. Même si chez l’enfant, elle est plus répandue, cette parasomnie n’est pas anodine chez l'adulte. Il est important de comprendre les origines d’une terreur nocturne et ses symptômes pour la diminuer, voire la faire totalement disparaître.

Mutisme chez l’adulte : quand l’anxiété pousse au silence…

Il est étrange de rencontrer des adultes ne pas parler, alors qu’elles en sont physiquement capables. S'il n'y a pas de pathologie physique, cela s'appelle le mutisme. Personnellement, j’ai toujours été habituée à cette pathologie psychique, puisqu’un membre de ma famille a un mutisme sélectif. Si ce n’est pas quelque chose qui me surprend, je sais qu’en dehors du cercle familial, c’est perçu comme quelque chose de très étrange. Comment ce trouble de la parole se manifeste ? Quelle est son origine ? Comment soigner le mutisme ? Autant de questions que j'ai pu me poser plus jeune.

Amour ou habitude, comment savoir où on en est ?

J’aurais toujours voulu que mes histoires d’amour soient passionnelles. Cependant, je me suis bien vite aperçue que la vie n'est pas une comédie romantique. Je me souviens d’une de mes relations en particulier, il y a quelques années, où je me suis demandé : mais est-ce que je l’aime ? Ou ai-je simplement l’habitude de l’avoir dans mon quotidien ? Est-ce que j’ai peur de me retrouver seule ? Bref, vous l’avez compris, je me sentais un peu perdue. Je vous en parle.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube