Dysthymie : une dépression légère mais chronique et persistante…

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Avec le temps, va, tout s'en va…”. La chanson de Léo Ferré peut parler à beaucoup d’entre nous, en particulier celles et ceux qui ont cette sensation d’être dans un état dépressif constant. Cela porte un nom, la dysthymie et c’est un trouble de l’humeur chronique. Ce n’est pas une dépression sévère, mais elle n’est pas facile à vivre pour autant. Il est délicat d'y faire face, tant cela altère notre estime de nous et nos aptitudes de manière générale. Zoom sur cette maladie persistante.

Dysthymie : une dépression légère mais chronique et persistante…

Un trouble de l’humeur persistant

La dysthymie a longtemps été présentée comme une névrose, puisqu’elle affecte l’humeur et que c’est un état dépressif chronique (à différencier tout de même de la lypémanie). Elle touche environ 6% de la population et les femmes y sont plus sujettes que les hommes. 

Si la dépression clinique peut être une violente chute dans les abysses, la dysthymie est caractérisée de dépression plus légère, mais qui s’installe dans le temps. On parle directement en termes d’années, au moins 2 ans et allant jusqu’à plusieurs décennies 😞… Tandis que la dépression clinique s’apparente à un changement d’humeur soudain et très brutal, voilà pourquoi la dysthymie est qualifiée de “dépression légère”.

👉 Lorsque la tristesse et le sentiment maussade durent longtemps, c’est un moyen de faire la différence entre déprime et dépression.

Quels sont les symptômes d’une dysthymie ?

La dysthymie se traduit par des symptômes dépressifs constants, c'est-à-dire, que l’humeur est dépressive tout au long de la journée, chaque jour. S’il y a des périodes d’amélioration de l’humeur, ce n’est pas une dysthymie. 

À cela s’ajoutent des émotions négatives avec le sentiment de faute (on a l’impression d’être responsable de la maladie) et avec la rumination du passé 😢. De plus, il y a une forte diminution de notre capacité de concentration, ce qui impacte notre niveau d’activités, que ce soit pro ou perso. Être témoin de cela ne fera qu’entraîner une perte de l’estime de soi, débouchant sur un sentiment de désespoir.

👉 La conséquence de cette humeur perturbée, c’est l’isolement social. La dysthymie va influencer notre comportement avec les autres, on ne supportera plus rien. L’irritabilité et la colère peuvent conduire peu à peu au repli sur soi...

📌

Le corps peut aussi souffrir de symptômes liés à la dysthymie. Des maux de tête réguliers, voire des migraines, peuvent être le lot quotidien des personnes atteintes. Surtout que cette dépression chronique affecte particulièrement le sommeil, ce qui provoque un état de fatigue constant 😴.

Les causes de cette dépression chronique

Il est difficile de donner la cause principale d’une dysthymie, car chacune a un parcours de vie différent. Un travail éreintant, qui nous conduit au burn-out, peut être l’une des causes de cette dépression chronique. L’épuisement mental nous empêche de nous relever et de pouvoir faire face 😔.

Pour d’autres, la dysthymie peut être liée à un trouble de la personnalité préexistant comme le trouble limite-borderline. Cela se vérifie encore plus s’il y a une vulnérabilité génétique et si quelqu’un souffre d’une maladie psychique dans notre entourage proche.

Comment guérir de la dysthymie ?

Même si on peut identifier les causes et les symptômes seule, il faut un diagnostic posé par un psychiatre. Comme c’est une maladie chronique, cela prend du temps, car le médecin doit faire une observation récurrente de cette dépression qui dure 🔍. L’observation doit prendre au moins 2 ans pour un adulte et 1 an pour une personne mineure.

Le psychiatre peut proposer la prise d’antidépresseur pour réguler l’humeur 💊. Combiné à cela, il est aussi possible de prendre des anxiolytiques, afin d’agir sur l’anxiété relative à l’état dépressif. Cependant, les solutions médicamenteuses ne doivent pas être la seule réponse à la dysthymie . Un suivi psychologique est essentiel pour se relever véritablement de la dysthymie.

Le suivi thérapeutique

En effet, il est impératif de faire une psychothérapie pour travailler sur les symptômes de la dépression, ainsi que sur la baisse de confiance en soi. La thérapie cognitivo-comportementale est la plus adaptée à la dysthymie, car c’est un suivi actif et structuré où le psychologue guide le patient. Elle vise à changer le mode de pensée pour adopter des pensées rationnelles et positives amenant à des comportements constructifs 💪 !

Même si on a l’impression qu’il n’est pas possible de se sortir de cet état dépressif à cause de son caractère persistant, il y a des solutions concrètes pour avancer et pouvoir se relever. Si vous voyez que vous souffrez des symptômes de la dysthymie, consultez pour vous en sortir au plus vite. 

L'avis de la rédaction : un suivi et un traitement adaptés

Vous l'aurez compris, la dysthymie est une dépression qui nécessite un suivi et un traitement adaptés. Si vous pensez en être atteinte ou que l'un de vos proches en souffre, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Ensemble, vous pourrez mettre en place un traitement adapté afin d'en sortir. N'attendez pas, une dépression ne se guérit pas seule, vous avez besoin d'être accompagnée.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : passeportsante.net / santemagazine.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Ma soeur est jalouse de moi... Comment gérer sa jalousie ?

“T’es la préférée de toute manière”. Cette phrase, je l’ai entendue maintes et maintes fois dans la bouche de ma sœur. Sa jalousie nous a longtemps pourries la vie, pourtant je ne souhaitais qu’une chose : qu’on soit proches et unies. Elle m'a déversé sa rancœur au visage pendant de nombreuses années jusqu’à ce que ça devienne ingérable. Je n’en pouvais plus de ressentir à la fois autant de colère et de culpabilité. Apaiser 30 ans de jalousie n’a pas été évident, mais il existe des solutions pour ne pas en arriver à ce point. Je n’ai pas voulu que la jalousie me fasse couper les ponts avec ma sœur !

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Isabelle Vuillemin, coach, explique le Reiki pour calmer les angoisses

Le Reiki, une forme ancienne de thérapie énergétique, a longtemps été reconnu pour sa capacité à équilibrer le corps et l'esprit. En canalisant l'énergie universelle, le Reiki aide à évacuer les émotions négatives, y compris les angoisses qui peuvent souvent nous submerger. Isabelle Vuillemin, coach, nous explique comment le Reiki peut vous permettre de calmer vos angoisses. Retrouvez un sentiment de calme et de sérénité intérieure grâce à cette pratique holistique. Explication.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Faut-il être prêt·e à tout, vraiment tout pour réussir ?

À l’heure où notre société encense la réussite et le pouvoir, nous rêvons tous et toutes de reconnaissance et de succès, mais comment parvenir à garder le cap ? Comment garder les pieds sur terre et la tête froide ? Comment ne pas renier ses valeurs et tout son être ? Faut-il être prête à tout pour réussir ? Même s'il n'y a pas de réponse universelle, je peux vous donner quelques conseils pour éviter que vous vous perdiez en route. Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube