L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum

Mis à jour le par Camille Lenglet

L'une de mes plus grosses craintes liées au fait d’avoir des enfants, est de faire une dépression post-partum. Elle survient chez les femmes dans les premiers mois du bébé et peut être dévastatrice. Les jeunes mamans ne se rendent souvent pas compte qu’elles sont dans cet état, tant elles se font passer en dernier. Pour nous aider à comprendre notre état mental après l’accouchement, il existe un test appelé “L’échelle d’Édimbourg”. Explication.

L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum
Sommaire : 

L’échelle de dépression postnatale

Certains épisodes de nos vies sont déjà difficiles, alors évidemment l’arrivée d’un bébé est une véritable tornade 😥. Cependant, on minimise souvent notre mal-être, car on se concentre sur l’essentiel : le bébé. Peu importe si on est mal, l’important est que notre enfant ait tout ce qu’il lui faut. Oui, mais voilà, à force de mettre toute notre énergie sur bébé, on passe à côté des symptômes de la dépression 😣.

Baby blues, dépression post-partum ? 10 questions pour faire la différence

Il faut dire que ce qui n’aide pas, c’est qu’on fait souvent passer la maman au second plan. D’ailleurs, on n’est pas qu’une maman, mais une femme, un être humain avec des émotions et des besoins. On entend souvent parler de baby blues à la place de la dépression post-partum, mais il est nécessaire de faire la différence entre les deux.

C’est bien d’ailleurs pour cela qu’en 1989, les chercheurs de l’université d’Edimbourg, J.L. Cox, J.M. Holden et R. Sagovsky, ont mis en place un test pour faire le point : c’est la fameuse échelle d’Édimbourg autrement appelée “test EPDS”.

Le test de dépression post-partum

Voici 10 questions qui peuvent nous aider à faire le bilan suite à l’accouchement. Comment se sent-on ? Est-on vraiment heureuse ? Il faut s’accorder quelques minutes d’introspection pour pouvoir répondre honnêtement aux questions du test EPDS 👇.

1. Dans les sept derniers jours, j'ai été capable de rire et de voir le bon côté des choses
  • Autant que d'habitude = 0
  • Pas tout à fait autant que d'habitude = 1
  • Moins souvent que d'habitude = 2
  • Pas du tout = 3
2. J'ai été dans l'attente heureuse des événements à venir
  • Plus que jamais = 0
  • Un peu moins qu'avant = 1
  • Vraiment moins souvent qu'avant = 2
  • Presque jamais = 3
3. Je me suis adressée des reproches inutiles quand les choses allaient mal
  • Oui, presque toujours = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Pas souvent = 1
  • Non, jamais = 0
4. J'ai été anxieuse ou préoccupée sans raison valable
  • Non, pas du tout = 0
  • Presque jamais = 1
  • Oui, parfois = 2
  • Oui, très souvent = 3
5. J'ai été effrayée ou paniquée sans raison valable
  • Oui, souvent = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Non, pas très souvent = 1
  • Non, pas du tout = 0
6. Je suis dépassée par les événements
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Non, presque jamais = 1
  • Non, pas du tout = 0
7. J'ai été si malheureuse que cela m'empêche de dormir
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Pas trop souvent = 1
  • Jamais = 0
8. Je me suis sentie triste ou malheureuse
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, assez souvent = 2
  • Parfois = 1
  • Jamais = 0
9. Je me suis sentie si malheureuse que j'en ai pleuré
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, assez souvent = 2
  • Parfois = 1
  • Jamais = 0
10. J'ai eu l'idée de me faire du mal
  • Oui, assez souvent = 3
  • Parfois = 2
  • Presque jamais = 1
  • Jamais = 0

Le résultat du test EPDS

Si, après avoir effectué le test EPDS, on a plus de 12 points, cela signifie qu’on est sûrement dans une dépression post-partum ⚠️. Attention, on ne dit pas que cela constitue un avis médical, mais l’échelle d’Édimbourg peut nous aider à mettre les mots sur notre mal-être. Il est toutefois nécessaire de consulter un spécialiste pour poser un réel diagnostic

D’ailleurs, ce n’est pas simple de parler de dépression à son médecin ! On peut alors envisager d’imprimer le test et de surligner les réponses pour les montrer à son généraliste. Cela constituera une base de dialogue autour de cette dépression bien souvent invisibilisée 😔.

Un taux de guérison élevé

Les femmes ayant souffert d’une telle dépression parlent d’une sensation “d’être prise au piège” et de n’avoir “aucune issue”. Un profond désespoir qui est dévastateur 😰. Le taux de guérison de la dépression post-partum est élevé, une fois la prise en charge effectuée. La plupart du temps, il y a une amélioration visible en quelques mois ! Ce n’est pas parce qu’on est maman, qu’il faut s’oublier. Écoutez-vous, prenez soin de vous. 

L'avis de la rédaction : la dépression ressentie aussi par le bébé

Il ne faut pas laisser la dépression s'installer, en priorité pour soi, mais aussi pour son bébé. Cela a des répercussions sur le développement de l'enfant, qui va ressentir les émotions de la maman. C'est en allant bien que l'on peut faire au mieux pour son enfant ! Alors il ne faut plus se faire passer au second plan. N'hésitez pas à en parler à l'un de nos psychologues dès le moindre sentiment de mal-être.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : perinatalservicesbc.ca

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici