Qu’est-ce que la psychose puerpérale, cette folie maternelle ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

On sait que la maternité est un grand bouleversement, mais on n’imagine pas que donner naissance puisse nous faire perdre les pédales. Avoir un état mental complètement brisé peut se produire et on appelle ça, la “psychose puerpérale”. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comment diagnostiquer ce type de psychose ? Est-il possible d’en guérir ? Il est essentiel de parler de la psychose puerpérale pour que tout le monde y soit mieux préparé. Explications.

Qu’est-ce que la psychose puerpérale, cette folie maternelle ?

Qu’est-ce que la psychose puerpérale ?

La psychose puerpérale est un trouble psychiatrique grave et rare puisqu’il touche 1 mère toutes les 1.000 naissances. Il ne s’agit pas d’une névrose, la personne n’a pas conscience de sa souffrance. C’est une psychose avec un effondrement émotionnel et psychologique qui s’accompagne d’un état délirant et d’agitations extrêmes. C’est donc généralement le conjoint et la famille proche qui se rend compte de cet état 😥. 

On peut être atteinte par cette forme de psychose sans antécédents psychiatriques. Généralement, cela se déclenche entre 1 et 2 semaines après la naissance de l’enfant.

Quelles sont les causes de cette psychose 

Selon le psychiatre Wissam El Hage, spécialiste du stress post-traumatique, il n’y a pas de cause apparente et d’éléments particuliers pour anticiper une psychose puerpérale. L’accouchement provoque un traumatisme et un grand choc émotionnel qui peuvent provoquer ce trouble. Néanmoins, il peut y avoir des facteurs de risque comme : un accouchement traumatisant, une grossesse compliquée ou une maternité solo.

👋 Cet article pourrait vous intéresser : La tokophobie : la phobie de la grossesse et de l’accouchement

Quels sont les signes de la psychose puerpérale ?

Quand on est atteinte de psychose puerpérale, on ne peut pas soi-même repérer les signes du trouble. Les proches doivent être alertes, en particulier s’il y a des troubles thymiques, c’est-à-dire, liés à l’humeur. Il peut y avoir des symptômes de dépression, mais aussi des épisodes de joie intenses appelés "des hypomanies" qui sont caractéristiques du trouble bipolaire. 

👉 L’entourage peut également repérer d’autres symptômes, comme : 

  • Un sommeil perturbé avec des insomnies,
  • Des confusions dans le temps et l’espace, 
  • Des crises de panique et d’agitation,
  • Un ou des sentiments négatifs comme ceux d’incapacité, de culpabilité, de honte, etc., 
  • Une paranoïa avec une peur d’être tuée,
  • Hallucinations auditives et visuelles, 
  • Oscillation entre lucidité et délires,
  • Des pertes de mémoire importantes,
  • Des propos incohérents sur l’enfant : la mère peut aussi bien avoir peur du décès que de le voir comme immortel et comme un sauveur. 

Il est possible de retrouver ces signes dans 70% des cas de psychose puerpérale. Il est à prendre en compte que la mère n’est pas forcément atteinte par tous et de la même manière.

À différencier de la dépression post-partnum ⚠️

Même s’il y a des signes de dépression dans les deux cas, la dépression post-partum est un état d’intense tristesse avec un manque d’intérêt pour tout. La mère a conscience de cet état contrairement à la psychose puerpérale. Cette dernière est vraiment caractérisée par une déconnexion avec la réalité.

👋 Cet article pourrait vous intéresser : L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum

Diagnostic et traitement de la psychose puerpérale

Il est très important que les proches de la femme qui vient d’accoucher soient attentifs aux signes précédemment énoncés, sans pour autant être dans la crainte du trouble. Néanmoins, plus tôt il est identifié, plus vite la personne pourra être prise en charge et soignée

💬

« Moi dans mes délires, j’ai revécu ma naissance, l’expulsion, le goulet d’étranglement qu’est la mère, la douleur et puis l’éveil des sens… Maintenant quand j’y pense je me dis que c’était le symbole de ma seconde naissance : en tant que maman. Je suis sortie encore sous médicaments. L’angoisse était encore bien présente. Je me posais quantité de questions sur ce qui m’était arrivé, sur ce que je prenais, sur le développement de mon fils… Donc j’ai fait des recherches en bibliothèque et sur internet. Sur la Psychose puerpérale malheureusement je n’ai pas trouvé grand-chose. C’est assez mal décrit par rapport à ce que l’on peut vivre à l’intérieur. Tout ce qui est dit c’est qu’il y a un fort risque de suicide ou d’infanticide et des trucs pour prévenir de la gravité de la chose, mais pas pour expliquer comment et pourquoi… »

Témoignage anonyme provenant de l’association Maman Blues

Il faut s’adresser au plus vite à un professionnel de la périnatalité : psychologue, sage-femme, psychiatre, etc. Consulter rapidement permet d’éviter de minimiser les risques de développer une autre pathologie, qui restera dans le temps, elle, comme un trouble bipolaire ou une dysthymie. Un accompagnement complet sera proposé à la patiente et une hospitalisation pour la maman avec le bébé, pourra être proposée. 

De plus, un suivi thérapeutique peut être le moyen d'accepter qu'il n'y ait pas forcément de raison à tout ça. On cherche souvent des raisons concrètes, mais lorsqu’il n’y en a pas, cela peut être très difficile d’avancer. Quoi qu'il en soit, il est important de ne pas stigmatiser la personne qui en souffre ou la maladie et d’attendre un retour à la “normale”. 

L'avis de la rédaction : agir rapidement

La psychose puerpérale peut faire très peur, puisqu'elle touche à notre lucidité. Néanmoins, c'est un trouble qui se soigne bien grâce à un accompagnement thérapeutique. Il est important que l'entourage soit réactif pour éviter qu'il y ait des risques graves pour la mère comme l'enfant, alors, si vous constatez cela chez une proche, n'hésitez pas à en parler. Le plus tôt sera le mieux, pour l'aider, elle et son bébé.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Sources : cairn.info / lamaisondesmaternelles.fr / maman-blues.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Le trouble d'adaptation : causes, symptômes et traitement

La vie est faite de choses inattendues. Parfois, on a des jolies surprises, parfois, on vit des événements traumatisants. Ces derniers peuvent aboutir à ce qu’on appelle un “trouble d’adaptation”. Je l’ai vécu lors du décès de ma mère, le choc était tellement immense que je n’arrivais plus à gérer. Si vous avez l’impression d’être dans une période très difficile après un choc, peut-être que vous êtes concerné aussi par le trouble d’adaptation. Parlons-en.

Femmes cougars, oui et alors ? Fichez-nous la paix !

“Toi t’es une cougar !” Oui enfin… Mon mec et moi, on n'a que 5 ans de différence. On me dit ça, car évidemment, je suis la plus vieille. Et ça me rend dingue qu’on me mette cette étiquette de cougar, même si au début ça pouvait me faire sourire. En fait, je me suis aperçue à quel point ce terme était sexiste et mal venu. Alors quitte à être comparées à un prédateur sans pitié, sortons les griffes et montrons à quel point il faut nous foutre la paix !

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube