L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum

Mis à jour le par Camille Lenglet

L'une de mes plus grosses craintes liées au fait d’avoir des enfants, est de faire une dépression post-partum. Elle survient chez les femmes dans les premiers mois du bébé et peut être dévastatrice. Les jeunes mamans ne se rendent souvent pas compte qu’elles sont dans cet état, tant elles se font passer en dernier. Pour nous aider à comprendre notre état mental après l’accouchement, il existe un test appelé “L’échelle d’Édimbourg”. Explication.

L'échelle d'Édimbourg : le test pour détecter une dépression post-partum
Sommaire : 

L’échelle de dépression postnatale

Certains épisodes de nos vies sont déjà difficiles, alors évidemment l’arrivée d’un bébé est une véritable tornade 😥. Cependant, on minimise souvent notre mal-être, car on se concentre sur l’essentiel : le bébé. Peu importe si on est mal, l’important est que notre enfant ait tout ce qu’il lui faut. Oui, mais voilà, à force de mettre toute notre énergie sur bébé, on passe à côté des symptômes de la dépression 😣.

Baby blues, dépression post-partum ? 10 questions pour faire la différence

Il faut dire que ce qui n’aide pas, c’est qu’on fait souvent passer la maman au second plan. D’ailleurs, on n’est pas qu’une maman, mais une femme, un être humain avec des émotions et des besoins. On entend souvent parler de baby blues à la place de la dépression post-partum, mais il est nécessaire de faire la différence entre les deux.

C’est bien d’ailleurs pour cela qu’en 1989, les chercheurs de l’université d’Edimbourg, J.L. Cox, J.M. Holden et R. Sagovsky, ont mis en place un test pour faire le point : c’est la fameuse échelle d’Édimbourg autrement appelée “test EPDS”.

Le test de dépression post-partum

Voici 10 questions qui peuvent nous aider à faire le bilan suite à l’accouchement. Comment se sent-on ? Est-on vraiment heureuse ? Il faut s’accorder quelques minutes d’introspection pour pouvoir répondre honnêtement aux questions du test EPDS 👇.

1. Dans les sept derniers jours, j'ai été capable de rire et de voir le bon côté des choses
  • Autant que d'habitude = 0
  • Pas tout à fait autant que d'habitude = 1
  • Moins souvent que d'habitude = 2
  • Pas du tout = 3
2. J'ai été dans l'attente heureuse des événements à venir
  • Plus que jamais = 0
  • Un peu moins qu'avant = 1
  • Vraiment moins souvent qu'avant = 2
  • Presque jamais = 3
3. Je me suis adressée des reproches inutiles quand les choses allaient mal
  • Oui, presque toujours = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Pas souvent = 1
  • Non, jamais = 0
4. J'ai été anxieuse ou préoccupée sans raison valable
  • Non, pas du tout = 0
  • Presque jamais = 1
  • Oui, parfois = 2
  • Oui, très souvent = 3
5. J'ai été effrayée ou paniquée sans raison valable
  • Oui, souvent = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Non, pas très souvent = 1
  • Non, pas du tout = 0
6. Je suis dépassée par les événements
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Non, presque jamais = 1
  • Non, pas du tout = 0
7. J'ai été si malheureuse que cela m'empêche de dormir
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, parfois = 2
  • Pas trop souvent = 1
  • Jamais = 0
8. Je me suis sentie triste ou malheureuse
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, assez souvent = 2
  • Parfois = 1
  • Jamais = 0
9. Je me suis sentie si malheureuse que j'en ai pleuré
  • Oui, la plupart du temps = 3
  • Oui, assez souvent = 2
  • Parfois = 1
  • Jamais = 0
10. J'ai eu l'idée de me faire du mal
  • Oui, assez souvent = 3
  • Parfois = 2
  • Presque jamais = 1
  • Jamais = 0

Le résultat du test EPDS

Si, après avoir effectué le test EPDS, on a plus de 12 points, cela signifie qu’on est sûrement dans une dépression post-partum ⚠️. Attention, on ne dit pas que cela constitue un avis médical, mais l’échelle d’Édimbourg peut nous aider à mettre les mots sur notre mal-être. Il est toutefois nécessaire de consulter un spécialiste pour poser un réel diagnostic

D’ailleurs, ce n’est pas simple de parler de dépression à son médecin ! On peut alors envisager d’imprimer le test et de surligner les réponses pour les montrer à son généraliste. Cela constituera une base de dialogue autour de cette dépression bien souvent invisibilisée 😔.

Un taux de guérison élevé

Les femmes ayant souffert d’une telle dépression parlent d’une sensation “d’être prise au piège” et de n’avoir “aucune issue”. Un profond désespoir qui est dévastateur 😰. Le taux de guérison de la dépression post-partum est élevé, une fois la prise en charge effectuée. La plupart du temps, il y a une amélioration visible en quelques mois ! Ce n’est pas parce qu’on est maman, qu’il faut s’oublier. Écoutez-vous, prenez soin de vous. 

L'avis de la rédaction : la dépression ressentie aussi par le bébé

Il ne faut pas laisser la dépression s'installer, en priorité pour soi, mais aussi pour son bébé. Cela a des répercussions sur le développement de l'enfant, qui va ressentir les émotions de la maman. C'est en allant bien que l'on peut faire au mieux pour son enfant ! Alors il ne faut plus se faire passer au second plan. N'hésitez pas à en parler à l'un de nos psychologues dès le moindre sentiment de mal-être.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : perinatalservicesbc.ca

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

6 choses pour lesquelles je ne m'excuserai plus

Politesse, timidité, syndrome de l'imposteur ou peur du regard des autres, je ne sais pas ce que cachent mes excuses, mais une chose est sûre, je m'excuse trop, pour tout, tout le temps ! Et vous savez quoi ? J’en ai assez de toujours m’excuser. Parfois, j’ai même l’impression de m’excuser d’exister, tant je bredouille des “désolée” à tout bout de champ. Certes, la politesse c’est bien, mais point trop n’en faut. Alors aujourd’hui, j’ai décidé d’arrêter ! Voici 7 choses pour lesquelles, en tout cas, je ne m’excuserai plus !

L'aboulie : quand une pathologie fait disparaître la motivation…

Nous ne sommes pas tous égaux. C’est malheureusement le triste constat que l’on peut dresser, par rapport à la santé mentale et à la motivation. En effet, on nous dit souvent que l’on doit être motivé.e à tout prix, mais saviez-vous qu’il existe un trouble de la volonté ? Cela s’appelle l’aboulie et ça impacte fortement la motivation. Alors, libérons-nous de l’injonction à la motivation et essayons de comprendre ce qu’est cette pathologie.

Émétophobie : quand la peur de vomir cache autre chose...

Des peurs incompréhensibles, j’en ai eu des tas, mais celle qui a gagné haut la main parmi toutes, c’est la peur de vomir. Cela s’appelle l’émétophobie et j’ai longtemps été traumatisé par cette phobie. Peu prise au sérieux, voire carrément moqué, la peur de vomir est en réalité l’une des phobies les plus répandues dans le monde ! Ce n’est pas une peur anodine, qui est juste passagère, elle cache quelque chose de plus profond. Explication.

La peur des animaux : comment vaincre la zoophobie ?

“Ah … Tu amènes ton chien pour la rando...”. Quand j’ai entendu mon collègue dire cette phrase et commencer à le voir paniquer, j’ai compris qu’il était mal à l’aise à l’idée d’être en contact avec mon chien. Au-delà même, il m’a expliqué qu’il souffrait d’une peur viscérale des chiens. Cette phobie fait partie de la grande famille de la peur des animaux appelée la zoophobie. Pourquoi peut-on souffrir de cette peur ? Comment vaincre cette phobie ? Explications sur cette peur répandue.

Arrêtons de projeter nos propres peurs sur les autres !

Lorsque je fais part de mes projets à mon entourage ou ma famille, j’ai l’impression de ne récolter que des avis négatifs et des inquiétudes. "Mais tu n'as pas peur de finir seule ? ", "Tu ne retrouveras jamais un emploi si tu démissionnes "etc. Je sais parfaitement qu’ils se font du souci pour moi, mais je pense qu’il y a autre chose. Il y a une projection de leurs propres peurs sur ma vie et mes envies ! On fait tous ça, mais c'est épuisant, pour soi-même et pour les autres. Alors comment faire pour ne plus projeter nos propres peurs sur les autres ?

Comment retrouver sa libido ? 10 conseils pour réveiller la bête 🔥

Vous n’avez plus envie de faire l’amour, vous ne désirez plus votre partenaire et vous culpabilisez de cette situation. La fatigue, le stress, la contraception choisie ou tout simplement des problèmes de couple sont autant de causes qui peuvent provoquer une baisse de libido... Heureusement, des solutions existent pour réveiller sa libido et retrouver une vie sexuelle épanouie. Suivez mes 10 conseils et attendez-vous à retrouver une libido au sommet !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Télétravail : une histoire d'équilibre [ Par Ariel Simony, psychologue ] 💻⚖️🤸‍♀️

15 août · Wengood

34:48


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube